04/01 12:02

Face à la flambée des prix de l’énergie, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire écarte l’hypothèse d’une explosion du nombre d’entreprises qui seraient contraintes de mettre la clé sous la porte

« Il n’y a pas de mur de faillites »: face à la flambée des prix de l’énergie, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a écarté mercredi l’hypothèse d’une explosion du nombre d’entreprises qui seraient contraintes de mettre la clé sous la porte. « Il y a une explosion des prix de l’électricité et du gaz qui est dure à vivre pour des milliers d’entrepreneurs, mais ils font face », a affirmé le numéro deux du gouvernement sur France Inter.

« C’est difficile, nous les accompagnons, mais je ne laisserai pas dire que ça va s’accompagner d’une vague de fermetures, de faillites, parce que ce n’est pas le cas », a-t-il insisté, au lendemain de l’annonce de mesures de soutien spécifiques pour les boulangers. « Aujourd’hui, moins d’1% des entrepreneurs envisagent de fermer ou de ralentir leur production », a assuré Bruno Le Maire en se basant sur des chiffres de l’Insee.

Selon la dernière enquête de conjoncture de l’Institut national de la statistique, qui a interrogé spécifiquement des entreprises industrielles, la baisse totale de leur production « en lien direct avec la hausse des prix de l’énergie » serait de l’ordre d’à peine 1,5%

Dans sa dernière enquête publiée fin octobre, la Confédération des petites et moyennes entreprises avance de son côté que 9% des dirigeants des TPE/PME « envisagent un arrêt de leur activité du fait de la hausse des prix de l’énergie ». Un chiffrage que le gouvernement « conteste », a indiqué Bruno Le Maire.

« Vous pouvez donner l’exemple de Duralex ou de William Saurin », deux entreprises qui ont récemment annoncé une suspension ou un arrêt partiel de leur activité en raison de l’explosion des coûts de l’énergie, « mais vous ne pourrez pas trouver de centaines d’exemples », a renchéri Bruno Le Maire.

Malgré une inflation de plus de 15% des prix de l’énergie entre décembre 2021 et décembre 2022 selon l’Insee, « il y a peu d’entreprises véritablement en grande difficulté face à l’explosion des prix de l’électricité, et qui du coup fermeraient ou ralentiraient leur activité », a estimé le ministre.

En ce qui concerne par exemple les 33.000 boulangers de France, il y a « peut-être quelques centaines de boulangers qui sont en réelle difficulté et ont donc besoin » des mesures de soutien dévoilées mardi par l’exécutif. Plus largement, « il y a trente fois moins de dispositifs d’activité partielle à la fin de l’année 2022 qu’au début de l’année 2022 », a fait valoir Bruno Le Maire.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de LISCO
5/janvier/2023 - 07h53
Nantes BZH a écrit :

Le prix de l'électricité n'a jamais été indexé sur le prix du gaz.

Le mécanisme qui conduit au prix de l'électricité est bien plus complexe.

 

c'est un peu plus complexe certes mais le fond du problème est bien là ce qui permet a tout un paquet de fournisseurs d'énergie de s'en mettre plein les poches alors que cela va entrainer des faillites dans les PME et chez les artisans.

Portrait de Fpt01
4/janvier/2023 - 21h10 - depuis l'application mobile

Ils comptent sur les UBER à vélo pour remplir les caisses de l’état

Portrait de Nantes BZH
4/janvier/2023 - 19h45
LISCO a écrit :

la solution est de sortir de l'accord de l'europe qui consiste a indexer le prix de l'électricité sur le prix du gaz !!!!

Le prix de l'électricité n'a jamais été indexé sur le prix du gaz.

Le mécanisme qui conduit au prix de l'électricité est bien plus complexe.

 

Portrait de Vosegus
4/janvier/2023 - 17h29
LISCO a écrit :

la solution est de sortir de l'accord de l'europe qui consiste a indexer le prix de l'électricité sur le prix du gaz !!!!

Proposition déjà faite en 2021 par un certain Eric Z, polémiste dans l'émission Face à l'info sur CNews. 

Portrait de Nowo
4/janvier/2023 - 17h26

Pour ceux qui avaient encore un petit espoir de sauver leur petite entreprise, maintenant vous êtes fixés, vous n'aurez rien ou très peu, le ministre tournera la tête et ira dans les médias dire que vous n'existez pas.

Portrait de LISCO
4/janvier/2023 - 16h27

la solution est de sortir de l'accord de l'europe qui consiste a indexer le prix de l'électricité sur le prix du gaz !!!!

Portrait de COLIN33
4/janvier/2023 - 13h38 - depuis l'application mobile

Si elles ne mettent pas la clé sous la porte, alors quoi ? tout sera gratuit !!!

Portrait de Nantes BZH
4/janvier/2023 - 13h54

Le plus nul de tous. Et de loin.

Il est même foutu de croire aux conneries qu'il raconte.

Portrait de HERVEpol
4/janvier/2023 - 13h03

Il se base sur fin 2022 , mais les prix sont X4 à partir du 1 janvier 2023 pour 80 % des entreprises , donc son calcul est archi faux !!! C est incroyablement fou et dangereux de déclarer ça , il est hors sol !!! oui nous sommes PME , TOUS , à espérer une baisse du coût de base du kw/h sinon nous fermons TOUS , mais avant ça l’inflation ça prendre 30% mini pour les consommateurs….

pourquoi dit il ça ?? Pourquoi cacher la vérité ?? Je gère une PMI pour info , je passe de 80 ke edf à 320 ke / an 

Portrait de Nowo
4/janvier/2023 - 12h20

Ca doit être bien de vivre la haut, sur un petit nuage avec ses copains...

Portrait de seb2746
4/janvier/2023 - 12h10

AH ?

Il explique comment les boites qui passent en électricité de 60k/an => 400k/an vont survivre à une telle différence de prix en consommant pourtant nettement - ?

Les producteurs de papier/carton et ceux qui utilisent pour produire de l'energie sont voués à la mort vu les augmentations, il va faire quoi contre ça ? payer les factures ?