07/05 15:01

Cérémonie de réélection d'Emmanuel Macron : "Le peuple français n'a pas prolongé le mandat qui s'achève mais a confié à un président nouveau, un mandat nouveau" - Vidéo

Emmanuel Macron a fait "le serment" de "léguer une planète plus vivable" et "une France plus forte" lors de son investiture samedi à l'Elysée pour un second quinquennat au cours duquel il entend "agir sans relâche", en "des temps difficiles". Devant plus de 450 invités rassemblés dans la salle des fêtes, dont ses prédécesseurs Nicolas Sarkozy et François Hollande, le chef de l'Etat a esquissé l'esprit dans laquelle il entendait présider jusqu'en 2027. Il sera "un président nouveau" pour "un mandat nouveau", a-t-il affirmé au cours d'une allocution d'une dizaine de minutes.

Revenant sur sa victoire avec 58,5% des suffrages face à Marine Le Pen, il a estimé que les Français avaient fait "le choix d'un projet clair" face "aux sirènes d'idéologies dont nous pensions avoir quitté les rives" au XXe siècle et aux "démagogies faciles". "Le temps qui s'ouvre sera celui d'une action résolue pour la France et pour l'Europe", a-t-il promis.

"Agir d'abord pour éviter toute escalade suite à l'agression russe en Ukraine, aider la démocratie et le courage à l'emporter, bâtir une nouvelle paix européenne et une nouvelle autonomie sur notre continent". Il s'est également engagé à "agir pour une société du plein emploi", contre les "inégalités en refondant notre école et notre santé", contre le "terrorisme qui rôde toujours".

Après avoir officialisé son investiture - en se trompant de 90.000 voix dans l'annonce des résultats définitifs - le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius a insisté sur "les grands défis" à relever, la "guerre", le "réchauffement climatique" et les remises en cause de la "démocratie". "En ces temps troublés, soyons les serviteurs du droit et les esclaves du devoir", a-t-il ajouté, en citant Victor Hugo.

A la différence de 2017, cette nouvelle cérémonie investiture, au protocole très codifié, a été placée sous le signe de la sobriété, comme l'avaient été celles des précédents présidents réélus, François Mitterrand et Jacques Chirac.

A 11H00, Emmanuel Macron, vêtu d'un costume bleu, est entré d'un pas lent dans la salle des fêtes au son du concerto pour hautbois de Haendel, réservant son premier regard à son épouse Brigitte, qui l'attendait près du pupitre, en tailleur blanc. Après la proclamation des résultats, il s'est vu présenter le grand collier de la Légion d'honneur, posé sur un coussin de velours rouge - dont il est déjà grand maître depuis 2017.

Parmi les invités, figuraient le Premier ministre Jean Castex, tout sourire, ses prédécesseurs Edouard Philippe, Manuel Valls, Jean-Pierre Raffarin ou Alain Juppé, les ministres, de nombreux élus, les responsables des corps constitués, des académies, des religions..

Ils côtoyaient, sous les ors du palais, la famille du président, des soignants, les maires de certaines communes où s'était déroulé le grand débat en 2019 après la crise des "gilets jaunes", des responsables d'associations, des sportifs comme Brahim Asloum, champion olympique de boxe, des élèves d'une classe de 6e de l'Oise labellisée JO 2024. Le chef de l'Etat a également salué les parents de Samuel Paty, l'enseignant décapité en octobre 2020, la veuve du premier médecin décédé du Covid ou le maire de Trèbes, la ville où avaient été tuées en mars 2018 trois personnes dont le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame.

"Il y avait beaucoup de gravité parce que la situation est grave", a souligné le centriste François Bayrou à l'issue de la cérémonie. Le parterre d'invités préfigurait aussi la "nouvelle méthode" que le président réélu, souvent jugé méprisant et trop solitaire dans l'exercice du pouvoir, a promis de mettre en oeuvre dans les cinq prochaines années, en "planifiant, réformant et associant" toutes les forces vives du pays, des partenaires sociaux aux associations.

"Souhaitons que cette nouvelle méthode, qui reste à définir, puisse permettre au pays de retrouver confiance en lui", a lancé François Hollande en sortant de l'Elysée. "Les épreuves vont être considérables", a-t-il averti. A l'issue de la cérémonie, Emmanuel Macron est sorti dans les jardins de l'Elysée pour passer en revue les troupes au son de la Marseillaise mais aussi du morceau "Terre et mer" du Bagad de Lann-Bihoué, déjà joué durant le quinquennat pour rendre hommage à des militaires tués en opération au Sahel.

Comme le veut la tradition, 21 coups de canon ont été tirés depuis les Invalides. Dans l'ensemble, la cérémonie "est un prolongement d'un rituel quasi monarchique, une sorte de sacre du monarque républicain", a expliqué l'historien Jean Garrigues à l'AFP.

Cette investiture n'a toutefois pas marqué le début du nouveau quinquennat: il faudra officiellement attendre la fin du premier, le soir du vendredi 13 mai à minuit.

La nomination du nouveau Premier ministre, objet de toutes les supputations depuis plusieurs jours, n'interviendra qu'après cette date.

