21/02 16:02

Les téléphones 5G pourraient perturber le fonctionnement des altimètres des avions en raison de leur recours à des ondes de fréquences voisines, selon un rapport

Les téléphones 5G pourraient perturber le fonctionnement des altimètres des avions en raison de leur recours à des ondes de fréquences voisines, a-t-on appris auprès de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), qui recommande d'éteindre ces mobiles à bord des appareils. "L'utilisation d'appareils 5G à bord des aéronefs pourrait conduire à des risques d'interférences conduisant à des erreurs potentielles sur les mesures d'altitude", a précisé à l'AFP un porte-parole de la DGAC. Ce possible phénomène, dû au "brouillage de signal par une onde de fréquence proche et de puissance comparable ou supérieure à celle des radioaltimètres", provoquerait des erreurs "particulièrement critiques lors des phases d'atterrissage aux instruments", a relevé la DGAC. L'administration a émis la semaine dernière un bulletin d'information à ce sujet, à destination des opérateurs de vols. Ce document mentionne plusieurs mesures de prévention. Il demande en particulier qu'à bord, "tous les appareils électroniques compatibles en 5G (soient) en mode avion ou éteints". En outre, "en cas de perturbation, les équipages doivent informer le prestataire de services de la circulation aérienne afin que ce dernier prenne les actions opérationnelles nécessaires et alerte l'autorité de surveillance ainsi que le gestionnaire d'aéroport", selon la même source. La DGAC a en outre indiqué avoir "cadré les conditions de mise en oeuvre des antennes 5G sur le territoire afin de maîtriser ces risques d'interférence avec les systèmes embarqués lors des phases d'atterrissage sur les aéroports français". Cela s'est traduit par une limitation du niveau de puissance des émissions des antennes 5G, en cours de déploiement sur le territoire, "à proximité des 17 aéroports certifiés pour des opérations d'atterrissage dits +tous temps+", selon la DGAC qui avait annoncé en novembre des "analyses techniques complémentaires" pour "s'assurer de la compatibilité de ces stations avec les besoins de l'aviation civile". "Pour les 123 autres aéroports du territoire, une surveillance des antennes déployées à proximité est mise en place en coordination étroite avec l'Agence nationale des fréquence (ANFR) avec des moyens d'action renforcés permettant d'agir rapidement" en cas d'alerte sur une perturbation, a souligné l'administration mardi. A fin décembre, plus de 8.600 sites 5G avaient été ouverts commercialement en France par les opérateurs, selon des données publiées mi-janvier par l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep), dont 5.640 par le seul opérateur Free.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de YVESM
21/février/2021 - 19h54

La DGAC c’est pas des rigolos et avant eux déjà la FAA et l’armée américaine ont déjà émis la même mise en garde.

Portrait de lxa75
21/février/2021 - 18h35
arphen a écrit :

Là, il s'agit des radios altimètre qui fonctionne sur 4.2 - 4.4 Ghz, une antenne émettrice et une réceptrice par radio alti, qui permet de donner la distance avec le sol à basse altitude, lors de l'atterrissage.

je ne voit pas où est le soucis car déjà en modélisme on vole tous avec la même fréquence 2,4 GHz et le 5 GHz pour la vidéo  et comme c'est du numérique on peut être pas mal à utiliser cette fréquence  ensemble ça  donc en aviation ça doit être encore plus sécurisé , à moins que cette info soit encore 1 gros fake distillé par des antis tout   car la 5G a tété testé déjà dans pas mal d'endroits depuis quelques années pour que els programmeurs s'habituent avec cette fréquence  et pas loin de ligne d'approche d'avion donc ... 

 

 

Portrait de arphen
21/février/2021 - 18h04
lxa75 a écrit :

Bizarre normalement 1 altimètre travaille avec 1 capteur de pression interne 

Là, il s'agit des radios altimètre qui fonctionne sur 4.2 - 4.4 Ghz, une antenne émettrice et une réceptrice par radio alti, qui permet de donner la distance avec le sol à basse altitude, lors de l'atterrissage.

Portrait de garlaban
21/février/2021 - 17h26

C'est un coup de Greta Thunberg.

Portrait de lxa75
21/février/2021 - 16h43

Bizarre normalement 1 altimètre travaille avec 1 capteur de pression interne 

Portrait de YVESM
21/février/2021 - 16h39

Déjà que l’exposition aux ondes GSM classiques est passée sous silence...C’est sûr un avion qui s’écrase c’est plus parlant.