31/07 14:54

Un morceau de la fusée spatiale chinoise lancée dimanche dernier a fait son retour non contrôlé dans l'atmosphère et s'est désintégré au dessus de l'océan Indien

Un morceau de la fusée spatiale chinoise lancée dimanche dernier a fait son retour non contrôlé dans l'atmosphère et s'est désintégré au dessus de l'océan Indien, a confirmé l'agence spatiale chinoise, des responsables américains reprochant à Pékin de ne pas avoir partagé ses informations sur cette descente potentiellement dangereuse.

Dans un communiqué publié sur son profil officiel WeChat, l'Agence spatiale chinoise a donné les coordonnées de l'impact: dans la mer de Sulu, à environ 57 kilomètres au large de la côte Est de l'île de Palawan aux Philippines.

"La plupart de ses dispositifs ont été détruits" pendant la descente, a déclaré l'agence au sujet de la fusée d'appoint, qui a été utilisée dimanche dernier pour lancer le deuxième des trois modules dont la Chine avait besoin pour compléter sa nouvelle station spatiale Tiangong, qui devrait être pleinement opérationnelle d'ici la fin de l'année.

Le retour dans l'atmosphère de la fusée chinoise avait été annoncé plusieurs heures plus tôt par l'armée américaine.

 

"Le commandement de la Force de l'Espace confirme que la fusée Longue Marche-5B de la République populaire de Chine a fait sa rentrée dans l'atmosphère au dessus de l'océan Indien le 30 juillet" à 16H45 GMT, avait tweeté l'armée américaine.

L'agence spatiale malaisienne a pour sa part dit avoir détecté des débris de la fusée en train de brûler avant de tomber dans la mer de Sulu, au nord-est de l'île de Bornéo. "Les débris de la fusée ont pris feu en entrant dans l'espace aérien terrestre et le mouvement des débris en feu a également traversé l'espace aérien malaisien et a pu être détecté dans plusieurs zones, notamment en traversant l'espace aérien autour de l'État du Sarawak", a-t-elle détaillé.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bib
31/juillet/2022 - 16h09

Par ailleurs, la mer de Sulu est dans l'Ocean Pacifique, et non l'Ocean Indien...

Portrait de bib
31/juillet/2022 - 15h25

Le risque que les débris tombe sur des zones habitées est actuellement faible,

mais il serait plus civil que certains lanceurs de fusée fassent en sorte que les mises en orbite se fasse de telle manière pour minimiser ces risques, et non à la "on verra bien'".

Car bien évidemment, une fois que le débris arrive sur terre, il n'y actuellement aucune solution pour le dévier d'une zone habitée.