22/03 15:45

Le signalement de députés LR accusant la comédienne Corinne Masiero d'exhibition sexuelle lors des César classé sans suite

Le procureur de Paris, Rémy Heitz, a classé sans suite le signalement de neuf députés LR qui accusaient la comédienne Corinne Masiero d'exhibition sexuelle lors de la 46e cérémonie des César, a indiqué lundi le parquet, sollicité par l'AFP. Dans un courrier daté du 16 mars adressé au parquet de Paris, le député LR du Vaucluse Julien Aubert, soutenu par d'autres parlementaires, estimait que l'actrice avait commis le délit d'«exhibition sexuelle», passible d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende, en apparaissant lors de la dernière cérémonie des César le 12 mars «totalement déshabillée, imposant sa nudité» au public dans la salle ainsi qu'aux téléspectateurs.

Dans sa réponse envoyée lundi, dont l'AFP a eu connaissance, Rémy Heitz a indiqué avoir procédé au classement sans suite du signalement. «Au regard de la démarche poursuivie par l'intéressée, qui souhaitait attirer l'attention du public sur les difficultés actuelles rencontrées par les professionnels du spectacle, une poursuite serait inopportune», a-t-il expliqué.

Le procureur a par ailleurs souligné qu'elle serait «vouée de surcroît à l'échec au regard de la jurisprudence récente de la Cour de cassation», se référant à un arrêt du 26 février 2020 qui avait définitivement validé la relaxe d'une ancienne militante des Femen, Iana Zhdanova, pour une action seins nus au musée Grévin en 2014. Dans cette décision, la Cour de cassation avait estimé que «le comportement de la prévenue s'inscrivait dans une démarche de protestation politique, et que son incrimination (...) aurait constitué une ingérence disproportionnée dans l'exercice de la liberté d'expression», a rappelé M. Heitz.

«No culture, no future» sur le ventre, «Rend-nous l'art, Jean» sur le dos: Corinne Masiero, qui devait remettre le prix du meilleur costume, avait marqué les esprits en ôtant un costume de Peau d'Âne sanguinolant, se retrouvant entièrement nue sur la scène. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a estimé le 16 mars que cette cérémonie «n'a pas été utile au cinéma français», alors que Jean Castex a fait valoir qu'il y avait eu «des cérémonies, peut-être, de meilleure tenue».

Cette prestation a en outre été vivement critiquée à droite et à l'extrême droite.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de HELLO06
23/mars/2021 - 16h33

Autant cette 46ème cérémonie a été une véritable calamité, vulgaire, glauque, peu glamour, autant cela ne mérite pas une condamnation pour la mise à poil!

Dommage pour nous car on avait bien besoin d'une belle cérémonie, pleine de belles émotions,qui nous fassent rêver, d'un humour léger.

Je suis désolée mais une cérémonie du cinéma n'est pas un lieu de vomissure!

En ce qui concerne les prix attribués à Adieu les cons : je n'adhère pas du tout, mais pas du tout. Bon pour le coup, il colle parfaitement au type de cérémonie auquel on a eu droit : déjanté, déglingué!

Le film "Les choses que l'on dit et les choses que l'on fait" est d'un tout autre registre avec des dialogues d'une grande  subtilité. Je conseille vivement : une pure merveille dans le genre.

 

Portrait de Raspoutine from South
23/mars/2021 - 10h27

Beaucoup de Tartuffe ici : "Couvrez ce sein de gauchiste que je ne saurais voir."

Portrait de Nono75
23/mars/2021 - 09h16
Leon48Leon a écrit :

@Nono75 vous devez vraiment vous ennuyer dans la vie.

Pas vraiment non. Et ?

Il faudrait que je me taise même lorsque certains écrivent des bêtises plus grosses qu'eux ? Certains peuvent écrire des BS mais à partir du moment où cela ne va pas dans le "bon" sens alors on "s'ennuie" ? Belle idée de la pluralité d'esprit darling.

