21/04 19:07

EXCLU - Sarah Halimi - Le magistrat honoraire Philippe Bilger s'adresse directement à Arthur : "Vous avez un devoir, celui de la modestie. Je n'ai jamais fui les contradicteurs courtois."

Nouvel acte dans le face à face qui voit s'opposer Philippe Bilger et l'animateur Arthur. Cette fois, c'est auprès de jeanmarcmorandini.com que le magistrat honoraire s'exprime en exclusivité en s'adressant directement à Arthur: "Ni mépris, ni condescendance de ma part. Vous avez tout à fait le droit de vous exprimer. Mais votre indignation morale est offensante - honte de cette décision et c'est quoi ce pays! - et votre droit vous impose un devoir : celui de la modestie dont vous pourriez faire preuve parce que comme pour tant d'autres, le fond des expertises vous est demeuré étranger et que dans ces conditions, les procès expéditifs sont mal venus. Si demain la loi est changée, j'en prendrai acte. Je n'ai jamais fui les contradicteurs courtois."

Ce matin, sur son compte Twitter, l'animateur a répondu au message posté par l'avocat sur le réseau social en réaction à la colère d'Arthur après la décision rendue le 14 avril dernier dans le meurtre de Sarah Halimi (voir vidéo ci-dessus).

"Cher Monsieur, je me permets de dire et penser ce que je veux. Je suis blessé et inquiet comme beaucoup de citoyens français par cette décision d’injustice. Mais le corporatisme est plus fort que tout", débute l’animateur.

Et d’ajouter : "Continuez de croire que vous avez toujours raison. A lire les commentaires sous votre message, la conscience universelle et citoyenne vous donne déjà tord". "Vous parlez d’ignorance indignée. Vous alliez le mépris à la condescendance. Nul n’est censé ignorer le respect", termine l’animateur.

Hier, au lendemain d'une vidéo postée sur le compte Instagram d'Arthur, le magistrat Philippe Bilger réagissait à sa colère après la décision rendue le 14 avril dernier dans le meurtre de Sarah Halimi.

La Cour de cassation a confirmé l’irresponsabilité pénale du meurtrier, entérinant ainsi l’absence de procès pour le jeune homme, hospitalisé en psychiatrie depuis ce crime.

"Hallucinant! Arthur se permet de dire au sujet de Sarah Halimi: « J’ai honte de cette décision. C’est quoi ce pays? ». Ce qui est honteux est ce propos. Des effets conjugués de la démagogie présidentielle et de l’ignorance indignée...", indiquait le président de l'Institut de la parole sur son compte Twitter.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Martel688
22/avril/2021 - 16h50
JC732 a écrit :

Si cette information est vraie, ceci explique cela.

 

J'ai vérifié ma propre info, car j'ai eu un doute, et je dois humblement reconnaître que j'ai dit une bêtise.

J'ai confondu avec un autre magistrat.

Mes excuses.

 

Il n’empêche que Bilger est toujours très prompt à défendre plutôt ce camps-là...

 

Portrait de JC732
22/avril/2021 - 16h10
Martel688 a écrit :

De toute façon Bilger est marié avec une musulmane et dès que ça touche ce sujet, il perd totalement le sens de la réalité...

Si cette information est vraie, ceci explique cela.

Portrait de Martel688
22/avril/2021 - 14h36

De toute façon Bilger est marié avec une musulmane et dès que ça touche ce sujet, il perd totalement le sens de la réalité...

Portrait de Cristaline1000
22/avril/2021 - 12h00

L'expert psychiatre Paul Bensussan avait examiné le tueur de Sarah Halimi. En se fondant notamment sur ses conclusions, la justice a déclaré l'assassin irresponsable et l'a exonéré d'un procès. Au cœur de la polémique, très critiqué, il a accepté de répondre aux questions de « Marianne ».

 

Quelles ont été vos conclusions ?

Il n’y a eu aucune dissension au sein du collège. Nous avons conclu (à l’instar des autres experts) à une bouffée délirante aiguë, ici marquée par l’apparition soudaine d’un délire de persécution et de possession de nature satanique. Décrite par Magnan en 1866, la bouffée délirante survient typiquement chez un patient exempt de tout trouble psychiatrique (on parle de « coup de tonnerre dans un ciel serein »). Elle constitue fréquemment un mode d’entrée dans un trouble schizophrénique. Ce trouble est l’un des cas les plus consensuels d’irresponsabilité pénale. Il se caractérise par l’apparition soudaine d’idées délirantes et/ou d’hallucinations et/ou d’un discours incohérent et/ou d’un comportement grossièrement désorganisé pendant plus d’un jour et, par définition, moins d’un mois. Ce délire aigu engendre des bouleversements émotionnels et une note confusionnelle, toutes modifications que nous avons retrouvées dans les auditions de l’entourage de Monsieur Traoré.

