14/07 12:02

La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher ne peut pas gérer les dossiers liés à Engie en raison d'un risque de conflit d'intérêts selon un décret publié au Journal officiel

La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher ne peut pas gérer les dossiers liés à Engie en raison d'un risque de conflit d'intérêts selon un décret publié au Journal officiel, mais la mesure ne devrait durer que deux semaines, a affirmé son cabinet à l'AFP.

Le mari de la ministre, avec qui elle est en procédure de divorce, est en effet président d'Engie Global Markets, la plateforme trading d'énergie du groupe énergétique, et membre du comité exécutif de l'unité "Global Energy Management & Sales".

Agnès Pannier-Runacher était déjà soumise à des restrictions sur les dossiers liés à Engie depuis début 2019 en tant que secrétaire d'État auprès du ministre de l'Economie puis en tant que ministre déléguée à l'Industrie, alors qu'elle était encore en couple avec M. Pannier. Ces restrictions devraient être levées dans deux semaines, dès lors que leur convention de divorce sera pleinement validée, a assuré le cabinet de la ministre à l'AFP.

"Très concrètement cela signifie que dans les 15 jours qui viennent, si une décision urgente doit être prise vis-à-vis d'Engie, elle sera prise par la Première ministre", a-t-il précisé. "C'est un délai légal technique qu'on ne peut pas comprimer", a-t-il ajouté, assurant qu'il n'y avait "pas de difficulté dans le fonctionnement du cabinet mais seulement une précaution sur le cas d'Engie".

Dans ses précédentes fonctions, Mme Pannier-Runacher faisait aussi l'objet de restrictions sur les dossiers liés à Compagnie des Alpes et au secteur du tourisme, à l'entreprise de nettoyage et d'hygiène Elis, la compagnie maritime Bourbon corporation et le groupe australien de services financiers Macquarie, pour lesquels elle a travaillé à diverses fonctions.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de emsuppl_50
15/juillet/2022 - 00h03
bergil a écrit :

Parce que même divorcée elle ne peut pas favoriser son ex ?

Ben voilà, si les faits sont vraiment ceux décrits, on peut penser qu'on se fout de notre gueule. On lui dit stop, ce n'est pas possible, il y a trop de risques de favoritisme, même divorcés.

Portrait de bergil
14/juillet/2022 - 17h33

Parce que même divorcée elle ne peut pas favoriser son ex ?