Une simple relecture de ce fil démontre que certains sont tellement aveuglés qu'ils écriraient n'importe quoi s'enfermant encore plus dans leurs aveuglements. Comme je l'ai déjà écrit : plus c'est gros, plus ça passe.

Portrait de Leon48Leon
23/mars/2021 - 08h27 - depuis l'application mobile

@Nono75 vous devez vraiment vous ennuyer dans la vie.

Portrait de Nono75
22/mars/2021 - 22h05
djbaxter a écrit :

Merci, mais en matière de jurisprudence, le problème n'est pas l'origine de la source, mais l'ampleur et l'exhaustivité de l'information juridictionnelle.

Tu le fais exprès c'est pas possible. Je vais l'écrire en parlant fort car visiblement tu as du mal avec la comprenette. smiley

QUI ICI PARLE DE WIKIPÉDIA COMME SOURCE DE JURISPRUDENCE À PART TOI ? Le mot "jurisprudence" ne figure même pas dans l'article de Wikipédia !

Et dans mon commentaire de 19h07 évoquant Wikipédia je n'ai pas fait allusion à de la jurisprudence, je n'ai même pas écrit le mot.

Tu n'as pas du lire l'article que tu commentes car c'est le procureur de Paris, Rémy Heitz lui même qui parle de "jurisprudence récente de la Cour de cassation", juridiction remplie de gauchistes notoires j'imagine.

Il a même pris le soin de mentionner l'arrêt en question, que je te remets des fois que : "se référant à un arrêt du 26 février 2020 qui avait définitivement validé la relaxe d'une ancienne militante des Femen, Iana Zhdanova, pour une action seins nus au musée Grévin en 2014."

Mais peut être connais tu plus son métier que lui.

En tout cas tu excelles dans l'art de détourner la conversation sur autre chose, histoire de masquer le fait que tu n'as rien à dire sur le sujet lui même. Par exemple j'attends toujours que tu nous démontres que cet article du code pénal a déjà servi par le passé à faire condamner d'autres femmes que les deux dont parle effectivement l'article de Wikipédia, sur la période allant de 1965 à aujourd'hui soit 56 ans.

Portrait de djbaxter
22/mars/2021 - 21h14
cineberry a écrit :

Les articles de Wikipédia sont sourcés. Il faut juste se donner la peine de cliquer sur les liens. La paresse intellectuelle, fléau du XXIème siècle...

Merci, mais en matière de jurisprudence, le problème n'est pas l'origine de la source, mais l'ampleur et l'exhaustivité de l'information juridictionnelle.

Portrait de cineberry
22/mars/2021 - 20h49
djbaxter a écrit :

wikipédia comme source de jurisprudence.

.

Wouahah mort de rire. Le niveau quoi. 

Les articles de Wikipédia sont sourcés. Il faut juste se donner la peine de cliquer sur les liens. La paresse intellectuelle, fléau du XXIème siècle...

Portrait de cineberry
22/mars/2021 - 20h45
Nerfertiti a écrit :

En tout cas, tout ce dont je m’aperçois, c’est que le CSA est aux abonnés absents et qu’ils trouvent tous normal qu’à une heure de grande d’écoute qu’une personne ensanglantée avec des tampon hygiéniques dans les oreilles se mette à poil alors qu’il y a des mômes qui devaient regarder 

Sûrement trop occupé à décrypter chaque mot que prononce Zemmour

23h04, une heure de grande écoute ? Lol...

Portrait de cineberry
22/mars/2021 - 20h43
lxa75 a écrit :

ça aurait été 1 mec ?????? pas grave on sait de quel coté penchent la justice 

Ça s'est déjà produit aux Molières en 2014. Le comédien et metteur en scène Sébastien Thiéry s'est présenté nu sur la scène pour interpeller Fleur Pèlerin, ministre de la culture de l'époque, sur la situation des intermittents.

Dans un article intitulé "Mais qui est l'homme nu qui a fait sensation aux Molières ?", le Figaro daté du 28/04/2015 dresse le "portrait d'un homme audacieux". Quand on lit dans ce même journal le traitement réservé à Corine Masiero, on se dit que les hommes y sont bien mieux traités que les femmes.

