19/01/2023 19:16

Retraites - Le Ministère de l'Intérieur annonce ce soir 1.120.000 manifestants en France alors que la CGT revendique plus de 2 millions de personnes - Prochaine journée de mobilisation le mardi 31 janvier (Syndicats)

19h48: Les syndicats annoncent une prochaine journée de mobilisation le mardi 31 janvier

19h11 : Selon le Ministère de l'Intérieur 1,12 millions de personnes ont manifesté en France contre la réforme des retraites du gouvernement. Lors de la précédente réforme des retraites, ils étaient 1,23 million à manifester le 12 octobre 2010 dans les rues de France selon le ministère de l'Intérieur contre près de 3,5 millions selon les syndicats. Sept ans plus tôt, le 13 mai 2003, ils étaient 1,13 million à s'opposer à la réforme Fillon selon les pouvoirs publics.

18h44: Le ministre du Travail Olivier Dussopt reconnait sur RTL que : "La mobilisation contre la réforme des retraites est importante"  :

18h41: Philippe Martinez, leader de la CGT affirme que "la barre des 2 millions va être dépassée"

17h16: Selon une source policière à Europe 1, le ministère de l'Intérieur a recensé plus d'un million de manifestants à 17 heures, sans compter le défilé parisien.

 

17h05: La CGT annonce 400.000 manifestants aujourd'hui à Paris 

16h45:La tension ne se calme pas et des images circulent sur les réseaux sociaux montrant la violence des échanges

 

16h33: Les incidents se multiplient à Paris alors que la nuit est en train de tomber sur la capitale

 

 

.

16h22 : A Paris, le cortège a été scindé en deux parties avec des incidents sur le boulevard Beaumarchais et une agence d'assurance a été prise d'assaut par les black blocks.

16h07: Nouveaux incidents avec des dizaines de personnes en noir qui attaquent les forces de l'ordre qui ripostent avec des gaz lacrymogènes. Deux heures après le départ du cortège, 20 personnes ont été interpellées en marge de la manifestation parisienne.

 

15h55: Premiers incidents à Paris avec les forces de l'ordre

.

15h47: Emmanuel Macron, actuellement à Barcelone en Espagne, déclare: "Je pense qu'il est bon et légitime que toutes les opinions puissent s'exprimer, c'est le principe même d'une démocratie", réagit Emmanuel Macron depuis l'Espagne. Il espère que les manifestations se feront "sans débordements ni violences". "Nous irons au terme de cette réforme juste et responsable", a-t-il ajouté.

15h44: Des manifestants potentiellement violents ont été détectés en tête du cortège - Les forces de l'ordre restent attentives, indique la préfecture

15h35: Quelque 40% des effectifs du groupe Engie (ex-GDF Suez) au statut des électriciens et gaziers sont en grève contre le projet de réforme des retraites, a indiqué l'énergéticien français jeudi après-midi. Pour les autres salariés français du groupe, de droit privé, le taux de grévistes était de 7%, selon Engie.

Au total, 24.000 collaborateurs du groupe Engie, soit 55% des effectifs totaux pour la France, sont au statut des industries électriques et gazières et bénéficient d'un régime spécial de retraites. Le projet de réforme des retraites changerait en leur défaveur le mode de calcul des pensions, à ce jour beaucoup plus avantageux que le régime général.

En dépit de ce mouvement social, "on n'anticipe pas de conséquences pour les clients", a précisé la direction d'Engie à l'AFP.

15h27: A Bordeaux, ce sont 16.000 personnes qui ont manifesté selon la préfecture. Selon la CGT 33, le nombre de manifestants est supérieur à 50.000.

15h03: Le point sur la situation cet après-midi

Des centaines de milliers de manifestants, des grèves et des perturbations à l'école ou dans les transports: les syndicats ont donné jeudi le coup d'envoi de la contestation pour faire reculer le gouvernement sur sa réforme phare des retraites, saluant d'ores et déjà une mobilisation "réussie".

De Calais à Nice, les manifestants ont battu le pavé dans la matinée, avant que le cortège parisien ne s'ébranle vers 14H15 pour dire "non" au recul de l'âge légal de départ de 62 à 64 ans, sur fond de large mécontentement social dans un contexte d'inflation. Les premiers chiffres remontés par les autorités attestent d'une mobilisation très importante: 36.000 personnes ont ainsi défilé à Toulouse, 26.000 à Marseille, 25.000 à Nantes, 19.000 à Clermont-Ferrand, 15.000 à Montpellier, 14.000 à Tours, 12.000 à Perpignan et Orléans, 6.500 à Mulhouse et Périgueux...

Les pointages de la police ou des préfectures sont particulièrement significatifs dans des villes moyennes, à l'image de Pau (13.600 manifestants), Angoulême (9.000) ou Châteauroux (8.000). Globalement, les niveaux sont comparables voire supérieurs à ceux du 5 décembre 2019: au démarrage de la contestation contre le précédent projet de réforme des retraites, la police avait compté 806.000 manifestants en France, la CGT 1,5 million.

A Marseille, le chef de file de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a estimé que "le gouvernement a perdu sa première bataille, celle d'avoir convaincu les gens de la nécessité de sa réforme". Les Français n'ayant pas recours au télétravail, qui s'est fortement développé depuis le Covid, doivent composer avec des transports en commun au compte-goutte.

A la SNCF qui affiche un taux de grévistes de 46,3%, la circulation était "très fortement perturbée": un TGV sur trois circule, voire un sur cinq selon les lignes, et à peine un TER sur dix en moyenne. Le métro parisien est également "très perturbé".

14h33: Voici les premières estimations de la mobilisation en province :

A Marseille, 26.000 personnes selon la police et 140.000 selon les syndicats

A Lyon près de 40.000 personnes 

A Nice plus de 20.000 personnes

A Mont-de-Marsan, 6.000 participants

A Périgueux entre 6.500 et 10.000

A Toulouse entre 20.000 et 50.000

A Orléans plus de 5.000 personnes

A Tulle plus de 6.000 personnes

A Alès entre 7.000 et 12.000 personnes 

A Perpignan entre 16.000 et 20.000 personnes 

A Laval, 6.000 personnes sont rassemblées

A Avignon plus de 15.000 personnes

 

14h19: La participation des salariés d'EDF à la grève contre le projet de réforme des retraites s'élevait à mi-journée à 44,5% de l'effectif total, a indiqué la direction de l'énergéticien, un chiffre beaucoup plus important que lors des précédentes manifestations de ce type. 

14h17: Le cortège syndical vient de s'élancer à Paris pour la manifestation de cet après-midi :

A Mont-de-Marsan (Landes), les organisations syndicales revendiquent 6 000 participants, du côté de la police on décompte plus de 5 

.

14h08: Les forces de l'ordre ont effectué 2.300 contrôles aujourd'hui et procédé à 15 interpellations, principalement pour port d'arme prohibé, à Paris, selon la préfecture de police, rapportée par Franceinfo

13h52: Les manifestants commencent à se rassembler place de la République à Paris, où la manifestation doit s'élancer dans les prochaines minutes

13h45: 26.000 manifestants à Marseille selon la police, 140.000 selon les syndicats

13h39: La mobilisation contre la réforme des retraites "est au-delà de ce qu'on pensait", s'est félicité le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, au début de la manifestation parisienne jeudi alors que son homologue de la CGT Philippe Martinez estimait que "le million de manifestants allait être dépassé". "On est clairement sur une forte mobilisation", a déclaré M. Berger. "Cette mobilisation est réussie", s'est pour sa part réjoui Philippe Martinez, saluant "une union des syndicats, gage de confiance pour les salariés".

13h08: Le taux de gréviste atteint 46,3% jeudi à la SNCF pour la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites, qui entraîne de nombreuses annulations de trains, notamment de trains régionaux, a appris l'AFP de source syndicale. Dans le détail, on compte 77,4% de grévistes chez les conducteurs de trains de voyageurs, 50,8% chez les contrôleurs ou encore 48,4% chez SNCF Réseau, où travaillent les aiguilleurs et les agents chargés de la maintenance des voies.

