15/07 10:32

Une enquête ouverte sur l’incendie qui a ravagé au moins 300 hectares d’un massif forestier au sud d’Avignon, après avoir été déclenché par le passage d’un train de marchandise

Une enquête a été ouverte sur l’incendie, désormais fixé, qui a ravagé au moins 300 hectares d’un massif forestier au sud d’Avignon, après avoir été déclenché par le passage d’un train de marchandise, a-t-on appris auprès du parquet de Tarascon.

Cet incendie, qui a parcouru 1 000 hectares et dévoré au moins 300 hectares, dont de nombreux pins dans le massif de la Montagnette, est parti jeudi après-midi d’étincelles générées sur la voie ferrée par un train de marchandise, qui a fait s’embraser la végétation, avait indiqué dès jeudi la préfecture.

De son côté, le parquet de Tarascon (Bouches-du-Rhône) a ouvert une enquête pour incendie involontaire.

«  Il s’agit a priori d’un feu accidentel, mais qui s’est déclenché dans des conditions qui restent à préciser. Le train de fret aurait généré des étincelles à plusieurs reprises, selon des témoignages  », a rapporté à l’AFP le procureur de Tarascon, Laurent Gumbau.

Est-ce dû à une défaillance technique ? À une défaillance de freinage ? Les enquêteurs ont commencé leurs investigations mais les matières dangereuses transportées devront d’abord être déplacées avant le début des expertises, a précisé le procureur.

 

Ce train «  a provoqué neuf départs de feu  », a affirmé de son côté le lieutenant-colonel Pierre Bisone, des pompiers des Bouches-du-Rhône, vendredi matin auprès de l’AFP, affirmant que tout serait «  probablement lié à un sabot de frein bloqué  » sur la machine.

Selon une source proche du dossier, le train a été arrêté en pleine voie par le conducteur, à la suite du déclenchement d’une «  alarme danger  » face à une température anormale constatée au niveau des quatre essieux.

Contacté par l’AFP, la SNCF n’était pas en mesure de préciser si ce train était affrété par Fret SNCF. Une partie du trafic TER reste perturbé.

Sur France Bleu Provence, Jean-Christophe Daudet maire de Barbentane (Bouches-du-Rhône), avance que le feu pourrait avoir été causé par "une faute humaine liée au contrôle technique du train". Un élément de frein serait "resté bloqué pendant des dizaines de kilomètres", causant les étincelles. "On ne sait pas si c'est un train de la SNCF ou un train privé", reconnaît-il.

Sur le terrain, l’incendie a pu être fixé au cœur de la nuit, mais un flanc reste «  très légèrement actif  » sur le massif de la Montagnette, a indiqué le lieutenant-colonel Bisone.

«  On va être extrêmement vigilants car avec le vent qui va se lever cet après-midi il pourrait y avoir une réinflammation du côté qui n’a pas brûlé  », a-t-il ajouté.

Quatre communes -Tarascon, Barbentane, Graveson et Boulbon - avaient mis à disposition des salles pour les évacués, et quelque 250 personnes y avaient trouvé refuge dans la nuit, même si la règle reste le confinement, insistaient encore les pompiers vendredi matin.

Jeudi, ce feu, qui dégageait un impressionnant panache de fumée, avait créé une ambiance apocalyptique, les cendres, poussées par un vent du sud, retombant jusqu’à Avignon où le festival de théâtre bat son plein.

La semaine dernière, 650 hectares de forêt avaient brûlé dans le Gard voisin et depuis mardi les secours luttent contre deux feux de forêt très importants en Gironde, avec quelque 5 000 hectares dévastés.

Ailleurs sur le web

Vos réactions