Portrait de Nono75
22/mars/2021 - 20h28
djbaxter a écrit :

wikipédia comme source de jurisprudence.

.

Wouahah mort de rire. Le niveau quoi. 

Allons, allons...

Ce n'est pas moi qui parle de justice de gauche après une jurisprudence dictée par la Cour de cassation et non par Wikipédia hein.

J'ai bien précisé et écrit que je citais l'article Wiki pour ÉCLAIRCIR un peu.

Après je te laisse nous sortir d'autres condamnations de femmes parce que si c'est vrai (tu noteras que j'ai aussi écrit cela) qu'il n'y en a eu que DEUX en 56 ans, comment dire... Wouahah mort de rire. Le niveau quoi.

Portrait de djbaxter
22/mars/2021 - 19h07
Nono75 a écrit :

La Cour de cassation de gauche. Mort de rire. Lorsqu'une décision déplait elle est forcément politique hein.

Et dans le cas présent c'était un peu tordu d'aller chercher l'exhibition sexuelle. Au pire c'est contre le diffuseur qu'il aurait fallu se tourner : certaines émissions en direct sont en léger différé histoire de se prémunir de certains actes (typiquement l'envahissement du plateau) et ils auraient éventuellement pu flouter le bas.

Cela ne va pas plaire à certains contributeurs amoureux de la justice de comptoir, je ne suis pas juriste et ça vaut ce que ça vaut mais la page Wikipédia sur l'exhibition sexuelle en droit français éclaircit un peu la chose avec entre autres :

Selon l'article 222-32 du code pénal, l'exhibition sexuelle imposée à la vue d'autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende.

La loi condamne et réprime donc des motivations et non un simple état de nudité. Les actes peuvent être :

- une provocation délibérée ou un acte obscène non dissimulé ;

- un geste ou une attitude déplacé au regard de la pudeur publique ;

- une imposition de l'exhibition sexuelle.

Il est bien précisé qu'il s'agit d'un acte incriminé et non d'un état, qui doit donc être démontré comme motivé.Les condamnations de femmes sont relativement rares.

En 1965, une jeune fille est reconnue coupable d’outrage public à la pudeur pour avoir joué au ping-pong seins nus sur la Croisette à Cannes. La condamnation suivante pour exhibition sexuelle, le 17 décembre 2014, d'Éloïse Bouton, qui utilise la nudité à des fins de revendications politiques au sein des Femen, attire la colère de plusieurs personnalités féministes.

Aucune condamnation de femme entre 1965 et 2014 ? Punaise, si c'est vrai alors ça fait longtemps que la gauche gangrène la Justice on dirait ! smiley

Puisque des députés et des sénateurs se sont émus de la chose, qu'ils proposent une réécriture explicite de l'article 222-32, après tout c'est un peu leur cœur de métier non ?

Après, si le sexe de la femme fait encore peur à certain(e)s de nos jours... smiley

wikipédia comme source de jurisprudence.

.

Wouahah mort de rire. Le niveau quoi. 

Portrait de Nerfertiti
22/mars/2021 - 18h18

En tout cas, tout ce dont je m’aperçois, c’est que le CSA est aux abonnés absents et qu’ils trouvent tous normal qu’à une heure de grande d’écoute qu’une personne ensanglantée avec des tampon hygiéniques dans les oreilles se mette à poil alors qu’il y a des mômes qui devaient regarder 

Sûrement trop occupé à décrypter chaque mot que prononce Zemmour

Portrait de Nono75
22/mars/2021 - 17h57
djbaxter a écrit :

Tu réponds sur le procureur, alors que le problème bien identifié à la source, c'est la jurisprudence de gauche qui s'affranchit de la loi. La loi n'est pas appliquée quand c'est le fait de gauchistes. Le respect de la loi demandé par des pacifistes de droite sans aucune infraction, et là c'est la dissolution.

