08/03/2021 08:28

La collégienne qui avait accusé son professeur Samuel Paty d'islamophobie en octobre dernier avant son assassinat dans les Yvelines "reconnaît avoir menti" - Regardez

La collégienne qui avait accusé Samuel Paty d'islamophobie en octobre dernier avant son assassinat dans les Yvelines "reconnaît avoir menti". Un mensonge qui a conduit son père à dénoncer Samuel Paty sur les réseaux sociaux puis à l'assassinat du professeur par un jeune radicalisé. Cette jeune collégienne avait été mise en examen pour "dénonciation calomnieuse" à la fin du mois de novembre. C'est elle qui s'était plainte du cours de Samuel Paty auprès de son père. La famille avait déposé une plainte contre l'enseignant pour diffusion d'images pornographiques. Ce jour-là, elle était en réalité exclue du collège en raison de son absentéisme. C'est pour ne pas décevoir son père en lui révélant les vraies motifs de son exclusion qu'elle avait créé ce mensonge. Elle avait expliqué à son père avoir été exclue après avoir manifesté son mécontentement lorsque le professeur avait fait sortir des élèves musulmans de sa classe pour projeter les caricature.

Son avocat explique que la jeune collégienne "a été poussée par des camarades de classe à rapporter ce qu'ils ont vu alors qu'elle était absente. Du coup, elle a joué un rôle de porte-parole par rapport à ce qui a été diffusé." Me Mbeko Tabula assure qu'elle "n'avait pas d'intention néfaste".

"Jamais elle n'aurait pu s'imaginer que les choses allaient dégénérer de cette manière. Jamais, au grand jamais." "Faire porter sur les épaules d'une enfant de 13 ans la responsabilité de cette tragédie me paraît totalement impensable, pour ne pas dire odieux", explique également l'avocat.

"C'est totalement impossible de faire porter la responsabilité de cette tragédie sur ses petites épaules, sur ses frêles épaules." Concernant cet aveu de mensonge, l'avocat explique "qu'il y a eu un cheminement, une traversée pour l'amener à reconnaître ce qu'elle ne voulait pas reconnaître dès le début. Je peux la comprendre puisque ce n'est pas évident de revenir sur des déclarations, de revenir sur des mensonges, surtout quand il y a eu la conséquence que nous connaissons tous aujourd'hui. Ce n'est pas facile."

Me Mbeko Tabula insiste également sur le fait que la jeune collégienne "est dévastée, c'est quelque chose de très violent" : "Imaginez-vous, à 13 ans, d'être pris dans cette situation de terrorisme. Être pris au milieu de tout ça, d'avoir cette culpabilité qui l'habite. C'est une situation épouvantable et je peux vous dire qu'elle ne vit pas cela facilement. Dieu merci, elle a une famille qui est présente, qui la soutient, qui l'accompagne. Elle n'est pas toute seule."

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de ahmed003
8/mars/2021 - 19h25
Culotte Dagobert a écrit :

Maintenant que vous le dites, pourquoi pas, tiens ... Un endroit où tous ces gens qui nous haïssent et vivent chez nous en méprisant nos coutumes seraient bien, vivraient heureux entre eux, et tous d'accord pour vivre la vie de merde qui a cours dans tous les pays où l'islam règne en maître puisqu'il piétine toute espérance démocratique.

Vous m'avez bien fait rire, c'est déjà ça.smiley

Portrait de fani122009
8/mars/2021 - 18h42

elle doit faire de la prison elle a tue un homme  ou sait tout  com 13 ans ou pas rien a foutre

Portrait de mithilo
8/mars/2021 - 12h04

L'avocat dit : heureusement que ma cliente est bien entourée par sa famille, cette même famille qui n' a pas du lui apprendre qu'il ne faut pas mentir.. Et les enfants de Samuel Paty , ils ont qui aujourd'hui pour être entourés? Surement pas leur père....

 

Portrait de Azrael68
8/mars/2021 - 12h02 - depuis l'application mobile

Déchéance de la nationalité Française pour elle et toute sa famille et expulsion du territoire immédiatement !

Portrait de ahmed003
8/mars/2021 - 10h55
Culotte Dagobert a écrit :

Nouvelle preuve de l'incompatibilité de l'islam et de la République. Dehors, tout ça, pas de quartier, on n'a pas à négocier quoi que ce soit autour de la décapitation des français par les musulmans.

Renvoyons les tous en musulmanie, ce grand pays.

Portrait de Yanik65
8/mars/2021 - 10h05
lemurdhadrien a écrit :

la seule question désormais qui vaille, face au silence de la communauté française musulmane, exceptés de rares sommités victimes désormais de fatwas, c'est : La religion coranique est-elle miscible dans notre société occidentale laïque, démocratique et républicaine ?

Soit cette religion, comme l'ont fait hier les chrétiennes, israëlites, boudhistes et animistes accepte de se dissoudre pacifiquement dans la Nation française, en acceptant toutes les règles, soit elle devient un ennemi de la Nation, de la République et de la Démocratie.

+100000

Mais personne n'osera mettre le sujet sur la table. Trop "touchy" pour nos élus.

Portrait de Dilpi301
8/mars/2021 - 09h40

Comme si son père n'était pas au courant qu'elle avait été exclue pour absentéisme !

Portrait de Nerfertiti
8/mars/2021 - 09h00
Amos a écrit :

Une très bonne élève, virée du cours à cause de son absentéisme.

Mais je ne la crois pas totalement coupable, je pense qu'elle a surtout été instrumentalisée.

désolée mais ces mômes là sont conditionnés dès leurs naissances. Ils en font leurs chevaux de Troie. Il n'est pas loin qu'elle pense la même chose que ses ainés. c'est trop facile de dire que c'est la faute des autres 

Portrait de ThierryG
8/mars/2021 - 08h57

On le savait qu'elle a menti, c'était avéré depuis que Monsieur Paty fut assassiné. Evidement qu'on ne peut pas faire porter le poids de ce crime sur les épaules, par contre sur le père (quelqu'un connait encore son nom?) qui a fait appel sur les réseaux sociaux pour démettre le professeur de ses fonctions, le traitant de criminel, qui a fait pression sur la direction de l'école oui, il faut le remettre sévèrement le poids de ce meurtre.

 

Si la petite a menti, on peut imaginer que c'est sous son influence néfaste: un petit mensonge, devient, face à l'énervement de son père un gros mensonge dont elle n'a pu se défaire.

 

 

Sur  Abdelhakim Sefrioui le prédicateur qui, à peine voilé à posé une fatwa sur le professeur, oui il faut faire peser le poids du meurtre.

 

Sur les responsable de la grande mosquée de Pantin, il faut faire peser le poids du meurtre, pendant que la mosquée était temporairement fermée par les autorité, l'iman mis en cause "préchait" encore son idéologie de merde dans d'autres mosquée.

 

Il aura fallu 11 jours entre le premier appel du daron et le meurtre de l'enseignant. La question aujourd'hui n'est pas de faire payer une gamine de 13 ans. La justice, c'est de mettre tout ceux qui ont appelé à la haine envers le professeur face à leur responsabilités et les emmener droit en prison, ou les reconduire à la frontière si ils possèdent la double nationalité.

Portrait de KenShiro
8/mars/2021 - 08h57

Je viens d’entendre son avocat, il dit que cette fille ressent de la gène suite à ce qui s'est passé, le journaliste à relevé le mot qu'il trouvait faible pour la mort d'un homme décapité.

La seule chose odieuse c'est la mort de ce professeur, à la quelle cette fille a été l'un des pilier avec son mensonge. Elle savait ce qu'elle faisait, elle est coupable de ce crime, elle devrait être jugée en conséquence.

Enfin ça, ce serait dans une vraie justice, vu celle de France, elle va se retrouver très vite dehors à cause de son âge et pouvoir continuer à disséminé sa haine et propagande islamiste tranquille. smiley

Portrait de Nerfertiti
8/mars/2021 - 08h36

Elle a beau n'avoir que 13 ans, elle est totalement coupable de la mort de ce pauvre professeur. Il faut que la justice arrête d'être sur la planète bisounours. Les 13 ans d'aujourd'hui ne sont pas du tout les mêmes que ceux d'hier  

Portrait de Alexdelouest
8/mars/2021 - 08h33

Stop les excuses. À 13 ans, on sait ce qu’on fait ! Cette fille doit prendre au moins 30 ans de prison.