10/01 12:55

Emmanuel Macron à Nice: Le Président de la République veut "doubler les policiers sur le terrain d'ici à 2030" - VIDEO

12h55: Emmanuel Macron a déclaré lundi à Nice vouloir tripler à 300 euros l’amende pour harcèlement de rue, un acte qui sera qualifié de « délit », et entend doubler la présence policière dans les transports, dans le cadre d’une future loi sur la sécurité (Lopmi). Dans cette nouvelle loi - qui ne pourrait être votée qu’après 2022 - le chef de l’Etat a expliqué vouloir « doubler la présence policière dédiés dans les transports en commun aux horaires où les agressions sont le plus constatées ».

Emmanuel Macron a fait valoir que « parmi les victimes de vols avec ou sans violence et de violences sexuelles dans les transports en commun » les femmes représentaient « respectivement 56% et 95% des victimes pour 52% de la population ». Il a par ailleurs annoncé le doublement en cinq ans du nombre des des enquêteurs dédiés aux violences intrafamiliales, portant leur nombre à 4.000.

Le président Macron a en outre promis que la Lopmi augmenterait de 200 le nombre des intervenants sociaux dans les commissariats et les gendarmeries pour atteindre un total de 600. Il a rappelé les engagements annoncés ces derniers mois pour lutter contre les violences intrafamiliales, comme la création d’un « fichier » afin de prendre en compte les signaux faibles de dangerosité, empêcher la récidive par des individus déjà connus« .

En août dernier, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait souhaité, à propos des armes à feu (un tiers des femmes sont tuées par armes à feu), que le fichier des personnes mises en cause pour violences intrafamiliales soit connecté à ceux des possesseurs d’armes et d’interdits de port.  »Cela permettra, avait-il dit alors, de vérifier si un mis en cause pour de tels faits de violences « est détenteur d’une arme et donc de la lui retirer, sans même le témoignage de sa conjointe ».

12h45: Emmanuel Macron a annoncé lundi que le budget de la sécurité serait accru de 15 milliards d’euros sur cinq ans, dans le cadre d’un projet de loi qui sera présenté en Conseil des ministres en mars. Cette « loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur » (Lopmi) - qui ne pourrait être votée qu’après l’élection présidentielle - rajoutera au budget de la sécurité 15 milliards d’euros supplémentaires sur cinq ans, soit une hausse de 25% par rapport au budget actuel, a déclaré le président lors d’un déplacement à Nice.

Cet effort budgétaire, qui serait historique, viendrait après celui du budget 2022 qui était déjà un record avec 1,5 milliard d’euros supplémentaire dédié à la sécurité. Concrètement, le budget du ministère serait augmenté d’un milliard la première année, de deux la deuxième année et ainsi de suite jusqu’à cinq milliards de plus la cinquième année, de sorte que le total atteindrait 15 milliards à la fin de la Lopmi.

12h30: Emmanuel Macron a également annoncé à Nice une généralisation des amendes forfaitaires délictuelles (AFD) pour les délits sanctionnés par des peines inférieures à un an de prison

12h17: Emmanuel Macron a annoncé lundi vouloir « doubler les policiers sur le terrain d’ici 2030 », notamment par la suppression de tâches annexes et des réorganisations. Cette mesure viendra en complément de la création des 10.000 postes de forces de l’ordre depuis le début du quinquennat, a précisé le président à Nice, devant des élus et des associations, lors d’un déplacement consacré à la sécurité.

En septembre, à Roubaix, lors d’un déplacement sur ce thème, le chef de l’Etat avait déjà évoqué ce doublement des effectifs sur la voie publique.

Il a expliqué lundi que pour parvenir à cet objectif au cours des cinq prochaines années, la loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur (Lopmi) mettrait « un terme aux tâches indues », comme la garde des bâtiments publics, le transfert des détenus, la police des audiences, etc. Au total, cela devrait permettre de dégager « 3.500 policiers et gendarmes » pour les mettre sur la voie publique.

En outre, Emmanuel Macron a annoncé une accélération du dégagement des policiers et gendarmes des tâches administratives. « Il n’y aura plus, a-t-il dit, à compter de 2023 un seul de ces personnels actifs dans les fonctions de contrôle administratif à nos frontières ou de gestion des centres de rétention administrative (CRA) ». « Cela nous permettra de remettre pas moins de 3.000 agents sur la voie publique », a-t-il estimé.

12h10: "Nous allons mobiliser beaucoup plus massivement ces forces et doubler la présence policière dans les transports en commun, en particulier aux horaires où les agressions sont les plus constatées", a déclaré Emmanuel Macron. Le Président a également annoncé  la généralisation des amendes forfaitaires au lieu des peines de moins d'un an de prison.

12h08: Le point sur ce que l'on sait à la mi-journée

Emmanuel Macron est lundi à Nice pour présenter ses propositions sur la sécurité, un thème central à trois mois de la présidentielle, et défend un bilan qualifié de "Waterloo sécuritaire" par la droite. Ce premier déplacement du président depuis qu'il a affirmé la semaine dernière vouloir "emmerder" les non vaccinés, intervient sur fonds de violences contre les élus en faveur du pass vaccinal, comme l'agression dimanche d'un député LREM de Saint-Pierre-et-Miquelon, vivement condamnée par la classe politique.