12h54: "Il faut de la mobilisation, c’est comme cela que les gouvernements comprennent", déclare Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, en estimant que "le million de manifestants va être dépassé" aujourd'hui. "Quand tous les syndicats se battent pour la même chose, c’est un gage de réussite", a-t-il précisé en ajoutant que "les jeunes, plus que les autres, vont souffrir de cette réforme".

12h42: La CGT revendique auprès de Libération une coupure de courant faite ce matin dans une zone industrielle de Massy (Essonne). Le secrétaire général de la CGT Energie Bagneux, Frédéric Probel, explique qu'entre 6h30 et 7h45, 2.000 clients auraient été concernés par cette coupure réalisée dans le cadre du mouvement de ce jeudi contre la réforme des retraites.

"La coupure a été faite à cette heure-là pour ne pas que cela ait un impact trop fort sur ces entreprises car c’est surtout le gouvernement que nous visons", indique un membre de la FNEM-CGT, Julien Lambert, en précisant que "c’est un premier avertissement qui montre que les salariés de l’énergie sont motivés contre cette réforme".

12h14: Le point sur la situation à la mi-journée

Des manifestants en nombre, des grèves et leur cortège de perturbations à l'école ou dans les transports: les syndicats ont donné jeudi le coup d'envoi d'une mobilisation qu'ils veulent assez "puissante" pour faire reculer le gouvernement sur sa réforme phare des retraites.

De Nantes à Marseille, les premiers manifestants ont commencé à battre le pavé dans la matinée, avant que le cortège parisien ne s'ébranle à 14H00 pour dire non au recul de l'âge légal de départ de 62 à 64 ans.

"Le gouvernement a perdu sa première bataille, celle d'avoir convaincu les gens de la nécessité de sa réforme", a déclaré le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, avant le départ du cortège marseillais. Sur l'île de la Réunion, plus de 2.000 personnes ont manifesté à Saint-Denis selon les syndicats, une des mobilisations sociales les plus importantes de ces dernières années.

Plus de 200 points de rassemblement sont prévus en France, les autorités attendant 550.000 à 750.000 manifestants, dont 50 à 80.000 dans la capitale. Les Français qui n'ont pas recours au télétravail, qui s'est fortement développé depuis le Covid, doivent composer avec des transports en commun au compte-goutte.

A la SNCF, la circulation était "très fortement perturbée": un TGV sur trois circule, voire un sur cinq selon les lignes, et à peine un TER sur dix en moyenne. Le métro parisien est également "très perturbé".

11h37: La mobilisation nationale contre la réforme des retraites se traduit par un taux d’enseignants grévistes de 42,35% dans le primaire et de 34,66% dans le secondaire (collèges et lycées) selon le ministère, et de plus de 65% selon les syndicats. Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, a annoncé jeudi un taux de 65% des professeurs de collèges et lycées grévistes, et le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, recense 70% d’enseignants grévistes.

Ces chiffres sont un peu en-deçà de ceux du 5 décembre 2019, lors de la dernière mobilisation d’ampleur contre la réforme des retraites, où le monde de l’éducation s’était fortement mis en grève. Le taux de grévistes avait alors atteint 51,15% dans le primaire selon le ministère, contre 70% pour le Snuipp-FSU, et 42,32% dans le secondaire (75% pour le Snes-FSU).

Le Snes-FSU évoque cependant « des pics à plus de 80% de grévistes dans certains établissements » et « des collèges fermés dans plusieurs académies ». La grève « est majoritaire contre le projet de réforme des retraites du président Macron et témoigne d’une grande colère dans la profession. Le message est clair: 64 ans, c’est non, 43 années de cotisation, c’est non ! », martèle le Snes-FSU.

Dans le premier degré, le Snuipp-FSU avait dit mardi prévoir pour jeudi « à peu près les mêmes chiffres que le 5 décembre 2019 ». « On sent que la question de la retraite est une préoccupation majeure pour les enseignants, qui fait partie des questions en salle des maîtres », avait expliqué à l’AFP sa secrétaire générale, Guislaine David.

