31/12/2022 11:31

Yonne: La mairie de Migennes ne prendra plus en charge le chauffage du local des Restos du Coeur - L'association dénonce "une décision arbitraire"

"C'est autant de repas qui ne seront pas distribués" : le local des Restos du cœur de Migennes (Yonne) dénonce "l'arbitraire" de la mairie qui a décidé de ne plus payer le chauffage, invoquant la flambée des coûts énergétiques.

"Nous n'avons pas été consultés, c'est une décision arbitraire", a déclaré vendredi à l'AFP Alain Servion, le président des Restos du cœur de l'Yonne, après l'annonce par la municipalité de Migennes de ne plus payer, à partir de janvier, l'électricité du local mis gratuitement à la disposition de l'association.

"Ce que nous paierons en électricité, c'est autant de repas qui ne seront pas distribués. Dans la commune, on aide environ 500 personnes", souligne Alain Servion, précisant que la facture en jeu s'élève à 1.800 euros par an. À l'échelle du département, les Restos du cœur comptent quinze centres et environ 320 bénévoles. "J'ai eu peur mais pour les autres sites, cela s'est bien passé malgré la hausse des prix", indique-t-il.

Interrogé par l'AFP, le maire de Migennes, le LR François Boucher invoque une "augmentation des prix du gaz et de l'électricité de 300 à 400%". "J'ai un million d'euros d'économies à trouver sur un budget de 8,9. C'était ça ou supprimer des postes de fonctionnaires ou augmenter les impôts", explique-t-il.

"Nous avons de notre côté diminué au maximum la consommation, l'éclairage. Certaines salles publiques resteront fermées cet hiver. Mais il me reste encore 500 000 euros d'économie à trouver", plaide le maire de Migennes.

La commune d'environ 7 000 habitants (dans une agglomération qui en compte 15 000) est une des municipalités les plus sinistrées de la région, une situation encore aggravée par la fermeture récente de l'unité du sous-traitant automobile allemand Benteler qui employait 400 personnes à Migennes. "Quand la situation redeviendra normale, on reprendra" l'aide aux associations, assure M. Boucher.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Vosegus
31/décembre/2022 - 15h54

1 800 euros pour 500 bénéficiaires, ça fait 3.60 par tête de pipe/an. Je suis certain que chacun peut se délester de cette modique somme pour manger pendant plusieurs mois.

Portrait de Tempura
31/décembre/2022 - 14h52

Ces assoc de merde ne servent qu'à faire materner du migrant à des vieilles retraitées de l'éducation nationale.