La Cour de cassation de gauche. Mort de rire. Lorsqu'une décision déplait elle est forcément politique hein.

Et dans le cas présent c'était un peu tordu d'aller chercher l'exhibition sexuelle. Au pire c'est contre le diffuseur qu'il aurait fallu se tourner : certaines émissions en direct sont en léger différé histoire de se prémunir de certains actes (typiquement l'envahissement du plateau) et ils auraient éventuellement pu flouter le bas.

Cela ne va pas plaire à certains contributeurs amoureux de la justice de comptoir, je ne suis pas juriste et ça vaut ce que ça vaut mais la page Wikipédia sur l'exhibition sexuelle en droit français éclaircit un peu la chose avec entre autres :

Selon l'article 222-32 du code pénal, l'exhibition sexuelle imposée à la vue d'autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende.

La loi condamne et réprime donc des motivations et non un simple état de nudité. Les actes peuvent être :

- une provocation délibérée ou un acte obscène non dissimulé ;

- un geste ou une attitude déplacé au regard de la pudeur publique ;

- une imposition de l'exhibition sexuelle.

Il est bien précisé qu'il s'agit d'un acte incriminé et non d'un état, qui doit donc être démontré comme motivé.Les condamnations de femmes sont relativement rares.

En 1965, une jeune fille est reconnue coupable d’outrage public à la pudeur pour avoir joué au ping-pong seins nus sur la Croisette à Cannes. La condamnation suivante pour exhibition sexuelle, le 17 décembre 2014, d'Éloïse Bouton, qui utilise la nudité à des fins de revendications politiques au sein des Femen, attire la colère de plusieurs personnalités féministes.

Aucune condamnation de femme entre 1965 et 2014 ? Punaise, si c'est vrai alors ça fait longtemps que la gauche gangrène la Justice on dirait ! smiley

Puisque des députés et des sénateurs se sont émus de la chose, qu'ils proposent une réécriture explicite de l'article 222-32, après tout c'est un peu leur cœur de métier non ?

Après, si le sexe de la femme fait encore peur à certain(e)s de nos jours... smiley

Portrait de hummerH2
22/mars/2021 - 17h21

Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. (Fable de Jean de La Fontaine, 17eme siècle )

 

Selon que vous serez de gauche ou de droite, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.(Triste réalité de la justice Française au 21eme siècle).

 

Portrait de lxa75
22/mars/2021 - 16h16

ça aurait été 1 mec ?????? pas grave on sait de quel coté penchent la justice 

Portrait de djbaxter
22/mars/2021 - 16h12
Nono75 a écrit :

Le Procureur dont c'est un peu le métier de décider de l'opportunité des poursuites explique qu'il y a une jurisprudence de la Cour de cassation.

À part faire perdre des milliers d'euros au contribuable quel est l'intérêt de se lancer dans un procès perdu d'avance ?

Tu réponds sur le procureur, alors que le problème bien identifié à la source, c'est la jurisprudence de gauche qui s'affranchit de la loi. La loi n'est pas appliquée quand c'est le fait de gauchistes. Le respect de la loi demandé par des pacifistes de droite sans aucune infraction, et là c'est la dissolution.

Portrait de Nono75
22/mars/2021 - 16h10
Climato a écrit :

C'est n'importe quoi. Pour ce juge, se foutre à poil devant des gens qui n'ont rien demandé est donc autorisé si c'est pour attirer l'attention sur les problèmes des intermittents ?

Le Procureur dont c'est un peu le métier de décider de l'opportunité des poursuites explique qu'il y a une jurisprudence de la Cour de cassation.

À part faire perdre des milliers d'euros au contribuable quel est l'intérêt de se lancer dans un procès perdu d'avance ?

Portrait de Climato
22/mars/2021 - 15h52 - depuis l'application mobile

C'est n'importe quoi. Pour ce juge, se foutre à poil devant des gens qui n'ont rien demandé est donc autorisé si c'est pour attirer l'attention sur les problèmes des intermittents ?