26/05 16:33

L'acteur américain Kevin Spacey a été inculpé de quatre agressions sexuelles contre trois hommes, annonce le Crown prosecution service (CPS), le parquet britannique

L'acteur américain Kevin Spacey a été inculpé de quatre agressions sexuelles contre trois hommes, a annoncé jeudi le Crown prosecution service (CPS), le parquet britannique. "Le CPS a autorisé des poursuites pénales contre Kevin Spacey, 62 ans, pour quatre chefs d'agression sexuelle contre trois hommes", a déclaré Rosemary Ainslie, cheffe de la division spéciale des crimes du CPS dans un communiqué.

"Il a également été accusé d'avoir poussé une personne à participer à une activité sexuelle avec pénétration sans son consentement", a-t-elle ajouté, précisant que ces accusations "font suite à un examen des preuves recueillies par la police métropolitaine dans son enquête".

Une autre agression sexuelle concerne un second plaignant en aout 2008, également concerné par la participation à une activité sexuelle avec pénétration sans son consentement.

Enfin, Kevin Spacey est inculpé d'une quatrième agression sexuelle sur un troisième plaignant en avril 2013 dans le Gloucestershire (sud-ouest de l'Angleterre).

L'acteur oscarisé Kevin Spacey avait été accusé en 2020 d'agression sexuelle et de coups et blessures pour des faits survenus dans les années 1980 par l'acteur Anthony Rapp et une deuxième personne anonyme. Les deux plaignants avaient alors 14 ans.

La plainte, intentée devant le tribunal de l'État de New York à Manhattan, fait référence au même incident présumé qu'Anthony Rapp a raconté pour la première fois dans une interview accordée à BuzzFeed en octobre 2017 et qui a déclenché la chute de Kevin Spacey à Hollywood.

L'accusation initiale d'Anthony Rapp, en plein mouvement #MeToo contre l'inconduite sexuelle, a conduit à l'exclusion de Kevin Spacey de House of Cards et à la reprise de ses scènes dans le film Tout l'argent du monde par l'acteur Christopher Plummer.

En 2017, le théâtre londonien Old Vic avait annoncé avoir recueilli 20 “témoignages personnels” accusant de “comportement déplacé” l’acteur américain Kevin Spacey, directeur artistique de cet établissement entre 2004 et 2015. A l’issue d’une enquête interne menée par un cabinet juridique à la demande de l’Old Vic, “20 témoignages personnels sur des comportements inappropriés présumés de Kevin Spacey” ont pu être recueillis, écrit le théâtre dans un communiqué.

Ces accusations portent sur une période allant de 1995 à 2013, la majorité d’entre elles concernant des faits qui se seraient produits avant 2009.

L’enquête a également conclu que la “célébrité” de l’acteur américain “et son statut à l’Old Vic avaient pu empêcher les gens, et en particulier les jeunes employés et jeunes comédiens, de sentir qu’ils pouvaient parler ou demander de l’aide”.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de iceman
26/mai/2022 - 20h05
Nono75 a écrit :

Et surtout revenir aussi longtemps en arrière, dans le cas présent 1986. Comment trouver des preuves de culpabilités plus de trente ans en arrière ?

C'est comme pour Gilbert Rozon, le viol se serait produit en 1980, révélé en 2017, la justice l'acquitte en 2020 car le procès n'a pas permis de conclure à la culpabilité de M. Rozon « hors de tout doute raisonnable » et elle réclame au civil 880 000 euros en 2021 ainsi que trois autres femmes.

37 ans après, comment prouver une culpabilité ou se défendre ?

Pour un viol ou une agression sexuelle, c'est souvent limité à la parole de l'un contre celle de l'autre s'il n'y a pas eu de prélèvements médicaux immédiats, que ce soit 2 jours ou 30 ans après. Là on parle d'agression sexuelle à New York dans les années 1980, donc soumis à la prescription aux Etats-Unis contrairement au viol, du coup les faits les plus anciens sont sans doute prescrits de toute manière.

Portrait de Nono75
26/mai/2022 - 18h20
wicket a écrit :

Mais ils ne savent pas se défendre tous ces gens ????

Et surtout revenir aussi longtemps en arrière, dans le cas présent 1986. Comment trouver des preuves de culpabilités plus de trente ans en arrière ?

C'est comme pour Gilbert Rozon, le viol se serait produit en 1980, révélé en 2017, la justice l'acquitte en 2020 car le procès n'a pas permis de conclure à la culpabilité de M. Rozon « hors de tout doute raisonnable » et elle réclame au civil 880 000 euros en 2021 ainsi que trois autres femmes.

37 ans après, comment prouver une culpabilité ou se défendre ?

Portrait de wicket
26/mai/2022 - 18h09

Mais ils ne savent pas se défendre tous ces gens ????