11h10: Emmanuel Macron prend la parole : "Le peuple français n'a pas prolongé le mandat qui s'achève. Ce peuple nouveau, différent d'il y a cinq ans, a confié à un président nouveau, un mandat nouveau. Il nous faut inventer une nouvelle méthode en associant les forces vives, en planifiant, en réformant. Notre pays peut ainsi décider de grandes ambitions nationales.

 

Ce sera le fondement de la renaissance démocratique dont nous avons besoin et chacun aura sa part de responsabilité. C'est dans les temps les plus difficiles que la France révèle le meilleur d'elle-même. Nous en sommes là, à ce moment où la France bascule. Ayant le courage de regarder notre avenir en France et soyons fidèle à nos valeurs de liberté, égalité, fraternité et laïcité. Continuons d'aimer la République."

.

11h08: Le Président Macron est accueilli en premier lieu par Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel afin de recevoir le collier de Grand maître de l'ordre de la Légion d'honneur. Le général Puga, grand chancelier de l’école de la Légion d'honneur, prononcera cette phrase : «Nous vous reconnaissons comme grand maître de l'ordre de la Légion d'honneur». Emmanuel Macron s'exprimera ensuite devant ses invités.

11h02: Emmanuel Macron de faire son entrée sur la musique composée par Haendel.

 

10h56: Plusieurs membres du gouvernement sont présents. Parmi eux Olivier Véran, Élisabeth Borne et Jean Castex.  Nicolas Sarkozy accepté l’invitation d’Emmanuel Macron. François Hollande est aussi présent. Une première dans l’histoire de la cinquième République.

.

10h35: De nombreuses personnalités sont présentes à l'Elysée pour assister à la cérémonie qui se veut plus simple que la précédente

 

09h40: Il s'agit avant tout d'une cérémonie télévisée, retransmise en direct sur toutes les grandes chaînes et réalisée par Jérôme Revon, maître d'oeuvre de plusieurs grandes cérémonies du quinquennat et conseiller d'Emmanuel Macron pendant sa campagne. Une quinzaine de caméras ont été installées dans la cour, le palais et le jardin, "un dispositif important, comme pour un gros match de foot", a expliqué le réalisateur à l'AFP. Une répétition vendredi soir a permis de régler les derniers détails.

Mais l'événement sera beaucoup moins spectaculaire que l'investiture du 14 mai 2017, lorsque des centaines de journalistes et d'invités guettaient dans la cour d'honneur, et jusque sur les toits, l'arrivée du jeune président de 39 ans sur le long tapis rouge et le départ de son prédécesseur François Hollande dans la foulée.

Cette fois, la cérémonie sera sobre, par respect du protocole mais aussi par volonté politique après la nette victoire d'Emmanuel Macron marquée néanmoins par un score record de son adversaire d'extrême droite Marine Le Pen.

La seule touche personnelle du président réélu portera sur le choix des 450 invités, avec des catégories qui seront honorées, après les crises traversées durant le premier quinquennat et pour ouvrir sur l'avenir.

07h11 : Réélu pour un second mandat, Emmanuel Macron aura droit à une cérémonie d’investiture.Celle-ci sera organisée ce à 11 h au Palais de l'Élysée. La cérémonie de «réinvestiture» sera, toutefois, réduite au minimum étant donné qu’il n’y aura pas de passation des pouvoirs. «Si le Président de la République est reconduit dans ses fonctions, comme en 1988 et en 2002, la cérémonie d'investiture est en effet réduite au minimum», ont fait savoir les sages.

 

Comme le veut la tradition, la cérémonie de «réinvestiture» se déroulera dans la salle des fêtes du palais de l'Elysée, laquelle avait été entièrement rénovée en 2019. Le Président réélu y entrera à 11h, accompagné des présidents des deux Assemblées, Richard Ferrand pour l’Assemblée nationale et Gérard Larcher pour le Sénat, ainsi que le Premier ministre sortant Jean Castex.

Suivant le protocole, Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, lira la décision de proclamation des résultats définitifs de l’élection avant que le chef de l’Etat n’en signe le procès-verbal.

Cette fois, le grand chancelier de la Légion d’Honneur ne remettra pas les insignes de Grand-Croix au président fraîchement réélu car il les a déjà reçu en 2017. Néanmoins, le grand maître de la Légion d’honneur sur lequel figurent tous les noms des présidents de la République depuis Vincent Auriol lui sera présenté.

Puis, Emmanuel Macron prononcera le traditionnel discours d’investiture. Celui-ci devrait être porté sur le rayonnement de la France en Europe et dans le monde.

Le président devrait appeler à la «cohésion nationale» et fixer son cap pour les cinq années à venir.