Des lycées ont aussi été l’objet de blocus et rassemblements à Paris et en régions, dont les lycées Hélène-Boucher, Turgot ou Lamartine à Paris. Le syndicat lycéen La Voix lycéenne faisait état à 11H00 d’une soixantaine d’établissements bloqués en France, notamment à Rennes ou Tours, sans incidents particuliers.

.

10h59: 65% de grévistes aujourd'hui dans les collèges et les lycées, selon le syndicat majoritaire

10h54: « Je crois que déjà il y a une bataille qui est perdue par le gouvernement (...), celle d’avoir convaincu les gens », a estimé Jean-Luc Mélenchon, chef de file des Insoumis, au début de la manifestation contre la réforme des retraites jeudi à Marseille. « Cette réforme n’a pas de sens » et Emmanuel Macron « ne tiendra pas », a également assuré le représentant LFI à propos du président.

« Il faut qu’il arrête, cela n’a pas de sens, ce bras de fer est inutile (...), cela l’honorerait », a-t-il estimé, au premier jour de la mobilisation contre ce projet.

« Dans le passé il y avait toujours un doute, est-ce que le système (du régime des retraites) est en danger... (...) mais (les gens) savent qu’on leur ment, que ce n’est pas vrai, on est encore en train de leur prendre un petit bout de vie pour le donner à d’autres, qui sont déjà ceux qui se gavent », a renchéri M. Mélenchon.

« Il faudrait qu’il y ait une justification et il n’y en a pas. Le régime de retraite n’est pas en déficit et il ne le sera pas », a-t-il insisté: les membres du gouvernement « ne savent déjà pas ce qui va se passer après demain et ils prétendent savoir ce qui va se passer dans 10 ans ».

Selon la tête d’affiche des Insoumis, « le gouvernement a perdu sa première bataille, celle d’avoir convaincu les gens de la nécessité de la réforme, à partir de quoi la mobilisation devient plus facile à mettre en oeuvre » pour s’y opposer. « Il est temps qu’il retire sa réforme, parce que pourquoi l’irresponsable aurait il le dernier mot ? L’irresponsable dans cette affaire, c’est celui qui provoque un bazar pareil dans le pays, simplement pour se faire plaisir et pour montrer que son quinquennat a un sens » et ensuite aller « raconter ça (au forum de) Davos » et dire « "vous avez vu moi les Français je les tiens" ».

« Oui, il faut qu’il la retire purement et simplement » cette réforme, a poursuivi le leader Insoumis: « Cela s’est déjà produit dans l’histoire de France », a-t-il assuré en rappelant que « le président Mitterrand avait retiré sa réforme de l’école ».

10h52: A Nantes, la manifestation contre la réforme des retraites s’est élancée depuis le château des Ducs de Bretagne. Même chose à Nice.

.

 

10h41: La réforme des retraites « canalise tous les mécontentements » en France, a estimé le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez jeudi, jour de mobilisation massive contre ce projet phare du gouvernement, face auquel l’unité syndicale est la preuve que « le problème est très grave ».

« Cette question des retraites canalise tous les mécontentements », a déclaré le N.1 de la CGT interrogé sur Public Sénat, quelques heures avant le coup d’envoi des manifestations dans plus de 200 villes pour dire non au recul de l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans.

Ces manifestations sont « le reflet médiatique de ce mécontentement », mais les personnes qui feront grève sans battre le pavé feront aussi partie des indicateurs d’une mobilisation « forte », selon lui. « Aujourd’hui, ça va être une très grosse journée de mobilisation, de surcroît quand tous les syndicats sont d’accord », a ajouté le leader syndical. « C’est un vrai marqueur. Quand les syndicats sont d’accord, c’est rare, c’est que le problème est très grave. On est d’accord pour dire que la réforme est injuste », a-t-il poursuivi.

Son homologue de la CFDT, Laurent Berger sur BFMTV s’est dit « pas très inquiet » sur le niveau de mobilisation.

