11/03 11:16

Le plan social prévoyant la suppression d'une cinquantaine de postes à L'Equipe doit faire l'objet d'un "complément d'informations" concernant ses "conséquences" sur les conditions de travail pour être homologué

Le plan social prévoyant la suppression d'une cinquantaine de postes à L'Equipe doit faire l'objet d'un "complément d'informations" concernant ses "conséquences" sur les conditions de travail pour être homologué par la Dirrecte, a-t-on appris auprès des syndicats et de la direction. Cette "demande d'informations complémentaires" de la Dirrecte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) "ne remet pas en cause la réorganisation mais fera évoluer légèrement le calendrier qui sera redéfini prochainement", a précisé la direction.

"Une nouvelle réunion d'information sera organisée avec les membres du CSE (comité social et économique) pour échanger sur ces éléments et reprocéder à la consultation de l'instance au cours d'une autre réunion", a-t-elle ajouté. Selon l'élu SNJ-CGT Stéphane Antoine, "la date limite pour l'homologation" du plan était fixée à vendredi. "La phase de volontariat" du plan de départ "aurait pu débuter cette semaine", a-t-il ajouté, évoquant une procédure "a priori prolongée d'au moins quelques semaines".

Ce plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) est à l'origine d'une grève massive qui a entraîné la non parution du quotidien sportif pendant deux semaines en janvier. Il prévoit la suppression d'une cinquantaine de postes, dont 47 de journalistes, au sein de la SAS L'Equipe (le quotidien, le magazine, Vélo Magazine et l'hebdomadaire France football, en passe de devenir mensuel) qui emploie 350 personnes. Une douzaine de postes doivent être créés en parallèle pour renforcer les contenus numériques.

Invités à se prononcer sur le projet début février, les élus du CSE avaient dénoncé, rapport d'experts à l'appui, les risques psychosociaux pesant sur les salariés et la "méconnaissance par la direction de son obligation de prévention". Un autre PSE lié à la fin du supplément "Sport & Styles" (édité par la société PSI), qui prévoit la suppression de cinq postes, a en revanche été homologué, à la surprise des syndicats. "Les deux n'auraient jamais dû être dissociés puisque c'est un même projet d'économies", s'est étonné Francis Magois (SNJ).

"Il y a pas mal de flou, on est en train de creuser la question", a déclaré Stéphane Antoine. Mais "l'arrivée d'un nouveau directeur général --Laurent Prud'homme a remplacé Jean-Louis Pelé début mars à la tête du groupe L'Equipe-- peut laisser espérer des progrès" en matière de dialogue social, a-t-il estimé.

Ailleurs sur le web

Vos réactions