23/05 07:15

L'ex-otage Ingrid Betancourt a annoncé le retrait de sa candidature à l'élection présidentielle du 29 mai en Colombie et son ralliement à un candidat indépendant

L'ex-otage Ingrid Betancourt a annoncé le retrait de sa candidature à l'élection présidentielle du 29 mai en Colombie et son ralliement à un candidat indépendant, Rodolfo Hernandez. Ingrid Betancourt renonce à se présenter à l'élection présidentielle de Colombie "Aujourd'hui j'ai pris la décision d'appuyer l'unique candidature qui peut mettre fin au système", a déclaré Mme Betancourt au cours d'une conférence de presse à Baranquilla (nord), au côté de M. Hernandez. "Les deux candidats ont signé un accord pour unir leurs forces au premier tour", indique un communiqué commun de leurs deux formations. Une décision "fondée sur la conviction qu'il y a plus de choses unissant les candidats que de choses qui les séparent", explique le texte, évoquant "la gestion éthique des affaires publiques", ainsi que "la lutte incessante contre la politique politicienne et la corruption". La Franco-colombienne se présentait sous les couleurs de son propre parti écologiste, Vert oxygène, portant un discours féministe et contre la corruption. Elle se voulait une alternative entre le candidat de gauche Gustavo Petro, en tête dans les sondages, et le représentant d'une coalition de droite Frederico Gutierrez. Sa candidature n'a cependant jamais décollé, tombant à 0,8% d'intentions de vote selon un dernier sondage de l'institut Invamer publié vendredi. Mme Betancourt faisait partie au début de la campagne d'une coalition centriste qu'elle a fait finalement éclater par ses déclarations tonitruantes contre ses partenaires, les accusant d'être complaisants avec la corruption. Elle a ensuite décidé de se présenter sous les couleurs de son propre parti, mais a là aussi dérouté par ses attaques très vives contre d'autres candidats, puis sa main tendue à l'ancien président de la droite dure, Alvaro Uribe (2002-2010), chef du Centre démocratique, parti actuellement au pouvoir. C'est sous sa présidence qu'elle avait été libérée des mains des FARC lors d'une opération clandestine de l'armée.

Ailleurs sur le web

Vos réactions