19/09 10:46

Antivax : Des professionnels de santé et des scientifiques appellent l'État à assurer la protection des soignants et scientifiques qui vaccinent face aux menaces dont ils font l'objet

Dans une tribune, publiée dans Le Parisien, des professionnels de santé et des scientifiques appellent l'État à assurer la protection des soignants et scientifiques face aux menaces dont ils font l'objet de la part d'individus opposés aux vaccins. "Les flots d’insultes, les tentatives d’intimidation, les menaces souvent extrêmes et explicites, les violations de vie privée se sont déversés sur nous, sans discontinuer, et se poursuivent à un rythme de plus en plus soutenu", alertent les signataires, parmi lesquels on trouve notamment la cheffe du service infectiologie de l'hôpital Saint-Antoine, Karine Lacombe, ou des associations luttant contre la désinformation en ligne, ont dénoncé les agressions et menaces, en ligne, mais aussi dans la réalité, auxquels ils sont confrontés.

Estimant qu'ils sont des "cibles désignées" du fait de leur prise de parole publique sur les questions scientifiques liées au Covid-19, ces professionnels demandent donc la "mise à disposition d’un garde du corps ou d’une protection policière pour ceux qui le demandent parmi les soignants et scientifiques les plus menacés".

Une escalade de violence contre l'ensemble des professionnels de santé Ce n'est pas la première fois que ces professionnels dénoncent ce climat hostile à leur égard.

En décembre dernier, des médecins généralistes, dont le docteur Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre (UFML) et également signataire de la tribune de samedi, avaient déjà dénoncé les menaces d'agressions, voire de morts, des anti-vaccins via des lettres anonymes ou sur les réseaux sociaux.

En août, une liste de professionnels de santé, nommée "la liste des condamnés promis à la guillotine", avait été publiée sur France-Soir, l'ancien site de référence devenu un hébergeur de tribunes complotistes.

Ces derniers mois cependant, c'est l'ensemble des professionnels de santé qui ont dénoncé une escalade de violence à leur encontre de la part des opposants à la gestion de l'épidémie et des complotistes. Un pharmacien avait ainsi été violemment pris à partie lors d'une manifestation anti-pass sanitaire à Montpellier.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de PhilRAI
19/septembre/2021 - 22h09

Et s'ils arrêtaient d'injecter cette saloperie de vaccin à des gens qui ne veulent pas servir de cobayes ?

Portrait de Buenas
19/septembre/2021 - 13h02
RSA forever a écrit :

Selon RTL, aux US, "les scientifiques ont fait part de leurs inquiétudes quant aux possibles effets secondaires qu'engendrerait une troisième dose de vaccin Pfizer si elle était administrée à l'ensemble de la population, surtout chez les plus jeunes."

Oups...

QUE SAIT-ON DES EFFETS SECONDAIRES LIÉS À LA TROISIÈME DOSE ?

Une étude préliminaire israélienne publiée au début du mois d’août et relayée par Reuters indique que la plupart des personnes ayant reçu une 3e dose du vaccin à ARNm (Pfizer) ont ressenti des « effets secondaires similaires ou moins importants » qu'après avoir reçu la deuxième dose.

La cohorte étudiée compte 4 500 participants qui ont reçu leur dose de rappel Pfizer entre le 31 juillet et le 1er août. Parmi eux, 88 % ont déclaré se sentir « pareil ou mieux » qu'après la deuxième dose. Parmi les réactions citées dans le rapport : « fatigue et douleurs au point d’injection, rougeurs, maux de tête, fatigue musculaire, fièvre, frissons et nausées ».

LES SIMILITUDES AVEC LA SECONDE DOSE

La première dose « active » notre système immunitaire, la deuxième agit comme un rappel, une « consolidation ». La troisième, appelée « booster », viendra renforcer encore la réponse immunitaire, plusieurs études estimant que la protection du vaccin pourrait diminuer avec le temps.

Si la deuxième injection peut provoquer des réactions plus fortes que la première, c’est justement parce qu’elle est supposée amplifier la réponse immunitaire. Il n'est donc pas surprenant que la troisième dose, qui joue un rôle similaire, provoque des réactions voisines.

Oups

Portrait de Dr Schnock
19/septembre/2021 - 10h55

On veut nous enlever notre gagne-pains saisonnier !smiley