Le chef de l'Etat, donné à ce stade largement en tête des sondages au premier tour, doit "dessiner les contours" de la future loi de programmation et d'orientation pour la sécurité intérieure (Lopsi) pour les années 2022-27. "Nous devons œuvrer à la vie tranquille à laquelle tous nos concitoyens ont droit, nous n’y sommes pas encore (...) mais nous devons améliorer inlassablement les choses", a-t-il déclaré au début d'une séquence d'échanges avec des élus devant le futur "hôtel des polices" devant réunir les polices nationale et municipale dans un commissariat doté de technologies de pointe.

Il doit se projeter vers l'avenir et "tracer des perspectives" car "on ne peut pas se permettre d'être figé sur la sécurité", selon un conseiller. Il aura fort à faire pour défendre un bilan que lui conteste radicalement la droite.

La semaine dernière, lors d'un déplacement dans le sud-est, la candidate LR Valérie Pécresse avait annoncé son intention de "ressortir le Kärcher de la cave" pour "nettoyer les quartiers", reprenant une expression controversée de Nicolas Sarkozy lorsqu'il était ministre de l'Intérieur.

11h31: Le Président Emmanuel Macron évoque les actions menées depuis le début de son quinquennat en matière de sécurité. "Il faut mieux faire travailler notre police et notre justice", a-t-il déclaré. "Nous avons réinvesti ces 5 dernières années dans notre sécurité avec 10.000 postes". Le chef d'Etat veut "doubler les policiers sur le terrain d'ici à 2030".

11h09: Le Président Emmanuel Macron, accompagné de Christian Estrosi, vient d'arriver à Nice. Le chef de l’Etat est également accompagné de Gérald Darmanin et de Marlène Schiappa. Le chef de l'Etat doit notamment poser la première pierre du futur «hôtel des polices» au côté du maire, Christian Estrosi. Selon l'Elysée, ce projet doit permettre de réunir les polices nationale et municipale.

Censée entrer en service en 2025, cette structure accueillera quelque 2.000 policiers (1.200 nationaux, 800 municipaux) et sera dotée du premier centre d'hypervision urbain, connecté à des caméras de surveillance ainsi qu'à de nombreux capteurs (air, circulation...). Sa création a coûté 220 millions d'euros, dont plus de 170 financés par l'Etat.

08h00: Eric Ciotti,député LR des Alpes-Maritimes et lieutenant de Valérie Pécresse profite même de ce déplacement présidentiel, qu’il boycottera, pour accuser le chef de l’Etat de « laisser aux Français une France Orange mécanique », dans Le Figaro à paraître ce lundi.

Fustigeant « un Waterloo sécuritaire » au moment d’évoquer le bilan du président en matière de lutte contre la délinquance, Eric Ciotti s’en prend vertement à Emmanuel Macron en visite dans sa circonscription, prétexte selon le député à « une petite manœuvre électorale ».

« Emmanuel Macron est en train de dévoyer les institutions en faisant campagne avec les moyens de l’État de façon éhontée. Il vient déposer la première pierre factice d’un commissariat dont les travaux ne commenceront pas avant deux ans et dont la demande de permis de construire n’est même pas déposée », fustige l’élu qui ne participera pas au traditionnel accueil républicain. Eric Ciotti organisera par contre une « contre-programmation » à la maison d’arrêt de Nice dans la matinée, a indiqué son entourage. Puis il lancera le comité « Pécresse 2022 » dans les Alpes-Maritimes.

07h11 : La venue d'Emmanuel Macron aujourd'hui à Nice sera placée sous le thème de la sécurité. Le chef de l'Etat doit notamment poser la première pierre du futur «hôtel des polices» au côté du maire, Christian Estrosi. Selon l'Elysée, ce projet doit permettre de réunir les polices nationale et municipale.

Censée entrer en service en 2025, cette structure accueillera quelque 2.000 policiers (1.200 nationaux, 800 municipaux) et sera dotée du premier centre d'hypervision urbain, connecté à des caméras de surveillance ainsi qu'à de nombreux capteurs (air, circulation...). Sa création a coûté 220 millions d'euros, dont plus de 170 financés par l'Etat.

Lors de ce déplacement, le président de la République doit aussi «dessiner les contours» de la future loi de programmation et d'orientation pour la sécurité intérieure (Lopsi), pour les années 2022-27. Ce texte avait été évoqué par Emmanuel Macron dans son discours à Roubaix, en clôture du Beauvau de la sécurité, le 14 septembre dernier.

Le chef d'Etat s'était engagé à «[le] présenter au 1er trimestre», ajoute la présidence. Accompagné de Gérald Darmanin et Marlène Schiappa, respectivement ministre de l'Intérieur et ministre déléguée à la citoyenneté, Emmanuel Macron abordera les problématiques sécuritaires de manière plus large, lors d'un échange avec des représentants des forces de l'ordre, de la société civile et de la magistrature. Il sera question de lutte contre la délinquance, de prise en charge des victimes, de féminicides et de cybersécurité, selon l'Elysée.