« Beaucoup de gens nous disent on va venir manifester, des gens qui disent on ne vient pas d’habitude mais là on en a assez », a poursuivi le N.1 de la CFDT. « C’est la première journée de mobilisation, il faut faire une démonstration de force, au sens pacifique du terme », a-t-il complété.

« On est partis pour un conflit dur. Il faut enlever le totem de l’âge de départ et de l’allongement de la durée de cotisation », a pronostiqué de son côté sur Sud Radio le secrétaire général de FO, Frédéric Souillot.

10h18: A Paris, des lycéens sont mobilisés devant le lycée Turgot et le lycée Hélène Boucher

.

 

 

10h04: Les premières manifestations débutent en France. C'est notamment le cas à Toulouse ou encore à Nice.

.

 

 

09h35: Le point sur la situation ce matin

Des centaines de milliers de personnes attendues dans la rue, des grèves et leur cortège de perturbations à l'école ou dans les transports: les syndicats donnent jeudi le coup d'envoi d'une mobilisation qu'ils espèrent assez "puissante" pour faire reculer le gouvernement sur sa réforme phare des retraites.

De Calais à Marseille en passant par Clermont-Ferrand, les premiers manifestants battront le pavé dès le milieu de la matinée avant que le cortège parisien ne s'ébranle à 14H00 de la place de la République, direction Nation pour dire non au recul de l'âge légal de départ de 62 à 64 ans.

Plus de 200 points de rassemblement sont prévus en France, les autorités attendant 550.000 à 750.000 manifestants, dont 50 à 80.000 dans la capitale. Outre les cortèges, de nombreux services publics font l'objet d'appels à la grève principalement dans l'éducation, l'énergie ou les transports contraignant les usagers à s'adapter. 

La SNCF prévoit une circulation "très fortement perturbée" avec un TGV sur trois, voire un sur cinq selon les lignes, et à peine un TER sur dix en moyenne. Le métro parisien est également "très perturbé".

08h52: Le mouvement de grève contre la réforme des retraites en France était suivi par 70 à 100% de grévistes dans la plupart des raffineries du groupe TotalEnergies, a indiqué jeudi le syndicat CGT. « Partout, les expéditions ont été suspendues », a indiqué à l’AFP Eric Sellini, coordinateur national du syndicat CGT pour TotalEnergies.
En parallèle, les baisses de production organisées en France par des agents de l’entreprise publique d’électricité EDF pour contester la réforme des retraites se sont fortement intensifiées jeudi, atteignant au moins l’équivalent de deux fois la consommation de Paris.

08h47: Les matinales du service public, radio et télé, sont en majorité perturbées jeudi par "un appel à la grève de l'ensemble des organisations syndicales" contre la réforme des retraites, selon les messages diffusés. En radio, sur franceinfo, au lieu de l'information en continu, les bulletins, raccourcis, sont espacés d'une demi-heure par une plage musicale. La même façon de procéder a été adoptée sur France Inter. En télévision, sur France 2, Télématin, a rediffusé des anciennes interviews, qu'il s'agisse de thèmes sociétaux ou de séquences culturelles.

08h26: "En Île-de-France, il y a plus de 200 cars de manifestants qui vont converger vers Paris", indique Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT sur LCP. "Les manifs sont le reflet médiatique du mécontentement mais beaucoup de grévistes restent aussi chez eux"

07h43: Depuis 5h ce matin, toutes les lignes de métro sont en panne à Lyon  en raison officiellement d’une panne informatique selon TCL. Une panne générale qui concerne aussi le funiculaire F2 qui ne circule plus non plus. La reprise du trafic est espérée pour 9h

.07h28: A Rouen, la circulation du tramway a été interrompue dès le début de service vers 4h55. « Nous avons rencontré des problèmes sur les caténaires du réseau en raison du givre« , explique le réseau Astuce. La situation s’apprêterait à revenir progressivement à la normale à partir de 7 heures du matin.

07h01: Côté EDF, les syndicats se préparent à mobiliser massivement. Ils prévoient de réduire la production dans les centrales électriques. Une action qui vise à pénaliser EDF, mais qui ne devrait pas entraîner de coupures.

