29/11 15:23

La brigade de la répression de la délinquance contre la personne (BRDP) enquête sur des accusations contre "Les Anges" de NRJ12 - Le blogueur Jeremstar, spécialiste de la télé-réalité, a été entendu comme témoin

Ces deux dernières années, plusieurs ex-candidates de l'émission star de NRJ12, les Anges, ont annoncé leur intention de porter plainte estimant avoir été manipulées et victime de harcèlement lors de scènes de violences verbales et psychologiques. Au moins une plainte évoque par ailleurs une séquestration et la mise à disposition de drogue et d’alcool aux candidats. 

En avril 2021, quatre candidates de téléréalité ont lancé un mouvement de contestation sur Internet visant à dénoncer le harcèlement dont elles ont été victimes durant certains tournages. Angèle Salentino, Rawell Saiidii, Rania Saiidii et Nathanya Sion ont pris ensemble un avocat pour constituer leur plainte contre la société de production.

«Un acharnement, ce sont plusieurs personnes qui vont s’en prendre à une seule candidate et qui vont la pousser psychologiquement à bout. Cela se produit à travers des humiliations et des insultes. Dans mon cas, on m’a balancé du produit ménager sur le visage, on m’a traité de pute et de salope, on m’a menacé de me frapper», a détaillé Angèle en 2021  dans «Touche pas à mon poste» au sujet de son tournage dans la saison 4 des «Vacances des Anges».

«La production m’a enfermée à clef dans une chambre alors que je venais de me faire agresser physiquement par deux candidats. Au lieu de les sanctionner, les membres de la production m’ont mis à l’écart.»

Sur le plateau de «TPMP», Angèle Salentino, Rania Saiidii et Nathanya Sion ont raconté avoir plusieurs fois été poussées par des membres de la production à se mettre en couple contre leur gré pour les besoins du tournage.

Dans le cadre de cette enquête, le Parisien révèle que les enquêteurs ont souhaité interroger un spécialiste de la télé réalité, le blogueur Jérémy Gisclon, alias Jeremstar, afin qu'il raconte les coulisses de ce type d'émission. Il a donc été entendu pendant une heure et demie par la brigade de la répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Cette unité de la police nationale étudie de potentiels faits de harcèlement moral en marge de l’émission phare de NRJ 12.

Interrogé par Le Parisien, Jeremstar indique : "J’ai expliqué tout ce que j’ai vu sur les tournages. Les cas de harcèlement jamais sanctionnés mais au contraire encouragés, les fauteurs de troubles qui sont repris d’année en année, tout ce système nocif pour les candidates les plus fragiles"

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions