15/05 09:41

La police israélienne a annoncé l'ouverture d'une enquête après le tollé international provoqué par l'intervention de ses membres lors des funérailles de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh

La police israélienne a annoncé l'ouverture d'une enquête après le tollé international provoqué par l'intervention de ses membres lors des funérailles de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, dont le cercueil a failli tomber après les coups de matraque contre les porteurs. Des milliers de Palestiniens ont participé aux obsèques de la journaliste américano-palestinienne de la TV Al Jazeera, tuée mercredi d'une balle dans la tête alors qu'elle couvrait un raid militaire israélien dans le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Elle portait un gilet pare-balles siglé "presse" et un casque de reportage. A la sortie du cercueil de l'hôpital Saint-Joseph à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville également occupé par Israël, la police a pénétré dans l'enceinte de l'établissement et chargé une foule brandissant des drapeaux palestiniens.

Le cercueil a failli tomber des mains des porteurs frappés par des policiers armés de matraques avant d'être rattrapé in extremis, selon des images des télévisions locales. "Le commissaire de la police israélienne (...) a ordonné une enquête sur l'incident.

Les conclusions seront présentées au commissaire dans les prochains jours", a indiqué la police dans un communiqué. Elle a répété que les policiers "avaient été exposés à la violence des émeutiers, ce qui les a poussés à recourir à la force". Les images de la charge de la police circulant en boucle sur les réseaux sociaux ont provoqué un tollé international.

"Nous avons été profondément troublés par les images de l'intrusion de la police israélienne au sein du cortège funéraire", a dit le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, alors que la Haute-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Michelle Bachelet a parlé d'images "choquantes".

L'Union européenne a condamné "l'usage disproportionné de la force et le comportement irrespectueux de la police israélienne". La représentation française à Jérusalem a jugé "profondément choquantes" les "violences policières", et l'Espagne a dénoncé comme "inacceptables" le "recours à la force disproportionné". L'Allemagne a dit regretter que les funérailles n'aient pu se tenir "avec paix et dignité".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de jedi1973
16/mai/2022 - 10h20

vu la foule compact entourant le cercueil, meme sans policiers, c'etait deja tendu... Les palestiniens faisant de cette journaliste une excuse supp pour denoncer les Israeliens alors que les israéliens , la plupart du temps, reponds aux attaques palestinienne... ( genre on rouspète de la mort d'une palestienne alors que c'est nous qui avons attaquer les premiers...)