06h26: La grève contre la réforme des retraites et le report de l'âge légal à 64 ans s'annonce très suivie , notamment dans l'éducation et les transports, malgré les efforts du gouvernement pour défendre son "projet de justice" et ses appels à éviter les blocages. La France s'apprête à vivre "un jeudi de galère", a résumé le ministre des Transports, Clément Beaune. Mais "il faut faire le distinguo entre les syndicats qui appellent à manifester dans un cadre traditionnel et républicain, et ceux qui sont dans une démarche délibérée de bloquer le pays, voire de cibler des parlementaires", a déclaré Emmanuel Macron en Conseil des ministres, selon un participant. Une allusion à la CGT-Energie, qui a menacé de coupures d'électricité les permanences d'élus favorables à la réforme.

06h01: La SNCF prévoit une circulation "très fortement perturbée" avec un TGV sur trois, voire un sur cinq selon les lignes, et à peine un TER sur dix en moyenne. Le métro parisien sera également réduit à l'essentiel, avec trois lignes fermées et dix autres ouvertes uniquement aux heures de pointe, selon la RATP, qui a conseillé le télétravail à ceux qui le peuvent. C'est bien l'intention de certains usagers rencontrés mercredi à Paris par l'AFP. "Demain je vais faire du télétravail, je vais rester à la maison et attendre que ça passe", a confié Aurélie Lenoir, 36 ans, dirigeante d'une start-up. Le ciel ne sera pas épargné, puisque 20% des vols devraient être annulés à l'aéroport d'Orly.

05h23: Le point sur la circulation aujourd'hui : Sur la ligne 4, les stations suivantes seront fermées : Simplon, Barbes Rochechouart, Gare de l’Est, Strasbourg St Denis, Réaumur-Sébastopol, Cité, Odéon, Montparnasse-Bienvenue, Raspail et Alésia.

Concernant le RER, le trafic sera très perturbé sur les lignes A et B du RER.

Sur la ligne A, en moyenne, 1 train sur 2 circulera aux heures de pointe et 1 train sur 4 aux heures creuses. Les premiers départs seront vers 5h25 selon les branches. En fin de service, le dernier passage à Châtelet est prévu à 21 heures.

Sur la ligne B, 1 train sur 2 circulera en heures de pointe et 1 train sur 3 en heures creuses. Le dernier passage à Châtelet sera vers 21h50.

Du côté des métros, les lignes 1 et 14 qui sont automatiques, fonctionneront normalement. Sur la ligne 4, il faudra prévoir un train sur 2 en heures de pointe et un sur 4 en heures creuses.

Les lignes 8, 10 et 11 du métro ne circuleront pas du tout demain et le trafic sera très perturbé sur les lignes 2, 3, 3 bis, 5, 6, 7, 7 bis, 9, 12 et 13.

A noter que 1 train sur 2 circulera aux heures de pointe sur les lignes 3, 3 bis, 5, 7 bis et 9, et 1 train sur 3 circulera sur les lignes 12 et 13, 1 train sur 4 sur la ligne 6 et 1 train sur 5 sur la ligne 7.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de MICMAH458
20/janvier/2023 - 10h50

Après des dizaines d'années de manifestations et de grèves pour des raisons diverses et variées, on n'est toujours pas fichu d'estimer approximativement le nombre de personnes qui défilent ?  Parce que entre le million de darmanin et les deux millions des syndicats, il y en a quand même un qui se trompe lourdement, comme à chaque fois.

Portrait de Constrictor
20/janvier/2023 - 01h32
Azrael68 a écrit :

Il n’y a quasiment que des syndicalistes donc par définition des gens qui sont contre tout , y compris le travail ! Et qui plus est ont voté pour Macron qui avait prévu cette réforme dans son programme ! Maintenant ils viennent pleurer !

Qui te dit qui'ils ont voté Macron, la gauche a juste appelé à faire barrage au RN, pas à voter Macron.