<

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Z 1934
10/janvier/2022 - 17h50

 

SUPER ! Merci Président.

Portrait de bergil
10/janvier/2022 - 14h34

Suivant le fameuse expression " demain on rase gratis " !

Portrait de vraimentcompliqué2
10/janvier/2022 - 14h27

Le gars au manche depuis maintenant 57 mois, le même qui a dénoncé des "violences policières", découvre les problèmes d'insécurité et veut doubler les effectifs de Police.

MACRON arrête de nous prendre pour des cons !

Portrait de MICMAH458
10/janvier/2022 - 14h01

<Il veut doubler les effectifs ?  Et bien moi, je veux les tripler !!  Ca n'engage à rien de le dire, et en 2030 je ne serai peut-être plus là, et lui non plus d'ailleurs.  Bref, les promesses électorales habituelles, comme dans l'"ancien monde" qu'il voulait faire oublier, et dont il continue à utiliser les mêmes ficelles et accumuler les mêmes scandales au sein de ses collaborateurs.

Portrait de FrenchDreamer
10/janvier/2022 - 13h19

On arrive vers les présidentielles. Il a compris que pour avoir les bénêts dans sa poche il faut commencer à s'y prendre tôt. 

BFM fera le reste du boulot pour les bas fonds de la france

Portrait de emsuppl_50
10/janvier/2022 - 13h14

Soutenir, encourager la police nationale, c'est bien mais n'oubliez pas les hôpitaux.

 

Portrait de lucieat
10/janvier/2022 - 13h00

C'est un peu tard pour décider ça, il fallait le faire dès le début du mandat et non en période électorale où ça parait suspect et sent la pêche aux voix

Portrait de Pln
10/janvier/2022 - 12h27

Pourquoi juste doubler ? Décupler aussi tant qu'il y est.

Avec la dette abyssale qu'il laisse aux français, on y croit tous.

Au moins avec Zemmour pas besoin de promettre un flic tous les 3 mètres qui au final ne servent qu'à emmerder les gens qui portent un masque sous le nez. Avec Zemmour on commence par arrêter d'importer toute la racaille du monde.

Portrait de ago47
10/janvier/2022 - 11h55
dakota a écrit :

J'ai entendu ça aussi .

Il viens poser la 1ere pierre d'un "futur Hotel de Police" dont le permis de construire n'est meme pas encore déposé !

Si ça c'est pas de la campagne électorale bien orchestrée ! smiley

Evident qu'il est en campagne. Il va occuper toute la journée toutes les chaines..!!!

Déjà ce matin la moitié de l'émission de JM.

Portrait de Nerfertiti
10/janvier/2022 - 11h39
COLIN33 a écrit :

Si Ciotti boycotte, bon débarras, ce n'est pas sa place, elle est avec le Pen, Zemmour comme l'on fait Mariani, Garraud, Pelletier.....a dégager !

mais Ciotti a raison de boycotter cette mascarade !

On se croirait au cirque Pinder avec Bozzo le clown et Achile Zavatta smiley

Portrait de abel1945
10/janvier/2022 - 11h33

la paillasson estrosi baisse les mains de son maître en vue d'obtenir un ministère en juin 2022smileysmiley

Portrait de Nerfertiti
10/janvier/2022 - 11h31

Macron et Estrosi le traître qui inaugurent un hôtel de police dont ils n'ont pas encore le permis de construire smiley

ou comment faire une campagne déguiser avec du vent

 

Portrait de dakota
10/janvier/2022 - 11h25
DixèmeDose a écrit :

Le Haineux anti France ,Macron et son caniche Estrosi vont poser la première pierre d'un hôtel des polices dont le permis de construire n'a même pas encore été déposé !

J'ai entendu ça aussi .

Il viens poser la 1ere pierre d'un "futur Hotel de Police" dont le permis de construire n'est meme pas encore déposé !

Si ça c'est pas de la campagne électorale bien orchestrée ! smiley

Portrait de soly
10/janvier/2022 - 11h25
DixèmeDose a écrit :

Le Haineux anti France ,Macron et son caniche Estrosi vont poser la première pierre d'un hôtel des polices dont le permis de construire n'a même pas encore été déposé !

Oui, Macron le Guignol ne respecte pas la loi, car il est interdit de commencer une construction sans l'obtention au préalable d'un permis de construire....

Portrait de DixèmeDose
10/janvier/2022 - 11h17

Le Haineux anti France ,Macron et son caniche Estrosi vont poser la première pierre d'un hôtel des polices dont le permis de construire n'a même pas encore été déposé !

Portrait de COLIN33
10/janvier/2022 - 08h21 - depuis l'application mobile

Si Ciotti boycotte, bon débarras, ce n'est pas sa place, elle est avec le Pen, Zemmour comme l'on fait Mariani, Garraud, Pelletier.....a dégager !