Dans les heures qui ont précédé son passage à l’acte, il était halluciné, soliloquait en répondant à des voix imaginaires, inquiétait tout le monde, y compris ses parents, ses voisins maliens qu’il avait séquestrés et qui avaient appelé la police… Il était allé la veille à la mosquée, avait consulté un exorciste, pensait que son beau-père voulait l’empoisonner ou le « marabouter », que l’auxiliaire de vie (d’origine haïtienne) de sa sœur appliquait sur lui des rituels vaudous… Des thèmes et des mécanismes délirants particulièrement riches, une dimension persécutive dominante.

La problématique était ici le rôle possiblement déclencheur du cannabis. L’existence de délires induits par le cannabis est parfaitement établie et leur séméiologie est très comparable à celle présentée par Monsieur Traoré au moment des faits. Mais les taux sanguins de THC retrouvés chez lui étaient faibles à modérés (peu compatibles avec une consommation massive récente) et les idées délirantes ont persisté longtemps après l’arrêt de l’intoxication, alors même que Monsieur Traoré était hospitalisé et traité par antipsychotiques majeurs. Enfin et surtout, croyant trouver l’apaisement dans le fait de fumer, comme il le faisait régulièrement depuis l’âge de 15 ans, il a sans doute précipité l’évolution d’un trouble dont le cannabis n’a été selon nous qu’un co-facteur et non la cause. Nous avons donc conclu à l’irresponsabilité pénale, tout simplement parce qu’elle s’imposait techniquement !

Ce qui ne revenait pas, faut-il le préciser, à occulter la barbarie du passage à l’acte, et moins encore sa dimension antisémite. C’est en s’enfuyant par le balcon de chez les voisins, alors qu’il se croyait poursuivi par les « démons » qu’il est entré par effraction dans l’appartement de Madame Halimi et que l’enchaînement fatal est survenu. Je l’ai souligné dans le rapport comme à la barre de la chambre de l’instruction : en proie à son délire, à la fois agressif et terrorisé, Monsieur Traoré était au moment des faits un baril de poudre. Mais le judaïsme de Madame Attal, la vision du chandelier à sept branches, ont été l’étincelle. Pour le dire simplement : le crime était celui d’un fou, mais son crime était antisémite car dans son délire, il assimilait les juifs au démon. L’indignation de l’opinion publique et de la communauté tient selon moi à l’idée (fausse) que reconnaître la folie et l’irresponsabilité pénale du meurtrier reviendrait à nier la dimension antisémite de son acte. Il faut à ce sujet rappeler que l’arrêt de la Chambre de l’instruction a retenu la culpabilité de Monsieur Traoré, mais aussi la dimension antisémite de son crime.

 

Portrait de Nicoooo
22/avril/2021 - 11h56
RED2510 a écrit :

Et vous pensez que les citoyens ont le droits de décider de la culpabilité de telle ou telle personne sans connaître tous les faits. Vous croyez franchement que les peuples ne sont pas manipulables ?

on ne juge pas dans l'émotion d'un acte, on juge en suivant les lois.

Il n'empêche que Loic33 à raison. De manière générale, les lois actuelles de ce pays ne sont absolument plus en phase avec la société d'aujourd'hui. On le voit tous les jours.

 

Portrait de RED2510
22/avril/2021 - 11h39
LOIC 33 a écrit :

Ce sont beaucoup de lois a revoir, elles ne sont plus adaptées à la société actuelle, d'ou le magistrat qui veut les faire respecter et le citoyen qui trouve,ce qui est normal, injuste vu les faits qui sont malheureusement liés à la vie d'aujourd'hui.....

Et vous pensez que les citoyens ont le droits de décider de la culpabilité de telle ou telle personne sans connaître tous les faits. Vous croyez franchement que les peuples ne sont pas manipulables ?

on ne juge pas dans l'émotion d'un acte, on juge en suivant les lois.

Portrait de geneva
22/avril/2021 - 11h37

QUI ne s'offusquerait pas de voir l'impunité qu'à eu cet assassin, tueur d'une vielle dame (qu'elle soit juive où pas n'est pas la question). Gageons qu'il sortira bientôt de son établissement pour dingue, et qu'il n'aura jamais de comptes à rendre. C'est insupportable !

Bilger s'enferre. On se croirait dans une cour d'école. Un peu de hauteur, zut !

Portrait de RED2510
22/avril/2021 - 11h36
demainestunautrejour a écrit :

J'ai entendu , ce midi , le frère de la défunte expliquer toute la souffrance de sa sœur lors de son agression par l'auteur des faits . C'était horrible cette femme a été tuée par la haine de cet homme ... 

La justice n'est pas dans l'émotion, ni dans la loi du talion. Elle applique les lois définies par les politiques. Si vous n'êtes pas d'accord avec la décision de la justice, faite vous élire et changer les lois

Alors oui, c'est horrible ce qu'a subit cette femme et rien ne peux l'excuser; mais personne dans ce blog n'a les éléments qu'a la justice pour savoir si la décision de celle-ci est juste ou pas. 

Portrait de ago47
22/avril/2021 - 10h05
Valentin98 a écrit :

Je comprend mieux pourquoi ce bilger "défend" le jugement des tueurs de sarah halimi: son père était un collabo qui a apporté son soutien aux nazis (cf la bio de ce "petit juge"). Les chats ne font pas des chiens comme on dit!

En même temps, les enfants ne sont pas responsables des erreurs des parents.

Portrait de LOIC 33
22/avril/2021 - 08h12

Ce sont beaucoup de lois a revoir, elles ne sont plus adaptées à la société actuelle, d'ou le magistrat qui veut les faire respecter et le citoyen qui trouve,ce qui est normal, injuste vu les faits qui sont malheureusement liés à la vie d'aujourd'hui.....

Portrait de JC732
22/avril/2021 - 08h07

On peut au moins lui accorder une forme de courage (ou d’inconscience) pour oser venir affirmer  ses certitudes en direct. Je n'ai jamais vu un juge venir expliquer le pourquoi de ce laxisme ambiant.

Ceci dit, son témoignage est glaçant. Je n'aurai pas aimé être jugé ou poursuivi par lui tant il est droit dans ses bottes et sourd à tout argument contraire. Une veritable caricature de ce qu'est devenu une partie de la "justice" française

Portrait de Valentin98
22/avril/2021 - 07h12

Je comprend mieux pourquoi ce bilger "défend" le jugement des tueurs de sarah halimi: son père était un collabo qui a apporté son soutien aux nazis (cf la bio de ce "petit juge"). Les chats ne font pas des chiens comme on dit!

Portrait de Oh Yes It's Good
21/avril/2021 - 20h38

"Mais votre indignation morale est offensante"

smiley Alors celui-là......

Portrait de Jilou1994
21/avril/2021 - 20h34

C'est vrai qu'il est d'une modestie sans borne ce magistrat !

Portrait de bergil
21/avril/2021 - 20h31
VNBis a écrit :

Quand j'entends parler Mr Bilger, je comprends les raisons de l'échec de la justice Française

Ils ont oublié qu'ils rendaient justice au nom du peuple

Ce sont des petits barons qui estiment n'avoir de compte à rendre à personne

Quand on lui demande comment une personne incapable de discernement a pu choisir une personne juive, et la balancer du balcon en la traitant de sale juive et en criant Allah Akbar il répond : j'ai lu le rapport vous n'avez qu'à faire de même

Cela en dit long , incapable de trouver une logique dans cette décision , il se cache derrière son corporatisme et le non droit à commenter une décision de justice.

Moi j'appelle cela de la lâcheté

Il est temps qu'un gouvernement courageux foute dehors toutes ces lopettes, réforme cette institution monarchique qui se fout du peuple

Une entreprise privée qui aurait des résultats aussi minables aura fait faillite depuis longtemps    

Bravo !

Portrait de bergil
21/avril/2021 - 20h31
VNBis a écrit :

Quand j'entends parler Mr Bilger, je comprends les raisons de l'échec de la justice Française

Ils ont oublié qu'ils rendaient justice au nom du peuple

Ce sont des petits barons qui estiment n'avoir de compte à rendre à personne

Quand on lui demande comment une personne incapable de discernement a pu choisir une personne juive, et la balancer du balcon en la traitant de sale juive et en criant Allah Akbar il répond : j'ai lu le rapport vous n'avez qu'à faire de même

Cela en dit long , incapable de trouver une logique dans cette décision , il se cache derrière son corporatisme et le non droit à commenter une décision de justice.

Moi j'appelle cela de la lâcheté

Il est temps qu'un gouvernement courageux foute dehors toutes ces lopettes, réforme cette institution monarchique qui se fout du peuple

Une entreprise privée qui aurait des résultats aussi minables aura fait faillite depuis longtemps    

Bravo !

Portrait de La Normande
21/avril/2021 - 20h08

Je ne supporte pas ce Bilger; Sale type !