19/07 13:31

Espionnage de journalistes français: Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal dénonce des "faits extrêmement choquants" - VIDEO

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a dénoncé lundi des "faits extrêmement choquants" après les révélations dimanche par plusieurs médias sur l'espionnage d'une trentaine de journalistes et de patron de médias français par les services de renseignement marocains via un logiciel israélien. "Ce sont des faits extrêmement choquants, et, s'ils sont avérés, (qui) sont extrêmement graves" a déclaré M. Attal sur franceinfo. "Nous sommes extrêmement attachés à la liberté de la presse, donc c'est très grave d'avoir des manipulations, des techniques qui visent à nuire à la liberté des journalistes, leur liberté d'enquêter, d'informer", a-t-il ajouté.

Le logiciel-espion Pegasus de la société israélienne NSO Group, s'il est introduit dans un smartphone, permet d'en récupérer les messages, les photos, les contacts et même d'écouter les appels de son propriétaire. NSO, régulièrement accusée de faire le jeu de régimes autoritaires, a toujours assuré que son logiciel servait uniquement à obtenir des renseignements contre des réseaux criminels ou terroristes. Selon la vaste enquête publiée dans plusieurs médias, dont Le Monde, The Guardian et The Washington Post, de multiples journalistes et patrons de médias français figurent, parmi d'autres victimes, sur la liste des cibles de Pegasus, dans les rédactions du quotidien Le Monde, du Canard enchaîné, du Figaro ou encore de l'Agence France-Presse et de France Télévisions.

"L'espionnage de mon téléphone et de celui de ma consoeur @LenaBred mène directement aux services marocains, dans le cadre de la répression du journalisme indépendant et du mouvement social", avait notamment réagi dimanche soir Edwy Plenel, le fondateur du site d'informations en ligne Mediapart, sur Twitter. Mediapart a annoncé lundi matin porter plainte à Paris. "Il va y avoir évidemment des enquêtes, des éclaircissements qui vont être demandés", a poursuivi M. Attal, sans en préciser les modalités. Les journalistes à l'origine de l'enquête, a-t-il ajouté, "insistent sur le fait que l'Etat français n'est pas partie prenante de ce logiciel. Nos techniques de renseignement en France sont évidemment autorisées par la loi, elles sont respectueuses des libertés individuelles et notamment de la liberté de la presse", a-t-il rappelé, déclarant que le gouvernement "ne regardait pas ce sujet à la légère".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de cochepa
20/juillet/2021 - 00h26

moi je suis mort de rire !!! ils s'offusquent parce que l'affaire est connue ... pas de bol le maroc n'a sans doute pas acheté les bons outils pour ne pas se faire prendre !! ils n'ont pas voulu acheter l'update du logiciel ... du coup ils se sont fait chopper ! 

 sincèrement beaucoup s'offusque d'être sur écoute .... mais franchement qu'ils aillent faire un cours d'informatique auprès d'un vrai pirate informatique... et qu'il leur parle des toutes dernières technologies qui existent !   Et Atal s'il fait l'offusqué  soit il est bon comédien soit il est d'une grande naïveté  et si c'est cette derniere ... on comprends mieux pourquoi il est le porte parole du gouvernement ... le role de perroquet lui va comme un gant ! il a été bien dressé.