15/09 18:02

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin annonce un recul de 25% du nombre d'actes antisémites recensés en France au premier semestre par rapport aux six premiers mois de l’année dernière

Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est félicité mercredi soir du recul de « 25% » du nombre des actes antisémites recensés en France au premier semestre par rapport aux six premiers mois de l’année dernière. Allé inaugurer une synagogue à Levallois-Perret, dans la banlieue parisienne, le ministre de l’Intérieur a affirmé qu’il y avait eu « 227 actes antisémites » commis de janvier à juin, soit « pour la première fois, une baisse de 25% » par rapport à la même période de l’année précédente (298). Il a précisé que, sur ce total, « 50% (étaient) des actes physiques à caractère antisémites ».

Gérald Darmanin a estimé qu’il n’y avait « pas de distinction entre les actes antisémites et la haine d’Israël ». « Il faut le dire et le redire », a insisté le ministre, qui a été vivement applaudi. « Les mêmes qui dénoncent Israël et les mêmes qui dénoncent les défauts - et je mets des guillemets - des Juifs sont les mêmes qui dénoncent les policiers. Parfois les extrêmes se rejoignent », a également déclaré M. Darmanin.

Le ministre de l’Intérieur a en outre mis l’accent sur « la grande peur des Juifs en France, qui constatent physiquement, pas simplement culturellement, la peur de l’autre (...) car on a laissé trop faire ». Chargé des cultes de par ses fonctions, Gérald Darmanin a également fait valoir que « la laïcité française n’(était) pas la négation des religions » et « ce n’est pas la neutralité dans l’espace public ». « On pourra toujours porter des kippas dans les rues de France », a-t-il ajouté, promettant qu’aucune « loi républicaine ne l’interdirait ». « Il n’y a pas de laïcité sans liberté de culte et pas de liberté de culte sans lieu de culte », a poursuivi le ministre, mais « si la liberté de culte est quasi absolue, elle n’est pas absolue au point d’anéantir le culte des autres ».

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Decenale
15/septembre/2022 - 21h53

Qu'en est-il des actes francocides ?

Portrait de - - Hugo Drax - -
15/septembre/2022 - 20h40

La république maçonnique entretient et se sert de l'antisémitisme pour disqualifier les revendications sociales, pour faire diversion et pour se protéger elle-même.  Elle le garde latent dans la société et le fera ressurgir au moment opportun.

D'où les mantras contre-productif répétés en boucle: "s'attaquer aux juifs c'est s'attaquer à la république" ou encore "les juifs sont à l'avant-garde de la république" c'est exactement ce qu'ils veulent que la population pense. Si bien que ceux qui veulent s'attaquer à la république se tournent contre les juifs. C'est un leurre. Alors que la république est censée - par la constitution - protéger les juifs et pas le contraire.

Les politiciens et les juges font semblant de combattre l'antisémitisme tout en envoyant des signaux subtils inverses. Ils s'en servent de variable d'ajustement.