02/03 16:02

Guerre en Ukraine: La ville de Paris apporte «son soutien et sa solidarité» au «peuple allié et ami» de l'Ukraine, en débloquant notamment une «aide d'urgence exceptionnelle» d'un million d'euros

Pour «réaffirmer son attachement à la paix», la municipalité parisienne a décidé d'apporter «son soutien et sa solidarité» au «peuple allié et ami» de l'Ukraine, en débloquant notamment une «aide d'urgence exceptionnelle» d'un million d'euros. Celle-ci doit permettre entre autres «d'accueillir des réfugiés ukrainiens à Paris dans les prochains jours.

Pour cela, la municipalité a fait savoir ce mardi 1er mars dans la soirée qu'elle allait réunir les équipes de l'ambassade d'Ukraine à Paris, mais aussi les associations d'accompagnement des ressortissants ukrainiens, les associations de solidarité ainsi que les ONG, afin de «recenser les besoins et faciliter l'organisation des collectes» de produits de première nécessité.

L'argent débloqué doit ainsi financer le travail des acteurs de terrain, qui gèrent à la fois le recueil des dons et leur acheminement «en Ukraine ou dans les pays frontaliers». Pour leur faciliter la tâche, la municipalité a exceptionnellement mis «10.000 m2 de locaux» à disposition, afin de stocker les produits récoltés.

D'autre part, ces associations et ONG font en sorte que Paris soit prête à accueillir les réfugiés ukrainiens. Pour cela, la Ville est en lien direct avec la cellule de crise du ministère des Affaires étrangères et la Préfecture de région. Les bailleurs sociaux, ainsi que les acteurs hôteliers et immobiliers parisiens, ont été mobilisés afin de fournir des hébergements aux réfugiés venus d'Ukraine.

L'adjointe à la maire en charge de la vie étudiante, Marie-Christine Lemardeley, accueillera spécifiquement les étudiants ukrainiens, ce jeudi 3 mars, à l'Hôtel de ville. Une cellule d'écoute et d'aide psychologique leur sera proposée «en lien avec le CROUS», et les «services et dispositifs» de la Ville seront mobilisés «pour leur venir en aide». De la même façon, les enfants des familles ukrainiennes installées à Paris seront accueillis gratuitement «dans les crèches et les écoles parisiennes», y compris dans les cantines.

Un site, mis en ligne par la Ville de Paris et «à disposition de l'Etat», permettra également d'assurer «un dispositif de premier accueil» de ces Ukrainiens, en «proposant un accompagnement social, médical et psychologique». Toutes les mairies d'arrondissement sont mises à contribution, de même que les établissements municipaux et «la Fabrique de la Solidarité qui mobilisera les Parisiennes et Parisiens volontaires pour contribuer à ces actions en soutien des associations».

Par ailleurs, la municipalité précise que les Parisiennes et Parisiens ayant de la famille en Ukraine peuvent contacter le 39 75 «afin d'être orientés vers les services compétents», s'ils souhaitent obtenir «des informations ou s'engager auprès des associations».

Enfin, pour afficher «la solidarité de Paris envers la capitale ukrainienne», «les mairies d'arrondissement, les lieux emblématiques et les principaux lieux culturels parisiens feront l'objet d'un pavoisement aux couleurs du drapeau ukrainien». La maire de la ville, Anne Hidalgo, a également indiqué qu'elle comptait proposer l'attribution de la citoyenneté d'honneur à la ville de Kiev, lors du prochain Conseil de Paris.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de serguei
2/mars/2022 - 19h02

Prete à tout la pouf "maire de" paris, y compris d'augmenter son déficit pour tenter de se tenir au dessus de 2° de votes !... Les parisiens apprécieront, y compris les demandeurs de logements qui attendront un peu plus ... 

Portrait de Arus
2/mars/2022 - 18h11

au moins les parisiens sauront pourquoi ils payent des impots

Portrait de COLIN33
2/mars/2022 - 17h37 - depuis l'application mobile

Bonne initiative, mais ce n'est pas l'argent qui va les sauver de ce fou de Poutine......

Portrait de AntinemesisBack
2/mars/2022 - 17h02

Les crimes de guerre des ukrainiens sur la region du donbass depuis 2014 (13 000 morts) mis en avant hier par la reporter de guerre Anne laure Bonnel, on en parle un peu quand meme? non? ah bon...

alors ok , y a "les mechants" et les "gentils"...