Portrait de CAMPA
19/janvier/2023 - 20h21

Macron pense sincèrement qu'il a été élu . Faut oser Lui dire la vérité  ;  c'est Marine qui n'a pas été élue .....qui peut le lui dire dans son entourage ?

Merci 

Portrait de Fpt01
19/janvier/2023 - 18h31 - depuis l'application mobile

Que les auto entrepreneurs paient une cotisation vieillesse minimale, cela fera rentrer un peu d’argent dans les caisses

Portrait de Azrael68
19/janvier/2023 - 16h50 - depuis l'application mobile

Il n’y a quasiment que des syndicalistes donc par définition des gens qui sont contre tout , y compris le travail ! Et qui plus est ont voté pour Macron qui avait prévu cette réforme dans son programme ! Maintenant ils viennent pleurer !

Portrait de Electro
19/janvier/2023 - 18h24

En tous css, je constate que le destructeur parle depuis l'Espagne sur les retraites et dans la minute qui suit, il y a des violences dans le cortège.

Il est bien le détonateur de la violence dans notre pays, non ?

Portrait de COLIN33
19/janvier/2023 - 15h42 - depuis l'application mobile

si vous ne manifestez pas, signez la pétition sur
change.org

Portrait de COLIN33
19/janvier/2023 - 13h32 - depuis l'application mobile

Si vous ne manifestez pas signez la pétition sur change.org

Portrait de colmart18
19/janvier/2023 - 11h56

Beaucoup de gens sont contre tout : réformes , travail , réalités , évidences . Les syndicats ne sont plus crédibles depuis longtemps car trop politisés , les personnes syndiquées sont très peu nombreuses sauf dans des entreprises ou il faut être syndiqué pour avoir de l'avancement ou obtenir les bons postes . 

Même si on a 1million de personnes dans la rue aujourd'hui , il faudra que cela se confirme dans la durée , et ça , je n'y crois pas du tout . Quand aux anti-Macron de gauche Nupes , ils vont juste mettre l'extrême droite sur les rails pour une victoire en 2027 , bien vu non ? 

Portrait de lucieat
19/janvier/2023 - 10h20

Je pense que si le gouvernement commençait à faire entrer tous les parlementaires ( les ex ministres, tous ceux grassement payés au Sénat ou Assemblée par exemple...) et les ex présidents (2 actuellement et bientôt 3, jeunes encore donc des années de pension à payer) dans le régime général, la mesure passerait mieux.

Que leurs mandats soient compté comme un CDD, au même titre qu'un autre boulot, et qu'ils perdent les privilèges subsistant après (bureaux, secrétaires, voitures etc..)...mais je crains que les députés et sénateurs aient du mal à voter une loi qui les léserait, la place est trop bonne

Portrait de lucieat
19/janvier/2023 - 10h14

Il faut être réaliste, il est nécessaire de changer ce régime de retraite, pour que justement nos enfants aient une retraite, ne soyons pas égoïstes, soit il faudra cotiser plus, et c'est impensable , soit travailler plus longtemps.

J'entends des gens proches de la retraite qui refusent de travailler jusqu'à 62 ans, ils n'ont pas lu le texte, c'est 3 mois par 3 mois pendant plusieurs années, donc ce n'est pas 2 ans de plus actuellement ...

En France, on est des pays d'Europe qui travaillent le moins longtemps, 2 ans de plus et on seraient encore dans la moyenne basse.

Bien sur , il faut adapter au cas par cas, pour les métiers difficiles ou longues carrière, mais franchement, dans les administrations par exemple, ils ne se tuent pas à la tâche

Portrait de maurice anticassos
19/janvier/2023 - 09h39

Faineants,

changez de pays, vous serez mieux ailleurs.

Portrait de jeanseb54
19/janvier/2023 - 08h47 - depuis l'application mobile

Arrêtons de gaver nos anciens et actuels politiques et il y’aura assez d’argent pour les retraites et même combler le trou de la sécu

Portrait de COLIN33
19/janvier/2023 - 08h25 - depuis l'application mobile

Solidaire contre ce gouvernement......