12/07 07:21

Euro - L'Italie, en pleine renaissance, a brisé le rêve de l'Angleterre aux tirs au but pour s'adjuger un deuxième titre, hier soir en finale à Londres

L'Italie, en pleine renaissance, a brisé le rêve de l'Angleterre aux tirs au but (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.) pour s'adjuger un deuxième Euro, dimanche en finale à Londres, dans le volcan incandescent et indiscipliné de Wembley, temple du foot au coeur gros. La Mère patrie du ballon rond pensait enfin ramener un titre à la maison, cinquante-cinq ans après le dernier acquis en Coupe du monde 1966. Mais la bande de Gordon Banks, Bobby Charlton et Geoffrey Hurst, tombeuse de la RFA à domicile, n'a pas encore trouvé de successeurs.

C'est finalement l'Italie du mister Mancini, pourtant douchée par un but de Luke Shaw après 117 secondes (2e, 1-0), qui monte sur le trône laissé vacant par les Portugais, champions d'Europe en 2016 sur le terrain des Français. La malédiction du pays hôte continue de frapper. "Nous avons été courageux, vraiment courageux.

On a encaissé ce but rapidement, cela nous a mis en difficulté, mais après on a dominé la rencontre. Mes joueurs ont été merveilleux. C'est quelque d'important pour tout notre peuple et pour tous nos supporters", s'est émerveillé le sélectionneur Roberto Mancini au micro de la RAI.

Le gardien italien Gianluigi Donnarumma arrête le tir au but de l'ailier anglais Bukayo Saka en finale de l'Euro le 11 juillet 2021 à Wembley

Au jeu des tirs au but, les Anglais se sont littéralement écroulés, malgré deux arrêts de Jordan Pickford. Marcus Rashford, Jason Sancho et Bukayo Saka ont raté leur tentative, laissant le gardien italien Gianluigi Donnarumma exploser de bonheur, devant la tribune désormais éteinte des plus fervents supporters anglais. Le sélectionneur anglais Gareth Southgate a endossé la responsabilité de l'échec.

"J'ai choisi les tireurs", a-t-il assumé auprès de la chaîne britannique ITV. "C'était ma décision de lui donner ce penalty", a-t-il continué au sujet du dernier tireur anglais, le jeune Bukayo Saka (19 ans), dont la frappe a été arrêtée par le gardien italien Gianluigi Donnarumma. "On a travaillé ça avec eux à l'entraînement. C'était un pari".

Les 7.500 tifosi présents ont hurlé de bonheur quand le capitaine Giorgio Chiellini a soulevé la coupe, sous une pluie de confettis, 53 ans après le premier et dernier sacre continental des Azzurri en 1968. Et les larmes qui coulaient sur les joues de Manuel Locatelli, tombé dans les bras du blessé Leonardo Spinazzola, étaient de joie. C'est une véritable douche froide en revanche pour la sélection des "Three Lions", persuadée que son heure était enfin venue.

Des supporters anglais près de Wembley avant la finale de l'Euro le 11 juillet 2021

Partout en ville, de Piccadilly Circus à Leicester Square, dans les rues ou dans les pubs, les mêmes scènes dimanche: un patchwork de maillots, drapeaux et chapeaux aux couleurs de la sélection anglaise, du maquillage sur les visages et des ballons sur les voitures ou les devantures, des klaxons et du bruit, beaucoup de bruit!

Devant Wembley, une marée rouge et blanche a chaviré en fin d'après-midi, bercée par les tubes "Football is Coming Home" ou "Sweet Caroline", dans une odeur teintée de fumigènes et d'alcool, avec des débris de verre par milliers et des masques quasiment absents.

Un supporter anglais défie des policiers à Londres avant la finale de l'Euro le 11 juillet 2021

L'ambiance s'est parfois tendue quand des personnes, éméchées, ont jeté en l'air des pierres, canettes de bières, sacs à dos et cônes de signalisation sur des passants, ou quand des supporters sans billet ont réussi à s'introduire dans le stade, selon la police et la société gestionnaire du stade.

La police de Londres a effectué 49 arrestations et a annoncé que 19 policiers avaient été blessés en marge de la finale, "ce qui est totalement inacceptable", a-t-elle twitté. Elle a indiqué par ailleurs être "en train d'enquêter" sur les insultes racistes en ligne visant les trois tireurs Marcus Rashford, Jadon Sancho et Bukayo Saka. L'association anglaise de football s'est dite "consternée" et "dégoûtée par ces propos racistes.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de ago47
12/juillet/2021 - 10h38
maurice anticassos a écrit :
Au nom de l injustice qu une equipe jouait chez elle, sous 18 degrés , devant un public, pendant que les autres crevaient par 32 degres dans des stades vides.Au nom des danois, volés en demi par un penalty maison.Au nom des Olé Olé d un public pas fair play qui a hué tout les hymnes des adversaires.Au nom des italiens agréssés dans Londres toute la journeeAu nom du fait qu ils aient sorti , mille merci, les belges.BRAVO L ITALIE 

Bravo. Excellent résumé.

Portrait de The dream
12/juillet/2021 - 09h18

Un grand Bravo en effet aux italiens pour cette victoire bien méritée. Ils ont bien profité du coaching calamiteux de Southgate qui a notamment envoyé trois de ses plus jeunes joueurs tirer les pénaltys, dont certains n'avaient pas joué pendant tout l'Euro et étaient entrés en jeu en toute fin des prolongations uniquement pour cette séance de tirs au buts !

Portrait de JC732
12/juillet/2021 - 09h09
maurice anticassos a écrit :
Au nom de l injustice qu une equipe jouait chez elle, sous 18 degrés , devant un public, pendant que les autres crevaient par 32 degres dans des stades vides.Au nom des danois, volés en demi par un penalty maison.Au nom des Olé Olé d un public pas fair play qui a hué tout les hymnes des adversaires.Au nom des italiens agréssés dans Londres toute la journeeAu nom du fait qu ils aient sorti , mille merci, les belges.BRAVO L ITALIE 

Parfaitement résumé. Bravo les italiens et bien fait pour ce public si peu sympathique.

Portrait de jarod.26
12/juillet/2021 - 08h51

bravo les italiens vaaaiiiiiii

Portrait de maurice anticassos
12/juillet/2021 - 08h42
Au nom de l injustice qu une equipe jouait chez elle, sous 18 degrés , devant un public, pendant que les autres crevaient par 32 degres dans des stades vides.Au nom des danois, volés en demi par un penalty maison.Au nom des Olé Olé d un public pas fair play qui a hué tout les hymnes des adversaires.Au nom des italiens agréssés dans Londres toute la journeeAu nom du fait qu ils aient sorti , mille merci, les belges.BRAVO L ITALIE 
Portrait de MS54840
12/juillet/2021 - 08h29
C'est le variant indien qui va être content ! avec personne en masque et plus de 30 000 cas en angleterre vs la France que 5000 cas où Macron, va nous enfermer ou nous contrôler ? Les italiens vont ramener encore plus de variants en Italie (un nouveau foyer de contamination en cours), mais l'argent compte plus que le reste ! le fric le fric.. qui profite qu'à quelques personnes.
Portrait de djibou35
12/juillet/2021 - 07h47

Bravo a l'Italie!!!

Portrait de KERCLAUDE
12/juillet/2021 - 07h35

Les anglais ont perdu sur le foot ball, mais pour le cluster éventuel  il faut attendre...