15/05 20:04

Manif pro-palestinienne interdite à Paris : Le calme est revenu un peu avant 20h après plusieurs heures d'affrontements et 44 interpellations - Un gendarme a été blessé (Préfecture)

19h05: La police annonce que 44 personnes ont été interpellées à Paris

18h50: La Préfecture de police annonce qu'un gendarme a été blessé à Paris, boulevard Ornano dans le cadre de sa mission. 

18h01: Les affrontements se poursuivent depuis plusieurs heures dans les rues de la capitale entre police et jeunes manifestants

.

17h37: À Strasbourg, 4 000 personnes manifestent sans incident pour soutenir les Palestiniens, selon la police et les organisateurs. Le cortège est parti de la Place de l’Université et les manifestants ont défilé dans les rues longeant le centre-ville, sans toutefois entrer dans l’hypercentre de la capitale alsacienne, interdit à toute manifestation depuis plusieurs mois. « Palestine urgence, contre le mur et l’occupation, pour le respect du droit international, engagement immédiat de l’Europe », réclamait la banderole de tête. Les manifestants ont également chanté des slogans comme « Israël assassin », « Israël terroriste », « Enfant de Gaza, enfant de Palestine, c’est l’humanité qu’on assassine », ou « Israël assassin, Macron complice »16h59: Le point complet sur la situation avec les incidents qui se poursuivent à Paris - L'interdiction des autorités, confirmée en justice, ne les a pas arrêtés. Les forces de l'ordre tentent de disperser les manifestants venus soutenir les Palestiniens à Paris samedi après-midi, tandis que plusieurs autres rassemblements, autorisés, ont lieu à travers la France. Dans la capitale, aux alentours du carrefour Barbès (XVIIIe arrondissement), le déploiement policier massif était visible dans tout le quartier pour tenter de disperser plusieurs centaines de personnes disséminées aux alentours.

Quelque 4.200 policiers et gendarmes sont mobilisés, selon la préfecture de police, qui appliquent les consignes de "dispersion systématique et immédiate" dès que des manifestants tentent de se regrouper, en utilisant "lanceur d'eau", gaz lacrymogènes.

Le canon à eau et des gaz lacrymogènes ont été utilisés à de nombreuses reprises, ont en effet constaté des journalistes de l'AFP.

Selon eux, des face à face entre manifestants et forces de l'ordre avaient lieu, suivis de charges de ces dernières, provoquant un jeu du chat et de la souris entre les deux parties sur de larges boulevards ou des rues plus étroites.

"Libérez la Palestine" ; "Israël assassin", "Israël casse toi, Palestine n’est pas à toi", ont crié des manifestants dans les petites rue du quartier de la Goutte d’or.

"Palestine vivra. Palestine vaincra", pouvait-on entendre. Boulevard Barbès, un groupe d'une centaine de personnes chante "Israël assassin". Ca et là, quelques drapeaux palestiniens étaient brandis ou utilisés en cape. Ahmed, 35 ans, keffieh autour du cou qui tente de rejoindre le boulevard, a témoigné à l'AFP: "comment c’est possible d’interdire une manifestation en soutien à un peuple colonisé et bombardé ?".

Mohammed, 23 ans, T shirt "Palestine libre", lance : "Vous voulez m’interdire d’être solidaire avec mon peuple alors que mon village est bombardé ?" "On a le droit de manifester, on est dans un pays de droits de l’homme ? On est venues en paix pour soutenir une cause juste, pour soutenir la Palestine qui subit des bombardements injustifiés, des enfants meurent", ont déclaré Sabrina et Fatima, âgées de 35 ans, originaires de région parisienne.

"Evacuez la place", appelle un policier dans un porte-voix Place du Château rouge. Des banderoles brandies par des manifestants, ont été confisquées, selon la préfecture.

Les organisateurs, dont l'Association des Palestiniens en Ile-de-France, ainsi qu'une petite trentaine d'autres organisations, telles Attac, l'Action Antifasciste Paris-Banlieue, le Nouveau Parti Anticapitaliste avaient maintenu leur appel à manifester, en dépit de l'interdiction requise par les autorités et confirmée vendredi soir par le tribunal administratif.

Cette interdiction a été prise jeudi soir par le préfet de police de Paris, Didier Lallement, à la demande du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, pour des "risques de troubles".

Il a été mis en avant le précédent de 2014, lorsqu'une manifestation propalestinienne à Paris avait dégénéré en violences urbaines. La manifestation était au départ prévue pour commémorer la Nakba, l'exode de centaines de milliers de Palestiniens à la création d'Israël en 1948.

D'autres manifestations ont été interdites, comme à Nice, ou à Aubervilliers et Montreuil en Seine-Saint-Denis. A Nice, quelque 150 personnes se sont rassemblées dans le calme en dépit de l'interdiction. En revanche, des manifestations ou rassemblements ont été autorisés dans de nombreuses villes. Ainsi, plusieurs centaines de personnes étaient réunies samedi à Lille.

Plusieurs centaines de personnes, drapeaux palestiniens -voire parapluie des mêmes couleurs- à la main, se sont aussi rassemblées sous la pluie à Toulouse pour dire leur opposition au "colonialisme, au racisme et à l'apartheid".

"Sauvez Gaza", "personne n'est libre quand d'autres sont opprimés" ou "Palestinian lives matter" ("les vies des Palestiniens comptent"), pouvait-on lire sur des pancartes.

.

16h19: La situation demeure tendue dans le nord de Paris, où la police disperse les manifestants du côté de la Gare du Nord. Plusieurs groupes tentent de monter des barricades dans plusieurs points de Paris et affrontent les forces de l'ordre.

15h48: À Lyon, Nantes, Grenoble, Marseille et Rennes, les manifestations autorisées se déroulent dans le calme.

15h46: La manifestation descend vers porte de Clignancourt. Selon la préfecture de police, les forces de l’ordre continuent d’intervenir dès que des regroupements se forment sur le secteur. Elles ont confisqué deux banderoles brandies par des manifestants.

.

15h35: Le journaliste Rémy Buisine vient d'être percuté par les forces de l'ordre pendant sa couverture de la manifestation pro palestinienne à Paris. Sur sa vidéo, on peut voir son téléphone tomber par terre, sous le coup de matraque d'un fonctionnaire de police. Il précise ensuite qu'il a été "violemment plaqué contre le mur".

.

15h17: Impressionnant dispositif des forces de l’ordre à Barbes après l’appel à un rassemblement de soutien au peuple Palestinien, interdit par les autorités. Plusieurs canons à eau, des stations de métro fermées, policiers et gendarmes par centaines alors que les charges se multiplient. Plusieurs groupes sont constitués. Quelques dizaines de manifestants ont reculé vers la porte de Clignancourt, au nord de Paris, après avoir tenté de se rassembler dans le quartier de Barbès-Rochechouart. Les forces de l'ordre multiplient les charges pour disperser les groupes en train de se constituer.

12h18: Un gros dispositif de police est présent à Barbes, point de départ du cortège. Le préfet de police Didier Lallement a décidé de la fermeture des commerces du quartier

 

 

11h56: Après l'interdiction de l'organisation de la manifestation pro-palestinienne à Paris et à Nice, la préfecture de l'Isère a elle aussi interdit celle prévue à partir de 14 heures à Grenoble. La manifestation "n’a pas été déclarée auprès des services de la Préfecture. Le rassemblement ne remplit pas les conditions concernant le délai qui doit être de trois jours francs au moins avant la date de la manifestation", précise l'administration.

Des rassemblements sont eux toujours maintenus et autorisés comme à Lyon, Bordeaux, Montpellier, Marseille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Lille, Metz ou Saint-Etienne.

11h29 : En raison des risques sérieux de troubles à l’ordre public liés au rassemblement de personnes qui braveraient cette interdiction de manifestation pro-palestinienne à Paris, un arrêté de fermeture est pris, par précaution, à partir 12h, pour les commerces secteur Barbès.

 

 

.

10h49: Le haut responsable du département d'Etat américain chargé des affaires israéliennes et palestiniennes, Hady Amr, doit rencontrer des dirigeants israéliens à Jérusalem samedi avant de se rendre en Cisjordanie occupée pour des entretiens avec des responsables palestiniens. Il souhaite encourager les deux parties pour parvenir à un "calme durable", a déclaré la porte-parole adjointe du département d'Etat, Jalina Porter. Washington a été critiqué pour ne pas avoir fait plus pour mettre fin à la violence après avoir bloqué une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies qui était prévue vendredi. En dépit de l'intensification des efforts diplomatiques visant à mettre fin à cinq jours de combats entre Israël et les militants palestiniens à Gaza, l'armée de l'air israélienne a frappé plusieurs sites dans l'enclave côtière dans la nuit de vendredi à samedi, tandis que des roquettes ont à nouveau été lancées depuis Gaza en direction d'Israël.

08h24: Les organisateurs de la manifestation pro palestinienne samedi à Paris ont maintenu leur appel à manifester, en dépit de l'interdiction confirmée par la justice, refusant de "taire (leur) solidarité avec les Palestiniens". "Parce que nous refusons de taire notre solidarité avec les Palestiniens, et que l’on ne nous empêchera pas de manifester, nous serons présents (au métro) Barbès demain à 15h", a affirmé l'Association des Palestiniens en Ile-de-France, dans un communiqué signé également par Attac, l'Action Antifasciste Paris-Banlieue, le Nouveau Parti Anticapitaliste ou le Parti des Indigènes de la République.

Cette annonce est intervenue vendredi soir, peu après que le tribunal administratif a confirmé l'interdiction de manifester, rejetant un recours en référé-liberté déposé par les avocats de l'Association des Palestiniens en Ile-de-France.

"La France est le seul pays démocratique à interdire ces manifestations", ont réagi auprès de l'AFP Me Sefen Guez, Me Dominique Cochain et Me Ouadie Elhamamouchi, en annonçant faire "appel devant le Conseil d'Etat de ce rejet".

"Participer à une manifestation interdite fait l'objet d'une verbalisation à hauteur de 135€", a prévenu la préfecture de police de Paris sur twitter. L'interdiction de manifester avait été prise jeudi soir par le préfet de police de Paris, Didier Lallement, à la demande du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en raison de risques de "troubles à l'ordre public".

Pour motiver l'interdiction, le préfet Lallement a pointé "un risque sérieux" de "troubles graves à l'ordre public". Et mis en avant, comme M. Darmanin, le précédent de 2014, lorsqu'une manifestation pro palestinienne à Paris avait dégénéré en violences urbaines.

Le tribunal administratif a estimé que le contexte "tant international qu'intérieur" ne permettait pas "d'estimer que les risques de troubles graves" ne "seraient pas aussi importants voire supérieurs à ceux avérés en 2014", selon la décision.

Le tribunal a aussi jugé que les forces de l'ordre, déjà "fortement mobilisées" dans le cadre de Vigipirate seraient par ailleurs appelées ce week-end à veiller au respect des mesures sanitaires.

"Depuis 2014, il y a eu plein de manifestations de défense de la cause palestinienne qui se sont déroulées sans aucun problème", avait souligné Me Guez Guez. L'Association des Palestiniens en Ile-de-France avait "condamné cette interdiction" jeudi, l'un de ses responsables, Walid Atallah, dénonçant la "complicité de la France avec l'Etat d'Israël".

"La France garantit les libertés d'expression et de manifester, et la Palestine ne doit pas être une exception", a-t-il dit. "Un peuple reçoit des bombes sur la tête, des dizaines de civils sont tués, et on n'aurait pas le droit de dire qu'on n'est pas d'accord?"

06h12: Des avions de combat israéliens ont frappé des cibles dans le centre de Gaza pendant la nuit de vendredi à samedi, selon l'armée israélienne, à l'issue d'une journée de violences meurtrières en Cisjordanie, alors que des troubles sans précédent persistent en Israël. Depuis lundi, le bilan des victimes palestiniennes des raids aériens à Gaza s'élève à 126 morts, dont 31 enfants, et 950 blessés, selon les autorités palestiniennes.

Tôt samedi, l'armée israélienne a déclaré qu'elle avait frappé un "bureau d'opération" du Hamas près du centre de la ville de Gaza, avec des frappes supplémentaires nocturnes visant ce que l'armée a appelé des "sites de lancement souterrains" de roquettes. Elle a également frappé "un site de renseignement militaire", a-t-elle aussi indiqué sur Twitter, ainsi que des "sites de lancement de fusées sol-surface" et "deux escouades terroristes".

Plus de 2.000 roquettes ont été lancées sur le territoire israélien depuis lundi, tuant 9 personnes, dont un enfant et un soldat, et faisant plus de 560 blessés. Selon l'armée, le bouclier antimissile "Dôme de fer" a intercepté environ 90% de ces roquettes. Malgré les appels internationaux à la désescalade, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu que son armée infligerait de "sérieux revers" au mouvement "terroriste" Hamas qui contrôle l'enclave palestinienne de Gaza. "Ils payent et continueront de payer chèrement. Ce n'est pas encore fini". 

Le nouveau cycle de violences a été déclenché après un barrage de roquettes du Hamas tirées vers Israël en "solidarité" avec les centaines de Palestiniens blessés dans des heurts avec la police israélienne sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, secteur palestinien occupé par Israël depuis 1967. Ces affrontements sur le troisième lieu saint de l'islam s'étaient produits après plusieurs jours de heurts à Jérusalem-Est, dus principalement aux menaces d'expulsion de familles palestiniennes au profit de colons juifs. Israël a commencé à bombarder Gaza lundi en réponse aux tirs de roquettes sur Jérusalem de la part du parti islamiste du Hamas et d'autres groupes armés palestiniens dans l'enclave.

Samedi matin, des alarmes continuaient à retentir dans le sud du pays. Au total, Israël a frappé environ 800 cibles, notamment le réseau de tunnels souterrains qui permettent aux combattants et dirigeants du Hamas de se déplacer, ainsi qu'une "brigade terroriste" responsable des tirs de roquettes.

Les explosions et leurs champignons de fumée visibles à des kilomètres, ont laissé des pâtés de maisons entiers en ruines dans le petit territoire palestinien où s'entassent quelques deux millions de Palestiniens.

En Cisjordanie, de Ramallah à Hébron et à travers tout le territoire occupé par Israël depuis 1967, les Palestiniens ont lancé des pierres, des cocktails Molotov et d'autres projectiles sur les forces israéliennes, qui ont riposté avec des balles en caoutchouc et, dans certains cas, des balles réelles. Un Palestiniens a été abattu après avoir tenté de poignarder un soldat au nord de Ramallah, a déclaré l'armée israélienne, qui a fait état tôt samedi d'une nouvelle tentative d'attaque au couteau pendant "une violente émeute" à Naplouse.

De nouvelles tensions nocturnes ont par ailleurs frappé le quartier de Shuafat à Jérusalem-Est, où de jeunes manifestants palestiniens masqués ont incendié des débris, et la police israélienne a répondu avec des gaz lacrymogènes. Israël combat également sur un autre front: l'escalade depuis mardi avec des heurts et échanges de coups de feu entre Arabes et Juifs dans plusieurs villes mixtes du pays.

Près de 1.000 policiers ont été appelés en renfort et plus de 450 personnes, Juifs et Arabes, ont été arrêtées au total dont 52 vendredi.

A Lod, juifs et arabes s'apprêtaient à vivre leur quatrième nuit de couvre-feu. Les émeutiers arabes israéliens "sont une minorité significative qui mine les liens tissés entre Juifs et Arabes", a commenté M. Netanyahu, en annonçant le déploiement de nouvelles forces. Les Arabes Israéliens sont les Palestiniens restés sur leur terre à la création d'Israël en 1948. Et peut-être un quatrième front ? A la frontière israélo-libanaise, des soldats israéliens ont tiré sur des manifestants libanais qui ont réussi à brièvement s'introduire du côté israélien.

Un membre du Hezbollah participant à la manifestation a été tué par les tirs. En soirée, trois roquettes ont été tirées vers le territoire israélien depuis la Syrie, un autre voisin d'Israël, sans faire de dégâts. Face à l'escalade, le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir dimanche.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lily6228
16/mai/2021 - 16h26
ΙΧΘΥΣ a écrit :

Ils se déplacent pour brandir fièrement le seul et unique drapeau qu’ils ont dans le cœur à la face de la France.

Point barre.

Quelle méconnaissance de ce qui se passe... Les pro palestiniens sont ultra minoritaires dans ces manifs même si ça fait toujours bien dans les médias de montrer une ou deux images de gens qui ont le drapeau. La quasi totalité manifestent pour réclamer un cessez le feu.

Portrait de Amos
16/mai/2021 - 09h20
Valentin98 a écrit :

Et pendant qu'il y a des manifs et que l'état français envoi ses gendarmes faire le sale boulot car pour plaire aux sionistes , le gouvernement de ce pourri de netanayiou est en train de tuer des vieillards et des enfants , sans compter pour que aucuns médias ne puissent relater ce crime, il ordonne la destruction d'un bâtiment abritant non pas le hamas comme il dit mais des journalistes américains et qataris! Bien sûrs les lèches boules des sionistes n'en parleront pas pour ne pas offenser le crif, cette organisation de profiteur de la shoah! 

Merci la proportionnelle. Elle est formidable pour voir la démocratie mais elle est atroce pour diriger un pays. Et c'est toujours les mêmes qui restent au pouvoir.

Quand au bâtiment de la presse, je vous signale que les américains n'ont pas apprécié et que c'est relaté sur ce site.

Portrait de ΙΧΘΥΣ
16/mai/2021 - 07h27
lily6228 a écrit :

Des manifs d'une grande utilité. Les combats ancestraux vont sans doute cesser grâce à à ça... Le pire est que certains y croient...

Ils se déplacent pour brandir fièrement le seul et unique drapeau qu’ils ont dans le cœur à la face de la France.

Point barre.

Portrait de nantes55
15/mai/2021 - 22h21
SULLY a écrit :

Et je présume que nantes55 ne sait même pas pourquoi vous avez évoqué le quartier du Marais...

J'ai vécu suffisamment longtemps en région parisienne (45 ans) et si vous regardez mon avatar vous devriez savoir que je sais pourquoi il parlait du Marais

Portrait de lily6228
15/mai/2021 - 21h50
Odile75015 a écrit :

Peu après 20h00. Nous nous sommes chez nous à cause du couvre-feu et nos amis les rebeus se baladent encore peu après 20h00... Preuve en est que les règles sont à géométrie variable ou à racisme variable : en France, si tu es blanc tu n'as le droit à plus rien... Si tu es rebeus, tu as le droit aux HLM, à ne pas respecter les couvre-feux, à faire du trafic de drogue... tranquillou. On est au Moyen-Orient quoi... Le hic c'est que si tu veux changer de pays, pour équilibrer les droits, si tu es blanche, tu n'as plus trop le choix... 

Vous croyez vraiment que quelqu'un en a quelque chose à faire de vos remarques racistes bas du plafond? Vous faites honte aux racistes.

Portrait de lily6228
15/mai/2021 - 21h44

Des manifs d'une grande utilité. Les combats ancestraux vont sans doute cesser grâce à à ça... Le pire est que certains y croient...

Portrait de SULLY
15/mai/2021 - 21h09
Steyr∞Schoenauer 8.68 a écrit :

Dans les villes où les manifs ont été autorisées elles étaient obligatoirement statiques sur une place bien encadrée par les FdO.  A paris les organisateurs refusaient cette option. 

Et je présume que nantes55 ne sait même pas pourquoi vous avez évoqué le quartier du Marais...

Portrait de Bigareau
15/mai/2021 - 20h39 - depuis l'application mobile

cette population qui manifeste aujourd'hui est donc capable de sortir de ses immeubles pour manifester pour un pays étranger.
On ne la voit que très peu se joindre aux manifestations contre des actes terroristes dirigés contre un enseignant, des policiers etc..au nom de leur religion d'amour

Portrait de nantes55
15/mai/2021 - 19h33
Steyr∞Schoenauer 8.68 a écrit :

Mais les incidents à Paris ont les auraient aussi eu si la manifestation avait été autorisée. Rien que de penser que cette manifestation voulait passer par le quartier du Marais me laisse deviner le carnage prévisible.  

Avez vous un peu regardé les images ? Avez vous la haine de certains ?  Moi oui. 

Dans les villes ou les manifestations étaient autorisées Marseille, Lyon, Nantes il y a pas eu d’incidents. Dans les villes ou il y avait une interdiction il y a eux des problèmes..........

Portrait de aeronautica
15/mai/2021 - 19h32
Lovemusik a écrit :

La France  est complice du génocide comme le reste du monde en particulier les pays arabes .

ISRAËL  est digne du régime de HITLER  se sont des assassins de tueurs d'enfants et des voleurs  de terres.

Le retour de Bâton  sera très violent personne ne devra se plaindre car ils ont dépassé  l'entendement  humain. 

HONTEUX  à VOMIR  

" se sont des assassins de tueurs d'enfants"...

Ah ben si en plus ils punissent sévèrement les tueurs d'enfants ... smiley

 

Portrait de LOIC 33
15/mai/2021 - 19h02
Steyr∞Schoenauer 8.68 a écrit :

Mais les incidents à Paris ont les auraient aussi eu si la manifestation avait été autorisée. Rien que de penser que cette manifestation voulait passer par le quartier du Marais me laisse deviner le carnage prévisible.  

Avez vous un peu regardé les images ? Avez vous la haine de certains ?  Moi oui. 

Vous avez raison, mais il y a des problèmes a résoudre et agissements interdits qui sont prioritaires....

Portrait de Amos
15/mai/2021 - 19h01
Valentin98 a écrit :

Sauf que même sous DE Gaulle lors du fameux mai 68,il y avait des pavés qui volaient! Et çà à durer pratiquement un mois! C'est pour cela d'ailleurs que De Gaulle a du démissionner en 1969!

Non De gaulle a démissionner parce qu'il ne se sentait plus en phase avec la population francaise. A près de 80 ans il se sentait fatigué.

Avec Macron on n'a quand même un gars de 43 ans, il y a des casseur qui sont plus vieux que lui.

A un moment il va falloir qu'il fasse un choix.

Portrait de Amos
15/mai/2021 - 18h58
seb2746 a écrit :

Comme les juifs y'a qqes semaines : des heurts, des cassages en règles pour ... 12 pv.

 

Là ce sera idem, on interdit et on laisse SURTOUT les casseurs pour les médias.

Tiens le retour de l'antisémite.

Oui mais je le répète, il y a une différence, le premier c'était pas pour un pays étranger et souverain.

Après je suis pour le sitting, mais plus personne n'en fait pourtant il y a eu de sacrés avancées avec

Portrait de KenShiro
15/mai/2021 - 18h35

C'est quand que l'on donne l'ordre de charger aux CRS et qu' on leur permet de mettre une bonne dérouillée à ces racailles, suivi d'arrestations et sanctions lourdes !? smiley

Portrait de ahmed003
15/mai/2021 - 18h10 - depuis l'application mobile
piwit a écrit :

@Valentin98 Ben justement, ceux qui manifestent pour la Palestine sont également ceux qui gangrènent les banlieues...

@piwit lol le raccourci

Portrait de C'est Mon Avis
15/mai/2021 - 18h04

Il fallait s'en douter qu'il y aurait des "incidents" lors de ces manifestations INTERDITES !

Donc les organisateurs doivent être pénalement responsables des dégâts occasionnés (et on les connait les organisateurs donc pas de fuites possibles !) et rembourser ces dégâts avec leur salaire (s'ils travaillent) ou leurs allocations (chômage, caf, aah,...). Ils ne sont pas solvables ? Et bien qu'ils travaillent pour la communauté à nettoyer les rues, enterrer les défunts, nettoyer les graffitis, ramasser les ordures, ramasser les crottes de chiens... il y a plein de choses à faire et de solutions, seulement, il faut le vouloir !

Le Président Macron et toute sa clique devrait se sortir les doigts parce que s'ils se retrouvent face au RN aux prochaines élections (ce qu'ils espèrent) pas sûr qu'ils en sortent gagnants !

Comme aurait dit Le Général De Gaulle : "c'est la chienlit Macron ! Il faudrait peut-être penser à remettre de l'ordre en France au lieu de penser à ton avenir à sa tête!"

Portrait de Lovemusik
15/mai/2021 - 17h55

La France  est complice du génocide comme le reste du monde en particulier les pays arabes .

ISRAËL  est digne du régime de HITLER  se sont des assassins de tueurs d'enfants et des voleurs  de terres.

Le retour de Bâton  sera très violent personne ne devra se plaindre car ils ont dépassé  l'entendement  humain. 

HONTEUX  à VOMIR  

Portrait de Angelussauron
15/mai/2021 - 17h49

Hors GJ, il y a que des incidents à Paris lors des manifs il faudra se poser les bonnes questions. Encore une fois les BB sont politisés à fond... pour faire monter les extrêmes au pouvoir.

 

Et forcément les jeunes racailles des quartiers profitent de ce chaos mais ils ont totalement tord car c'est eux qui vont le payer à un moment, les leaders des BB ne sont pas des quartiers.

 

A qui profite le crime ? Moi j'ai ma petite idée .

Portrait de seb2746
15/mai/2021 - 17h30
Amos a écrit :

100 % d'accord.

La manif est interdit, ils sont là, donc ils sont normalement hors la loi.

Comme les juifs y'a qqes semaines : des heurts, des cassages en règles pour ... 12 pv.

 

Là ce sera idem, on interdit et on laisse SURTOUT les casseurs pour les médias.

Portrait de calendrier17
15/mai/2021 - 17h29

Est-ce que quelqu'un ici est capable de m'expliquer pourquoi Macron ne fait rien pour dégager tout ces manifestants

Portrait de piwit
15/mai/2021 - 17h21 - depuis l'application mobile
Valentin98 a écrit :

Ces crs avec leur artillerie et camions à eau, feraient mieux d'aller remettre de l'ordre dans les banlieues gangrénées! Ah oui c'est vrai macron et moussa darmanin préfèrent les envoyer contre des manifestants. Quand il s'agit de remettre de l'ordre dans ce pays, il n'y a plus personne! 

@Valentin98 Ben justement, ceux qui manifestent pour la Palestine sont également ceux qui gangrènent les banlieues...

Portrait de LOIC 33
15/mai/2021 - 17h14
bergil a écrit :

 remettre de l'ordre ! c'est pas ce qu'ils sont en train de faire ?

Vous avez vu ça où ??? on ne doit pas consulter les mêmes médias.....

Portrait de LOIC 33
15/mai/2021 - 17h11

Il fallait se douter que l'interdiction de la manifestation allait déclencher de graves incidents, Darmanin et son préfet de police Lalemant seront fiers de nous faire croire qu'ils ont matté la révolte.... 

