08/08 15:17

Vive émotion en Angleterre après un rapport qui affirme que 650 mineurs, en majorité des adolescents noirs, ont été mis entièrement nus par la police pour des fouilles

La commissaire à l'enfance pour l'Angleterre a exprimé son inquiétude devant l'ampleur du recours par la police de Londres aux fouilles à nu sur des mineurs : 650 en deux ans et majoritairement sur des adolescents noirs. Après l'émoi créé par la fouille intégrale infligée en 2020 à une adolescente noire de 15 ans, la «Children's Commissioner» Rachel de Souza, chargée de défendre les droits des enfants, a demandé à Scotland Yard les statistiques à ce sujet.

Entre 2018 et 2020, environ 650 jeunes de 10 à 17 ans ont été soumis à ce type de fouilles à corps, selon les chiffres rendus publics lundi. 58% d'entre eux ont été décrit par les policiers comme étant noirs, et plus de 95% étaient des garçons.

Dans 23% des cas, la fouille a eu lieu sans la présence d'un adulte tiers, comme la loi l'exige, sauf urgence.

Plus de la moitié de ces fouilles n'ont débouché sur aucune poursuite, conduisant la commissaire à l'enfance à penser qu'elles ne sont peut-être ni «justifiées ni nécessaires dans tous les cas».

Rachel de Souza s'est ainsi dite «profondément choquée» par le «nombre d'enfants» qui sont soumis «chaque année à cette pratique intrusive et traumatisante» et «profondément préoccupée» par la disparité ethnique ainsi constatée.

En réponse, la police de Londres a indiqué qu'elle «progressait rapidement dans ses travaux» pour que «les enfants qui font l'objet de ces pratiques intrusives soient traités de manière appropriée et respectueuse», mettant en avant des changements déjà entrepris.

La question a fait irruption au Royaume-Uni après la fouille infligée en 2020 à une adolescente noire dans l'infirmerie de son établissement scolaire. Elle avait été menée par deux policières, sans la présence d'un adulte tiers et alors que la jeune fille avait ses règles.

Soupçonnée à tort d'avoir dissimulé du cannabis, la jeune fille avait été profondément traumatisée par cette affaire, à l'origine de plusieurs manifestations. Un rapport des services de la protection de l'enfance avait conclu en mars qu'une telle fouille n'aurait «jamais» dû avoir lieu et que le «racisme (qu'il soit délibéré ou non) a vraisemblablement été un facteur qui a influencé la décision» de la mener.

Capture série : Orange is the new black

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
9/août/2022 - 13h06

Si la proportion de personnes de couleur commettant des actes de délinquance est importante, c'est normal que les personnes de couleur soient très représentées dans les cas de fouilles.

Portrait de Sebastien91
8/août/2022 - 17h36

Et donc où est le problème ? 

Portrait de Bigpower
8/août/2022 - 15h39

Moi aussi, je suis "profondément préoccupé par la disparité ethnique constatée" de la plupart des auteurs d'actes de délinquance !