07/01/2023 11:01

L’Agence américaine des médicaments recommande désormais l’utilisation d’un nouveau médicament prometteur dans le traitement de la maladie d’Alzheimer : Le Leqembi

L’Agence américaine des médicaments (FDA) recommande désormais l’utilisation d’un nouveau médicament dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Ce nouveau traitement, qui sera commercialisé par l'entreprise pharmaceutique Eisai sous le nom de Leqembi, pourra ainsi être prescrit aux patients n'ayant pas encore atteint un stade avancé de la maladie. Ce traitement représente «une avancée importante dans notre bataille pour traiter efficacement la maladie d'Alzheimer», dont souffrent quelque 6,5 millions d'Américains, a salué la FDA dans un communiqué.

Le Leqembi, dont le principe actif est nommé lecanemab, cible les dépôts d'une protéine appelée bêta-amyloïde. Si la cause de la maladie d'Alzheimer reste mal comprise, les scientifiques ont établi que les malades présentent des plaques amyloïdes dans leur cerveau, qui se forment autour de leurs neurones et les détruisent à terme. C'est ce qui cause les pertes de mémoire caractéristiques de la maladie.

Selon des résultats cliniques – sur lesquels s’appuie la FDA – le nouveau médicament permettrait de réduire ces plaques amyloïdes.

L'agence mentionne également les résultats d'essais cliniques plus vastes, publiés récemment dans une revue scientifique. Menés sur près de 1.800 personnes suivies pendant 18 mois, ils avaient révélé une réduction de 27% du déclin cognitif des patients traités avec le lecanemab.

«C’est le premier médicament qui livre une véritable option de traitement pour des personnes atteintes d’Alzheimer», se réjouissait en novembre Bart De Strooper, directeur de l’Institut britannique de recherche sur la démence.

Reste que cette étude avait également révélé des effets indésirables graves. 17,3 % des patients ayant reçu le lecanemab ont souffert d'hémorragies cérébrales, contre 9% dans le groupe placébo.

D'autres ont été victimes d'un oedème cérébral : 12,6% pour les patients traités et seulement 1,7% pour les autres. De plus, au moins une personne ayant reçu le traitement est décédée.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions