30/03 08:02

Pour la première fois aux Etats-Unis, des employés d'Amazon votent pour ou contre la création d'un syndicat dans un des entrepôts de la marque

Le vote pour ou contre la création d'un syndicat dans un entrepôt Amazon dans l'Alabama, qui serait le premier aux Etats-Unis, s'achève après une campagne à la David contre Goliath, déjà considérée comme historique quel que soit le verdict des urnes. "La pire peur d'Amazon est déjà arrivée: 3.000 employés ont dit qu'ils ne pouvaient pas travailler dans ces conditions", a souligné Joshua Brewer, le président local du RWDSU, le syndicat de la distribution qui représentera les 5.800 employés du site de Bessemer, s'ils votent en sa faveur.

Depuis l'automne dernier, des syndicalistes se sont relayés jour et nuit à l'entrée du complexe, pour recueillir suffisamment d'accords de principe (ils en ont eu 3.000), puis pour les convaincre de transformer l'essai. Lundi matin avant l'aube, ils étaient encore une poignée de volontaires, venus de Portland ou de Boston, à remercier les salariés pour leur mobilisation. "On l'attend depuis longtemps mais le changement arrive !", pouvait-on lire sur leurs pancartes.

Le décompte des votes envoyés par la poste doit commencer mardi, sous la houlette de l'agence fédérale chargée du droit du travail. Les résultats ne sont pas attendus avant la fin de la semaine, au mieux, en fonction du nombre de bulletins disputés (signature au mauvais endroit, profession incorrecte, etc).

"C'est le début de la partie moins sympa pour nous, on passe la main aux avocats", remarque Joshua Brewer, qui s'attend à des complications légales.

Pour lui, Amazon va certainement essayer de retarder l'issue "par tous les moyens possibles". Le mouvement est né du ras-le-bol de nombreux employés épuisés, qui se sentent traités comme des "robots" ou des "prisonniers".

"Nous voulons juste le respect et la dignité", résume Jennifer Bates, une des salariées investies dans le mouvement. "Cela signifie des conditions de travail sûres, la sécurité de l'emploi, et des salaires à la hauteur".

"Le nombre d'adhérents au RWDSU décline depuis deux décennies, mais ce n'est pas une raison (...) pour déformer les faits", a réagi Amazon lundi. "Nos employés connaissent la vérité: des revenus de 15 dollars de l'heure ou plus, la couverture santé et un lieu de travail sûr et inclusif. Nous avons encouragé tous nos employés à voter", a détaillé la porte-parole Heather Knox. Le géant du commerce en ligne a recruté à tour de bras en 2020, et quasiment doublé son bénéfice net à 21 milliards de dollars, grâce à l'explosion de la demande en temps de pandémie.

Ailleurs sur le web

Vos réactions