11/01/2022 17:17

Coronavirus: Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, prévoit 75% de grévistes jeudi et la moitié des écoles fermées dans le cadre d'une mobilisation nationale contre le protocole sanitaire

17h16: Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu mardi que 75% des enseignants du premier degré seraient grévistes et que la moitié des écoles seraient fermées jeudi, dans le cadre d'une mobilisation nationale contre le protocole Covid-19 mis en oeuvre dans les établissements scolaires. "Cette mobilisation historique par son ampleur sur ces vingt dernières années n'est pas 'une grève contre le virus' mais illustre le ras-le-bol grandissant dans les écoles", écrit le syndicat dans un communiqué. Le Snuipp-FSU dénonce "des conditions de travail qui se dégradent" et "les mensonges permanents du ministre de l'Education", Jean-Michel Blanquer, qui avait lancé mardi matin : "On ne fait pas une grève contre un virus".

16h45: Emmanuel Macron a reconnu mardi "la lassitude" des enseignants et des parents d'élèves face aux protocoles sanitaires successifs dans les écoles, mais demandé "de la patience" tout en défendant à nouveau son choix de laisser les écoles ouvertes. "Je crois fondamentalement que le choix que nous avons fait de maintenir l'école ouverte est le bon choix", a-t-il redit, à deux jours d'un appel à la grève des enseignants contre des protocoles complexes communiqués au dernier moment.

"Je pense qu'il faut qu'on s'arme tous d'un peu de patience, de bienveillance, ajuster les choses avec pragmatisme", a poursuivi Emmanuel Macron, lors d'un point de presse avec le président du Conseil européen Charles Michel. "Le Premier ministre (Jean Castex) a annoncé hier une mesure de simplification qui enlève certaines contraintes, en particulier pour se rendre dans les pharmacies", a-t-il rappelé, alors que le protocole initial avait généré de longues files d'attente devant les pharmacie pour tester les enfants à répétition.

"Il n'y a pas de système parfait", a plaidé le chef de l'Etat, en réclamant "de la patience et du pragmatisme" pour, "à chaque fois, ajuster les choses". "Je sais qu'il y a de la lassitude. Je sais qu'il y a parfois de l'énervement", a-t-il conclu, "mais je pense que nos enfants et nos adolescents sont la chose la plus importante", et qu'il faut "continuer de veiller sur eux". L'exécutif, qui cherche toujours la sortie face à la contestation à l'école, a tenté de corriger le tir lundi soir en dépêchant Jean Castex au 20h00 de France 2, pour acter d'un assouplissement marginal du protocole pour les élèves cas contact.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de president
11/janvier/2022 - 21h10

Ca m'arrange pas du tout mais je vais garder les gosses Jeudi pour soutenir le mouvement même si l'établissement ne fait pas grève

Portrait de COLIN33
11/janvier/2022 - 18h43 - depuis l'application mobile

Si Macron ne craignait pas pour les présidentielles, sûrement que les écoles auraient fermé en prolongeant les vacances de Noël, comme dans les pays qui nous entourent....