22/09 12:02

Une dose de rappel accroît l'efficacité du vaccin de Johnson & Johnson contre le Covid-19, selon de nouvelles données communiquées par l'entreprise

Une dose de rappel accroît l'efficacité du vaccin de Johnson & Johnson contre le Covid-19, selon de nouvelles données communiquées par l'entreprise. Le remède de J&J a été conçu au départ comme un vaccin unidose. Mais avec une deuxième dose injectée environ deux mois (56 jours) après la première, les niveaux d'anticorps observés sont multipliés "par quatre à six", selon un communiqué de l'entreprise pharmaceutique américaine.

L'efficacité du vaccin contre les cas symptomatiques de la maladie au moins 14 jours après l'injection de cette dose de rappel était alors de 75%, et de 100% contre les cas graves, selon les données d'un essai clinique mené dans plusieurs pays, chez des personnes de 18 ans et plus.

Aux Etats-Unis, l'efficacité contre les cas symptomatiques (modérés à graves) montait à 94% avec cette dose de rappel.

A titre de comparaison, selon les dernières données de l'essai clinique initial sur une seule dose de vaccin, l'efficacité du remède aux Etats-Unis contre les cas symptomatiques était de 70%.

Selon Johnson & Johnson, les variants en circulation réduisent l'efficacité du vaccin contre les cas graves.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de NOEL687
24/septembre/2021 - 03h32

Escroquerie pharmaceutique avec la complicité de dictatures de fonctionnaires...

Portrait de BeOil
22/septembre/2021 - 15h22
croco a écrit :

@BeOil En tout cas, même en prenant ton exemple, 15% des non vaccinés représentent à eux seuls 43% des décès. Je sais que tu es nul en statistiques et quelque soit le pseudo que tu utilises, mais ça fait plus que 50% d'efficacité.

Alors le cracra, je n’ai toujours utilisé que ce pseudo, faut arrêter ton délire de persécution déjà que tu es une burne intersidérale en calcul.

Avec 85% de la population éligible vaccinée (je parle de minimum deux doses de poison), on devrait se retrouver avec environ 35% de décès pour arriver à une efficacité de 90% comme tu le serines béatement sans savoir faire une règle de 3.

Avec 57% de décès malgré 85% de vaccinés éligibles, on se retrouve avec 75% d’efficacité ce qui est bien moins efficace qu’une hygiène stricte. Tu n’as qu’à te mettre un pistolet sur la tempe avec une seule munition engagée dans le barillet. Personne de censé n’oserait appuyer sur la queue de détente, même pas toi le petit commercial pfizer.

Quand à l’efficacité sur les contaminations, elle est nulle, tout le monde scientifique est au courant (sauf en france où le science sert le politique, un grand classique des républiques bananières).

Portrait de BeOil
22/septembre/2021 - 14h32
avalonze2 a écrit :

moi ce que je vois  , c'est la dernière grosse étude de l'IHU  sur 15 000 personnes ,

efficacité contre les formes grave , uniquement de 50%  , donc une personne  sur 2 , leur vaccin ne fonctionne pas 'pfizer'    , c'est juste un résultat pitoyable 

et d'ailleurs le résultat est proche du vaccin contre la grippe ,  entre 25 et 65 %  et parfois 0

Cela correspond tout à fait aux chiffres de l’agence de santé Israélienne où l’on apprend que durant la vague d’août/septembre, 57% des décès ont eu lieu chez les vaccinés pour 85% de la population éligible vaccinée.

Cela ne donne même pas 50% d’efficacité sur les décès, quand aux contaminations, on sait qu’elle est nulle depuis l’étude du cas du cluster du massachussets.

Portrait de Greenday2013
22/septembre/2021 - 13h56
Gwoné a écrit :

Le très sérieux Telegraph fait des révélations sur les recherches en gain de fonction à Wuhan.

Le virus a clairement été modifié pour se transmettre plus facilement à l'homme.

L'article désigne ouvertement Peter Daszak comme le commanditaire de ces travaux.

Le même Daszak qui se fait éviscérer par ses pairs dans le Lancet suite à la tentative de dissimulation de son implication.

Ça devient bouillant là...

Vous inventez complètement cette information, il n'y a rien dans la presse ou le Telegraph sur le sujet.