17/07/2021 14:31

Le gouvernement présentera à l’automne un "plan national de lutte contre la prostitution des mineurs", annonce le secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles Adrien Taquet

Le gouvernement présentera à l’automne un « plan national de lutte contre la prostitution des mineurs », a annoncé le secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles Adrien Taquet, en recevant un rapport élaboré par un groupe de travail sur ce phénomène en « augmentation régulière ». « Pour être efficace, nous devons travailler sur toutes les dimensions de la prostitution », a souligné M. Taquet, qui a promis des « mesures concrètes » portant sur « la prévention, le repérage, le traitement judiciaire, la prise en charge tant éducative que médicale, et enfin la formation de tous les professionnels concernés ».

Le groupe de travail, composé de 32 experts issus de l’Education nationale, de la justice, des forces de l’ordre, de la santé, des associations de protection de l’enfance et des départements, insiste dans son rapport sur la nécessité de mieux former les adultes à repérer des signaux d’alerte, et à améliorer la prévention auprès des adolescents et de leurs parents. Facilité par l’émergence des réseaux sociaux, qui permet aux proxénètes de recruter clients et prostitués, le phénomène concernerait de 7.000 à 10.000 adolescents selon les associations, une fourchette « approximative » et « peut-être en deçà de la réalité », note le rapport, remis au gouvernement par la présidente du groupe de travail, la magistrate Catherine Champrenault, très investie sur ces questions.

Selon une étude de la police citée dans ce document, 85% des mineures victimes sont exploitées par des « proxénètes de cité », une tendance apparue en 2015 et qui a « rapidement pris son essor ». Ce fléau est d’autant plus difficile à combattre qu’une part importante des jeunes filles concernées ne se considèrent pas comme des victimes: elles affirment agir par choix, parlent de « michetonnage » ou d’« escorting », évoquent l’attrait de l’argent facile et se montrent indifférentes aux sévices sexuels qu’elles subissent.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Maylis85
18/juillet/2021 - 15h26

Attention à ne pas stigmatiser les jeunes qui veulent s'en sortir et qui sont victimes parfois de proxénètes malhonnêtes

Portrait de KEYZER
17/juillet/2021 - 18h27

Et dire qu'il n'y a pas si longtemps, Najat Vallaud Belkacem voulait mettre fin au plus vieux métier du monde...smiley

Portrait de seb2746
17/juillet/2021 - 16h21

mac do : 600 euros/mois, escort : 17 000 sur Panam pour autant d'heures. l'état touche des 2 cotés car c'est déclaré et qu'elles/ils payent des impôts de toute façon.

 

Et ne parlons pas des milliers d'étudiants/es se retrouvant à plusieurs milliers de km de chez eux sans pouvoir travailler l'année dernière et qu'on a laisser crever de faim.