20/09 10:02

La puissante major de l'industrie musicale Universal Music, filiale de Vivendi, va entrer en Bourse mardi à Amsterdam soulignant le renouveau d'une entreprise à succès

La puissante major de l'industrie musicale Universal Music (UMG), filiale de Vivendi, va entrer en Bourse mardi à Amsterdam. Cette introduction vient souligner le renouveau d'une entreprise à succès. Lorsque Vincent Bolloré prend le contrôle de Vivendi en 2014, il met la main sur cette filiale musicale gérée de Santa Monica, aux portes de Los Angeles (Californie), qui a traversé la crise du MP3 et du piratage avec les deux autres géants du secteur Warner et Sony.

Le groupe est notamment propriétaire des célèbres studios Abbey Road qui ont abrité les Beatles et Lady Gaga, ou encore Kanye West et Amy Winehouse, de EMI Records (Justin Bieber, Keith Richards, Metallica) et de Capitol Records (Katy Perry, Paul McCartney). Il s'est également offert en 2020 les droits de l'intégralité du catalogue de chansons de Bob Dylan, l'une des acquisitions les plus importantes de l'histoire de la musique.

Grâce à l'essor du streaming et des offres d'écoute illimitée par abonnement, UMG est devenu la poule aux oeufs d'or de Vivendi, jusqu'à générer en 2020 7,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires, soit 46% des revenus du groupe.

Pour la direction de Vivendi, propriétaire notamment du groupe Canal+, du géant de la communication Havas ou de l'éditeur Editis, le temps est pourtant venu de laisser Universal poursuivre seul sa route et de recentrer Vivendi sur l'édition, la publicité et les médias.

Peut-être considère-t-elle qu'avec une valorisation supérieure à 30 milliards d'euros lors de la vente de 20% à un consortium mené par le chinois Tencent, puis de la cession de 10% au financier Bill Ackman, la valeur d'UMG est proche de son sommet.

"Nous créons les conditions pour que la valorisation de Vivendi dans son ensemble soit supérieure à la somme des parties qui le composent", justifie le président du directoire Arnaud de Puyfontaine qui entrevoit "des passerelles entre l'édition et l'audiovisuel, entre le gaming (jeu vidéo) et le spectacle vivant, entre la musique et la publicité".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de MsieurJay
20/septembre/2021 - 10h49

C'est beau d'être corporate (pour être politiquement correcte) à chaque fois qu'il s'agit d'une filiale de Mr Bolloré... Mais d'oublier le reste de sont actualité bien mouvementé judiciairement  ...