02/12 13:02

Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu explique qu'une "autonomie" de la Guadeloupe consisterait en "une décentralisation poussée à l'extrême" - VIDEO

Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a expliqué qu'une "autonomie" de la Guadeloupe, évoquée en pleine crise sociale pour donner davantage de marge de manoeuvre aux élus locaux, consisterait en "une décentralisation poussée à l'extrême". L'idée a été portée au débat par le ministre fin novembre après des discussions avec les élus de Guadeloupe, alors que l'île, comme sa voisine de la Martinique, fait face à des violences et des manifestations contre l'obligation vaccinale anti-Covid faite aux soignants.

"Ce n'est pas le gouvernement qui propose l'autonomie pour la Guadeloupe, c'est le gouvernement qui a dit 'allez jusqu'au bout de vos phrases Mesdames et Messieurs les élus'", a de nouveau souligné Sébastien Lecornu aujourd'hui sur Europe 1, en évoquant le souhait émis par ces élus de les "laisser arranger à (leur) manière" cette obligation vaccinale. "Pardon mais, en creux, si ce n'est pas un débat sur l'autonomie qui se tenait devant mes yeux, c'est quoi ?", a-t-il demandé.

Pour lui, "l'autonomie, c'est la décentralisation poussée à l'extrême. En quoi ce serait un gros mot ? (...) L'autonomie, elle existe déjà dans la République, en Polynésie, en Nouvelle-Calédonie", a-t-il argumenté. Il a néanmoins concédé avoir le sentiment que c'est "un débat d'élus" et que "la population n'en a que faire".

Le ministre a par ailleurs dénoncé les contradictions de la droite qui est vent debout contre une telle idée, ciblant notamment le président de l'Association des maires de France David Lisnard. Il a également visé le candidat à l'investiture LR à la présidentielle Xavier Bertrand qui, lorsqu'il "parle de fraction de la nation et de coup de canif donné à la communauté nationale, insulte les Calédoniens et les Polynésiens", a estimé Sébastien Lecornu.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de soly
2/décembre/2021 - 16h51

L'autonomie c'est : les guadeloupéens font ce qu'ils veulent, notamment en matière de vaccination, et pour le reste la France métropolitaine continue de payer pour eux, aides sociales y compris.... Elle est pas belle la vie ?...Face à la grogne des guadeloupéens, Macron est prêt à tout pour ne pas perdre la face....