Portrait de Amos
15/mai/2021 - 17h07
C'est Mon Avis a écrit :

Les manifestations sont INTERDITES mais ont quand même lieu !

Je propose donc, qu'en cas de "débordements", les organisateurs de ces manifestations INTERDITES soient pénalement tenus responsables et remboursent les dégâts avec leurs propres deniers !

Quand l'Etat français se fera t-il respecter ? Quand l'Etat français prendra des mesures contre les personnes qui, bien que vociférant qu'ils sont en dictature, font ce que bon leur semble, en faisant fi des autres ?

Il serait (peut-être enfin) temps que les ministres successifs se sortent les doigts et pensent plus à l'avenir de la France plutôt qu'au leur et aux prochaines élections !

A part espérer se retrouver face au RN aux prochaines élections, ils n'espèrent rien pour l'avenir de notre France et la laissent doucement s'enfoncer vers la "guerre civile" !

Il ne faudra pas se plaindre quand les habitants de certains quartiers prendront la décision de régler leurs problèmes eux-mêmes ! Il ne faudra pas venir pleurer sur les cadavres encore fumants des petites frappes et autres dealers !

100 % d'accord.

La manif est interdit, ils sont là, donc ils sont normalement hors la loi.

Portrait de Amos
15/mai/2021 - 17h03
Valentin98 a écrit :

smiley l'état sioniste détruis deux tours abritant non pas le hamas mais des chaines d'infos dont une américaine! Ils ont peur que ces chaines ne montrent leurs exactions! Le hamas et les sionistes dans le même panier! Des salauds qui se servent de leur peuple respectif!

On va mettre les choses au clair. Le Hamas est un groupuscule terroriste créé par le Mossad pour contrer l'OLP.

Le problème c'est qu'à un moment ils ont été submergés mais dans certains cas (comme emm***** l'autorité palestinienne), ils retrouvent leur vieille connaissance.

Et ce n'est pas du complotisme, c'est de l'Histoire.

Portrait de bergil
15/mai/2021 - 16h45
Valentin98 a écrit :

Ces crs avec leur artillerie et camions à eau, feraient mieux d'aller remettre de l'ordre dans les banlieues gangrénées! Ah oui c'est vrai macron et moussa darmanin préfèrent les envoyer contre des manifestants. Quand il s'agit de remettre de l'ordre dans ce pays, il n'y a plus personne! 

 remettre de l'ordre ! c'est pas ce qu'ils sont en train de faire ?

Portrait de francois842021
15/mai/2021 - 16h20
Valentin98 a écrit :

Macron et sa clique ont peur du crif et de l'état d'israel! C'est bien connu que c'est le crif et israel qui mettent les gouvernements français en place tel des pions sur un échiquier. C'est pas pour rien que tous les lèches bottes de droite comme de gauche vont au dîner du crif!

arrêtez la drogue

Portrait de francois842021
15/mai/2021 - 16h19

Je les ai pas vu manifester contre ce flic mort par de la racaille, ils veulent les defendre alors partez là bas y vivre.

 

Portrait de bergil
15/mai/2021 - 16h18
Steyr∞Schoenauer 8.68 a écrit :

Les organisateurs sont, l'Association des Palestiniens en Ile-de-France, Attac, l'Action Antifasciste Paris-Banlieue, le Nouveau Parti Anticapitaliste, le Parti des Indigènes de la République. 

Je crois que rien qu'avec ça tout est dit. 

Il faut virer tous les étrangers de ces "associations " qui non rien à faire en France sauf d'importer chez nous des problèmes qui ne nous regardent pas ! D'ailleurs je croyais  qu'un réfugié " politique " n'avait pas le droit de manifester 

Portrait de Tristan96
15/mai/2021 - 15h50

Ces gens n'ont vraiment rien à foutre de leurs vies.smiley