01/09 09:41

Les utilisateurs des motos sont tenus, depuis ce matin, de payer leur stationnement dans la capitale, où la mesure est difficile à digérer pour la communauté des motards

Après avoir tant espéré que la ville de Paris fasse machine arrière, les utilisateurs des deux-roues motorisés sont tenus, depuis ce matin, de payer leur stationnement dans la capitale, où la mesure est difficile à digérer pour la communauté des motards. Et deux sociétés ont été diligentées pour traquer les contrevenants. "Il faut sortir de cette exemption dont ont bénéficié finalement les scooters et les motos. C’est un mesure difficile, qui demande un effort significatif mais qui est essentielle pour la suite et la lutte contre les pollutions", rappelle à l'AFP David Belliard, adjoint (EELV) aux mobilités et à la transformation de l'espace public à la ville de Paris.

Pollution de l'air, nuisances sonores mais aussi "meilleur équilibrage de l’espace public" ou encore migration vers "des mobilités moins polluantes et plus douces", sont autant d'arguments avancés pour la mise en application d'une mesure faisant débat depuis plusieurs années. Depuis ce matin, pour garer son deux-roues motorisé (2RM) dans les rues de Paris, il faut s'acquitter d'un paiement s'il s'agit d'un véhicule thermique. Dans le centre de la capitale, le stationnement coûte 3 euros de l'heure contre 2 euros dans les arrondissements extérieurs.

Il est possible de bénéficier d'un tarif résidentiel: la carte annuelle vaut 22,50 euros par an, auxquels s'ajoutent 0,75 euro par jour de stationnement. Un pass professionnel est aussi proposé et la gratuité est appliquée pour les 2RM électrique et pour les 2RM handicap. Mais pour tous, il est obligatoire de s'enregistrer sur un site en ligne, ouvert fin juin.

Mardi, quelque 10.250 demandes avaient été accordées, selon la mairie.

Christophe (qui ne souhaite pas donner son nom) a profité des dernières heures de gratuité. Mécontent mais résigné, ce banlieusard qui vit à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) a pour habitude de venir avec son deux-roues sur son lieu de travail, dans le centre de Paris. A partir de maintenant, "ce sera un maximum de télétravail pour ne plus venir à Paris", dit-il à l'AFP. "Cette mesure a un coût prohibitif.

La journée c’est au minimum 40 euros quand on est non résident. C’est pas viable", regrette cet ingénieur en informatique, qui a bien pensé à investir dans un 2RM électrique avant de se raviser: "C’est extrêmement coûteux. C’est quasiment le double d’un thermique".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de arnol2
3/septembre/2022 - 10h31 - depuis l'application mobile
Saxo51 a écrit :

Ils devraient aussi interdire les remonte file pour les motards. Un vrai danger ....

@Saxo51. Le plus dangereux, ce n’est pas le/les motard/s, mais le cretin qui déboite ou change de file sans regarder dans son rétro.

Portrait de arnol2
3/septembre/2022 - 10h31 - depuis l'application mobile
Saxo51 a écrit :

Ils devraient aussi interdire les remonte file pour les motards. Un vrai danger ....

@Saxo51. Le plus dangereux, ce n’est pas le/les motard/s, mais le cretin qui déboite ou change de file sans regarder dans son rétro.

Portrait de Bob28
2/septembre/2022 - 08h59

Ce qui est choquant, ce n'est pas que le stationnement soit payant, c'est qu'il y a quelques années ils ont fait des campagnes d'incitation à l'achat de 2 roues avec comme argument le fait que le stationnement était gratuit.

C'est comme si ils nous incitaient à acheter un véhicule électrique en nous disant que "ça coûte quasiment rien au km", et que quelques années après les règles changent et que finalement ça coûte aussi cher que les véhicules thermiques.

Portrait de Saxo51
1/septembre/2022 - 10h29

Ils devraient aussi interdire les remonte file pour les motards. Un vrai danger ....