08/06 10:02

Le journaliste du Point qui a rencontré Mila raconte les coulisses de l'interview: "C'est une toute autre jeune fille qui m'a parlé. Une Mila à bout et désespérée" - VIDEO

Dans une interview accordée au Point , Mila affirme être à bout : "J'en peux plus, je craque, je me demande ce que je fais encore là.". 

Nicolas Bastuck, le rédacteur en chef société au Point, était ce matin l'invité de CNews, et a raconté les coulisses de cet entretien. "On l'a rencontrée jeudi au procès de ses harceleurs. Elle était combative, déterminée", a-t-il confié. Et d'ajouter: "Et hier, quand je l'ai eue au téléphone, c'est une toute autre Mila qui m'a parlé. Une Mila désespérée, une Mila dont le moral était au cinquième dessous, car les harcèlements reprenaient, et surtout parce que son compte Instagram avait été piraté, suspendu "par erreur" dira un peu plus tard Instagram. Pour elle, c'était le drame."

Et d'évoquer sa "détresse": "Je l'ai trouvée très mal, très désespérée, vraiment au bord du désespoir. Il faut comprendre que les réseaux sociaux, ce n'est pas seulement une addiction pour elle, c'est aussi le seul lien qui la raccroche à l'extérieur, le seul fil qui la relie au monde, parce qu'aujourd'hui Mila vit de manière totalement "bunkerisée", isolée, sous contrôle, sous escorte de police permanente, constamment menacée. Et donc couper son compte Instagram où elle reçoit aussi beaucoup de soutiens et de réconfort, c'est l'arracher à la vie sociale."

"Elle peut téléphoner, communiquer sur les réseaux... Elle ne peut pas aller à la piscine, ni aller dans un bar, se promener dans la rue avec beaucoup de difficultés, aller chez des amis oui mais c'est toute une organisation, elle est constamment encadrée par trois policiers. Elle est aussi protégée qu'un dessinateur de Charlie Hebdo ou que son avocat Richard Malka, l'avocat historique de Charlie.", a également rapporté le journaliste.
Avant d'évoquer l'avenir qu'elle envisage: "Ca dépend des jours! Hier, elle ne l'envisageait pas, elle était désespérée. Elle me disait "C'est horrible, je ne suis plus un être humain, je suis un robot, je suis un zombie, dans une extrême solitude, je ne m'en sortirai pas, ils me lâcheront jamais même si je pars au bout du monde. Mais on connaît aussi Mila combative, elle va faire un livre, elle dessine, et a des activités artistiques."

"Les réseaux sociaux, c'est la seule chose qui la maintienne en vie sociale. Ce n'est pas si simple", a-t-il conclu.

Dans cet entretien au Point, on apprend en effet que "depuis quelques jours, les messages haineux fusent de nouveau, sur Twitter notamment. "Des incitations au suicide, des menaces de mort, de viol, des propos orduriers… Il y a de tout. C'est carrément horrible", se désespère Mila dans l'interview. Et d'ajouter "Avec ma famille, on passe notre temps à signaler à la justice les menaces que je reçois. Je n'ai plus rien, plus de vie, plus de vie sociale autrement que sur les réseaux, j'ai l'impression d'être un robot, de ne plus être un être humain mais un souffre-douleur. Je me sens impuissante, seule au monde. C'est horrible, ce sentiment de solitude. Je n'ai plus qu'à me flinguer, ce n'est plus supportable."

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de kylun2004
9/juin/2021 - 08h48

quel monde de fou

Portrait de jarod.26
8/juin/2021 - 10h30

bah fait toi oublier ma grande !