10/06 07:16

Coronavirus : La thèse du virus du Covid-19 échappé d'un laboratoire en Chine mérite de «plus amples recherches», estiment des experts nommés par l'OMS

La thèse du virus du Covid-19 échappé d'un laboratoire en Chine mérite de «plus amples recherches», estiment des experts nommés par l'OMS, qui insistent sur l'absence pour l'heure de preuves définitives sur l'origine de la pandémie, quel que soit le scénario considéré.

Ces 27 experts couvrant une large palette de disciplines ont également dressé une liste d'études supplémentaires à mener sur la théorie d'un passage du virus du Covid-19 de la chauve-souris à l'homme par le biais d'un animal intermédiaire, non identifié.

«Ce rapport préliminaire n'est pas destiné – et il ne le fait d'ailleurs pas - à apporter des conclusions définitives sur les origines du Sars-Cov2 parce qu'il faut plus d'informations grâce aux études que le rapport recommande», préviennent les experts du Groupe consultatif scientifique sur les origines des nouveaux agents pathogènes (SAGO).

La mission de SAGO dépasse largement le cadre de la seule enquête sur les origines du Covid-19 et il doit surtout établir un catalogue de meilleures pratiques pour permettre de mieux détecter et plus rapidement le vecteur de la prochaine pandémie. Mais l'attention se porte naturellement sur l'origine du Sars-Cov2, un virus qui a fait une quinzaine de millions de morts selon l'OMS, depuis les premiers cas identifiés dans la ville chinoise de Wuhan fin 2019.

Le débat sur les origines est virulent dans la communauté scientifique mais il a surtout pris une dimension politique qui complique l'enquête.

Un premier groupe mixte de scientifiques internationaux et chinois, qui avait enquêté en Chine au début de 2021 après de longues tractations avec les autorités, avait privilégié la thèse de l'animal intermédiaire et le départ sur un marché de Wuhan. Il avait provoqué un tollé en écartant quasiment la thèse de la fuite d'un laboratoire de cette ville – malgré un manque de données au point d'obliger le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus à la remettre sur la table.

Trois experts de SAGO de Chine, du Brésil et de Russie ont estimé qu'il n'y avait pas lieu de poursuivre cette piste.

«Ce n'est pas parce que nous en parlons que nous pensons que c'est l'explication», a souligné la présidente de SAGO, Marietjie Venter, qui estime que pour l'heure «les indices les plus solides pointent vers une zoonose». Mais «nous devons avoir l'esprit ouvert et couvrir toutes les hypothèses», y compris celle de la fuite d'un laboratoire, a renchéri le co-président, Jean-Claude Manuguerra, lors d'un point de presse.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
10/juin/2022 - 14h11
Vade Retro a écrit :

Quand les 'complotistes à l'esprit ouvert' ont une longueur d'avance sur les théories moutonnières...

"La vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence." (Arthur Schopenhauer)

Vous avez compris la phrase «Ce n'est pas parce que nous en parlons que nous pensons que c'est l'explication».

Vous êtes certain que c'est la vérité sans le moindre bout de preuve. Que ce soit vrai ou faux, on ne peut pas raisonner comme ça.