08/09 07:46

Le Président du CSA donne un feu vert de principe à la fusion TF1/M6 : "Il est naturel et compréhensible que les acteurs du PAF se mettent en ordre de marche"

Il est "naturel" et "compréhensible" que les acteurs du paysage audiovisuel français se "mettent en ordre de marche" pour "développer leur capacité d'investissement et une sorte de souveraineté culturelle", a dit mardi Roch-Olivier Maistre, le président du CSA, qui doit rendre début 2022 son avis sur le projet de fusion entre TF1 et M6.

Saisi au début de l'été, le Conseil supérieur de l'audiovisuel doit débuter cette semaine les auditions des deux diffuseurs et de l'ensemble des acteurs du marché (producteurs, concurrents, opérateurs, sociétés d'auteurs), a-t-il ajouté à l'occasion des 15e Rencontres de l'Udecam, le rendez-vous des publicitaires français.

Évolution des usages avec des modes de consommation de moins en moins linéaires, des supports avec une multiplication des écrans par foyer, et appétit des Gafa pour le marché de la pub et des contenus : la crise du Covid-19 a "joué un rôle d'amplificateur" de tendances de fond dans le secteur de l'audiovisuel, a rappelé M. Maistre.

"Le régulateur n'est pas là pour conserver et préserver le statu quo, mais pour anticiper et pour accompagner les transformations à l'oeuvre du paysage médiatique", a-t-il martelé, d'autant que depuis quelques années, "les annonces de consolidation se sont multipliées", notamment aux Etats-Unis.

"Nous rendrons un avis (sur le projet de fusion TF1/M6) quelque part au début de l'année prochaine. Il faudra ensuite que l'on statue sur l'agrément de changement de contrôle capitalistique de la chaîne M6, puis nous aurons à régler le renouvellement des autorisations de TF1 et M6 qui arrivent à échéance au printemps 2023", a détaillé le régulateur.

"J'ai senti une forme d'enthousiasme, une volonté de bien faire", a réagi le PDG du groupe TF1 Gilles Pélisson, interrogé juste après sur la même scène.

TF1 et M6 espèrent finaliser leur projet fin 2022. La fusion entre TF1 et M6/RTL, aujourd'hui propriété du groupe allemand Bertelsmann via RTL Group, doit pour cela obtenir également l'assentiment de l'Autorité de la concurrence, qui doit analyser l'opportunité de créer un acteur représentant les trois quarts du marché français de la publicité sur la télévision gratuite.

Le gendarme de la concurrence a commencé à la rentrée un test de marché, et rendra son avis d'ici à l'été 2022, avec la possibilité d'exiger un certain nombre de mesures correctrices (par exemple des régies publicitaires séparées).

"Cette fusion ne m'inquiète pas. (...) Nous avons besoin de groupes forts dans l'audiovisuel privé qui assurent des programmes gratuits de qualité", avait déclaré la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, interrogée fin août sur France Info.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de BREIZ Mike
8/septembre/2021 - 18h25

Cette fusion n'est pas si mal car TF1 et M6 sont complémentaires, TF1 n'a pas de radio et M6 pas de chaine d'infos.De plus cela peut peut  être leur permettre de récupérer certains appels d'offres pour le sport.Les moins de 30 ans ne le savent pas forcement mais avant le tour de France et Roland Garros étaient sur TF1.

Portrait de alex t'es rieur
8/septembre/2021 - 12h00

ce monopole publicitaire dément est incroyable!

il entraîne également une distorsion complète du marché de la production...

entre autres.

les autorités de la concurrence qui n'ont de cesse de taper sur le groupe de télévision payante Canal+ évitant à ses concurrents à l'extérieur d'avoir affaire à un groupe fort, de manière incompréhensible ne font rien contre un groupe de télé gratuite lui sans opposant à l'intérieur qui semble avoir tous les droits!!! (on en arrive à de la télé gratuite payante...)

Portrait de Capri
8/septembre/2021 - 10h36

Il y aura donc un groupe privé (TF1, TMC, M6) et un groupe public (F2, F3, F5, France 24 / FranceInfoTV, France O...). Produire des programmes de qualité sans redevance publique (Groupe TF1) sera l’objectif ? Ou bien continuer à développer des programmes de TV réalité ? (Nicolas « de » Tavernost a introduit la TV réalité en France en interdisant au passage à ses filles de la regarder...). Et oui, il savait bien qu’il allait contribuer à décérébrer les français...