15/02 16:02

Mexique: Découvrez les images choc d'une nuée d'oiseaux qui est «tombée du ciel» soudainement en plein vol et qui s'est s'écrasée au sol - Mais qu'a bien-t-il pu se passer? - VIDEO

Une nuée d'oiseaux est «tombée du ciel» soudainement en plein vol et s'est s'écrasée de manière inexpliquée au sol, le 7 février, dans la ville mexicaine de Cuauthémoc. Une caméra de surveillance a enregistré cet étrange phénomène survenu dans cette ville de l'Etat de Chihuahua, au nord du Mexique. Cette vidéo est devenue virale sur les réseaux, faisant le tour du monde. 

Selon les médias locaux, le 7 février au matin, des centaines d'oiseaux migrateurs en provenance du Canada volaient tranquillement au-dessus d'une rue déserte de la ville ; lorsque subitement, plusieurs dizaines d'entre eux se sont effondrés morts sur la chaussée.

 

La police a été appelée vers 8h20 par les habitants du quartier d'Alvaro Obregon, afin de lui signaler que de très nombreux cadavres d'oiseaux jonchaient les trottoirs. La vidéo a d'ailleurs été complétée par des images montrant les corps sans vie de ces passereaux. Il s'agit d'oiseaux appelés carouges à tête jaune qui appartiennent à l'espèce aviaire du genre Xanthocephalus xanthocephalus. 

En attendant les résultats de l'autopsie qui sera pratiquée prochainement sur plusieurs spécimens pour déterminer les causes exactes de cette hécatombe, plusieurs hypothèses ont été formulées pour tenter de l'expliquer.

Selon le journal local El Heraldo de Chihuahua qui a rapporté le premier l'histoire, un vétérinaire en observant les dépouilles des volatiles, a suggéré que la cause de leur mort serait peut-être due à l'inhalation de fumée ou de vapeur toxique provenant d'un chauffage à proximité. Certains ont également mise en cause l'importante pollution atmosphérique de la région. Une autre hypothèse attribuait la cause de cette mortalité subite, au fait que les oiseaux auraient passé trop de temps sur une ligne électrique et auraient donc été «surchargés».

Enfin, il pourrait s'agir plus probablement de la présence d'un oiseau prédateur qui aurait créé la panique au sein de la nuée de carouges à tête jaune, selon des experts interrogés par le site du journal britannique The Guardian. En effet, celui-ci a interviewé plusieurs spécialistes qui ont déclaré que le vol d'oiseaux migrateurs avait été «éjecté» d'en haut par un rapace descendant en piqué sur ces proies.

«Cela ressemble à un rapace comme un faucon pèlerin ou un aigle qui poursuit une nuée comme il le fait avec les étourneaux sansonnets, et elle s'est écrasée lorsque les oiseaux ont été contraints de descendre», a déclaré au Guardian Richard Broughton, un scientifique qui travaille pour le Centre britannique d'écologie et d'hydrologie. 

«On peut voir qu'ils réagissent comme une vague au début, comme s'ils étaient chassés d'en haut», a-t-il ajouté.

Cette explication a été validée par Alexander Lees, maître de conférence en biologie de la conservation à l'université de Manchester. 

«Pour ma part, en visionnant seulement la vidéo et sans les analyses toxicologiques des oiseaux morts, je dirais que la cause la plus probable est que la nuée de volatiles a cherché à éviter un rapace, en plongeant au sol» a indiqué Alexander Lees au Guardian.

«La réaction première afin de trouver une explication plausible est de pointer la pollution de l'environnement mais les collisions avec les infrastructures sont très courantes. Dans un vol d'oiseaux en formation serrée, les individus suivent les mouvements de celui devant plutôt que de se fier à l'environnement aux alentours. Il n'est donc pas surprenant que de tels événements se produisent de temps en temps», a-t-il conclu.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de BrunoNo
15/février/2022 - 17h42

rafale descendante ?

Portrait de veronique corlobe
15/février/2022 - 17h41

qu'a bien t il pu.....rhooo mais relisez vous avant de valider

Portrait de MICMAH458
15/février/2022 - 16h25

Un trou d'air peut-être ?  Jean-Claude Van Damme déclarait il y a quelques années que, si il n'y avait pas d'air autour de nous, tous les oiseaux tomberaient par terre.  (je rigole, bien sûr...)