05/10 17:31

L’ancien président Donald Trump demande à la Cour suprême des Etats-Unis d’intervenir dans le dossier lié aux documents saisis cet été à sa résidence de Mar-a-Lago en Floride

L’ancien président Donald Trump a demandé mardi à la Cour suprême des Etats-Unis d’intervenir dans le dossier lié aux documents saisis cet été à sa résidence de Mar-a-Lago en Floride. Le milliardaire républicain a adressé un recours en urgence à la haute juridiction pour empêcher le ministère de la Justice d’examiner une centaine de documents portant la mention « classifié », saisis à cette occasion.

Ce recours ne porte pas sur la légalité de la perquisition spectaculaire menée en août par la police fédérale à Mar-a-Lago, et n’aborde aucune question de fond.

Il conteste juste une décision d’une cour d’appel qui a autorisé le ministère à examiner ces documents sans attendre les conclusions d’un expert indépendant, chargé de passer les 11.000 documents saisis en revue. La Cour suprême, qui a été profondément remaniée par Donald Trump pendant son mandat, n’est pas obligée d’accepter son recours. Bien qu’elle compte six magistrats conservateurs sur neuf, elle lui a déjà infligé des revers, notamment en refusant de le soutenir dans sa croisade post-électorale.

Cette nouvelle bataille légale porte sur les archives de la Maison Blanche. Quand il a quitté le pouvoir en janvier 2021, Donald Trump a emporté des boîtes entières de documents. Or, une loi de 1978 oblige tout président américain à transmettre l’ensemble de ses e-mails, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales. En janvier 2020, il leur a finalement remis quinze cartons. Après les avoir examinés, la police fédérale a toutefois estimé qu’il en conservait probablement d’autres dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago. Des agents du FBI s’y sont rendus une première fois en juin et ont acquis la conviction que tous les documents ne leur avaient pas été remis.

Le 8 août, ils ont mené une perquisition inédite sur la base d’un mandat pour « rétention de documents classifiés » et « entrave à une enquête fédérale », et ont saisi une trentaine d’autres boîtes. Depuis Donald Trump, qui flirte avec l’idée de briguer un nouveau mandat en 2024, se dit « persécuté » politiquement et assure que les documents saisis sont personnels ou déclassifiés.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COLIN33
5/octobre/2022 - 17h55 - depuis l'application mobile

Encore lui!