À l’issue, une revue des troupes va avoir lieu dans les jardins de l’Élysée où Emmanuel Macron recevra les honneurs militaires et rendra hommage au drapeau français au son de l’hymne national, «La Marseillaise», joué par l'orchestre de la garde républicaine. Enfin, 21 coups de canon devraient être tirés depuis les Invalides pour signer la fin de la cérémonie.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de cochepa
7/mai/2022 - 23h12
"Le peuple français n'a pas prolongé le mandat qui s'achève mais a confié à un président nouveau, un mandat nouveau"

alors là ça a fait ma soirée !!! smileysmiley  ptdr

pourquoi il a un jumeau qui à pris le relais ou quoi !!?? on a changé son cerveau ? sa pupuce electronique ? il se prend pour le beaujolais ?? lui avec le mélanchon(chon-chon) qui sera au moins ministre (de quetchose vu qu'il ne se presente pas aux legislatives)  ... les humoristes vont avoir de la matière a rire. Et nous les dindons (ou plutot pigeons) de la farce.

Mais au secours E.T. je suis certes un terrien ... mais Pu... sortez moi de là !!

Portrait de legaulois2009
7/mai/2022 - 18h32

je vous es baiser pendant 5 ans, visiblement vous avez aimés cela puisse que vous m'avez réélu

Portrait de seb2746
7/mai/2022 - 15h28

Voilà, maintenant il pourra tuer les civils Français sans souci vu qu'on a re-voté pour lui et ses massacres...

 

d'ici 5 ans, plus de retraites et plus aucun droit du travail, ça va être super.

Portrait de MICMAH458
7/mai/2022 - 14h20
emsuppl_50 a écrit :

Tout ce cirque pour un individu en train de ruiner l’économie française et d’entraîner l’Europe dans le mur. Tout le  monde trouve ça normal.

ps : c’est qui ce truc en vert ? c’est Bachelot ou Kermit la grenouille ?

Un peu les deux, Mon Général.  C'est en tout cas une personne âgée qui va vite retourner faire quelques piges en tant que chroniqueuse, histoire d'améliorer sa retraite, chez ses amis hanouna et ruquier.

Portrait de emsuppl_50
7/mai/2022 - 14h08

Tout ce cirque pour un individu en train de ruiner l’économie française et d’entraîner l’Europe dans le mur. Tout le  monde trouve ça normal.

ps : c’est qui ce truc en vert ? c’est Bachelot ou Kermit la grenouille ?

Portrait de Raspoutine from South
7/mai/2022 - 14h00
ago47 a écrit :

Heureusement qu'il y a sur ce site des personnes supérieurement intelligentes pour nous le rappeler.

Mercismiley

Bas si il a raison, quand on voit l'autre jour les 3/4 qui ne comprenaient pas la différence entre une utopie et un programme effectif...ça pique.

Portrait de MICMAH458
7/mai/2022 - 13h17

"J'ai compris", "j'ai changé", "je suis un nouveau président", "je ne ferai plus les mêmes erreurs".  C'est, j'ai envie de dire, le moment de sonner la fin de la blague : ce quidam n'a rien compris, et il va continuer pendant encore 5 ans ce qu'il a fait (et surtout pas fait) pendant les 5 précédentes.  Next, aurait dû voter le peuple français, mais il s'est encore fait avoir.

Portrait de Nowo
7/mai/2022 - 12h34

"Le peuple français n'a pas prolongé le mandat qui s'achève. Ce peuple nouveau, différent d'il y a cinq ans, a confié à un président nouveau, un mandat nouveau."

Ca commence bien ! déjà entrain de mentir !

Le peuple français est le même ! il a voté de la même façon qu'aux précédentes élections ! Contre les extrêmes et certainement pas pour lui ! 

Portrait de Michel02
7/mai/2022 - 11h41

La vice présidente parade encore !!! accompagnée de toute sa sainte famille. On va encore payer les frais de repas pour eux!!!! honteux.

.

Portrait de nantes63
7/mai/2022 - 11h34

C'est la réunion des leches cul qui esperent un poste lamentable

 

Portrait de YVESM
7/mai/2022 - 11h29
Nouschka a écrit :

"investu" verbe de 4ème groupe,non?

Du même groupe que : 

« travestu »

 « mentu »

 « trahu »

Portrait de Nouschka
7/mai/2022 - 11h25 - depuis l'application mobile

il n'a pas été réélu pour lui mais contre d'autres et c'est bien là tout le problème,à force de devoir choisir entre la peste et le choléra,on se retrouve avec les deux...

Portrait de Nouschka
7/mai/2022 - 11h23 - depuis l'application mobile

"investu" verbe de 4ème groupe,non?

Portrait de nantes63
7/mai/2022 - 11h16
Seraphim21 a écrit :

Tiens cette raclure de Fabius est toujours présent. Il a du sang sur les mains mais toujours à son poste. La france est vraiment la république des ripoux! 

Il y a aussi un repris de justice et multi mis en examen SARKO !

Portrait de ago47
7/mai/2022 - 10h26
2510RED a écrit :

"Réinvestiture" cela veut dire qu'il a été de nouveau élu par le peuple français comme Président. 

Je dis cela car beaucoup sur ce site ne l'ont pas encore compris. 

Heureusement qu'il y a sur ce site des personnes supérieurement intelligentes pour nous le rappeler.

Mercismiley

Portrait de YVESM
7/mai/2022 - 10h25

Pauvre pays.