06/12 15:01

Plusieurs centaines de vignerons ont défilé dans Bordeaux pour obtenir une prime à l'arrachage afin de répondre à une crise de surproduction qui fait chuter les prix - VIDEO

Plusieurs centaines de vignerons, accompagnés d'une vingtaine de tracteurs, ont commencé à défiler dans Bordeaux mardi pour obtenir une prime à l'arrachage, afin de répondre à une crise de surproduction qui fait chuter les prix.

"Viticulture abandonnée, misère dans le Bordelais", "1.000 viticulteurs en moins = 10.000 chômeurs en plus", "Boire un canon, c'est sauver un vigneron", peut-on lire sur les pancartes des manifestants, accompagnés de nombreux élus et parlementaires locaux, dont ceux de la majorité.

Le collectif organisateur de la manifestation demande d'arracher au moins 15.000 hectares de vignes avec une prime de 10.000 euros. Le plus grand vignoble AOC de France, avec ses 110.000 hectares cultivés dont 85% en rouge, est en plein marasme. Les manifestants ont observé une minute de silence symbolique devant le CIVB, l'interprofession locale, et pendu un mannequin "Stop au suicide" sur un arbre. Les petits producteurs reprochent à l'organisme d'insuffisamment défendre leurs intérêts.

Le CIVB défend un objectif d'arrachage moins élevé, autour de 10.000 hectares, et porte avec les pouvoirs publics une solution d'arrachage conditionnée à une reconversion agricole, dont la plupart ne veulent pas entendre parler. "On demande un plan social car le Bordelais est à bout, il n'arrive plus à vendre son vin", a déclaré à l'AFP Didier Cousiney, à la tête du collectif organisateur de la manifestation, pour qui "l'agonie dure depuis 18 ans".

La dernière manifestation des vignerons avait eu lieu en 2004, année de surproduction mondiale qui a commencé à faire baisser les cours. Le vignoble avait alors eu recours à l'arrachage mais sur une surface limitée (3.500 hectares). "Le prix actuel du tonneau pour le vin vendu en vrac ne couvre que 50% du coût de revient", a-t-il ajouté.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de LISCO
6/décembre/2022 - 16h09

l'Egypte avait dix plaies, la viticulture en a trois, le gel au printemps, les orages de grêle l'été et le manque de futs a l'automne.....

 

Portrait de Soulejack
6/décembre/2022 - 15h49

connaissez vous la différence entre un vigneron pauvre et un vigneron riche?

-et bien,le pauvre conduit lui-même sa Mercédès.aucune compassion pour cette corporation qui a engrangé des millions pendant des années.je n'achète que du vin espagnol et italien.

Portrait de Saxo51
6/décembre/2022 - 15h46
Rhume-19 a écrit :

C'est délicieux, le vin.

Il faut donc soutenir cette filière.

Alors il faut en reproposer dans les cantines scolaires ...

Portrait de Vosegus
6/décembre/2022 - 15h43
COLIN33 a écrit :

Le problème de la viticulture est a l'image de notre société actuelle, des riches voir très riches (châteaux) et propriétaires exploitants qui deviennent pauvres ou le sont déjà, ce n'est pas la superficie cultivée qui fait le revenu ! comme dans toutes les activités ils ne sont pas tous a plaindre ....

smiley

Franchement ! Faites un effort. 

Portrait de COLIN33
6/décembre/2022 - 15h28 - depuis l'application mobile

Le problème de la viticulture est a l'image de notre société actuelle, des riches voir très riches (châteaux) et propriétaires exploitants qui deviennent pauvres ou le sont déjà, ce n'est pas la superficie cultivée qui fait le revenu ! comme dans toutes les activités ils ne sont pas tous a plaindre ....

Portrait de Saxo51
6/décembre/2022 - 15h18

L'état n'est quand même pas responsable si les gens boivent moins de vin quand même !!!  On ne va pas donner une prime pour ça ...