17/02 10:02

M6 sera "le pivot de la consolidation" des médias en France, assure son patron, alors que le groupe de télévisions et de radios, dont l'actionnaire RTL Group est prêt à se séparer, fait l'objet de toutes les convoitises

M6 sera "le pivot de la consolidation" des médias en France, a déclaré son patron au Figaro, alors que le groupe de télévisions et de radios, dont l'actionnaire RTL Group est prêt à se séparer, fait l'objet de toutes les convoitises. "L'analyse, que nous partageons avec notre actionnaire, est qu'il faut être fort soit au niveau mondial soit au niveau local. (...) Si le marché français ne se consolide pas à brève échéance, il sera bientôt laminé par les plateformes comme Netflix ou Amazon", a ajouté le président du directoire dans un entretien au quotidien. "M6, par sa taille et ses succès, sera le pivot de la consolidation en France. Que cette opération se fasse maintenant, ou plus tard d'ailleurs", a-t-il ajouté. M. de Tavernost s'est en revanche déclaré "farouchement opposé" à un démantèlement du groupe, propriétaire des chaînes de télévision M6, W9, 6ter et Gulli et des radios RTL, RTL2 et Fun Radio, alors que plusieurs poids lourds des médias et des télécoms (TF1, Vivendi, Altice) pourraient être intéressés par un partage des actifs.

Le groupe M6 a, en outre, publié mardi un chiffre d'affaires annuel en baisse de 12,5% en 2020, à l'issue d'un exercice marqué par de fortes audiences pour la télévision mais des recettes publicitaires en recul (-11,5%). Il a cependant dégagé un bénéfice net en hausse de 61% à 277 millions d'euros, dont 123 millions d'euros de plus-values liées à des cessions d'actifs (ouverture du capital de sa filiale technologique Bedrock, activité opérationnelle du téléachat, e-commerce). En télévision, le groupe dit avoir compensé la quasi-totalité de la chute d'activité grâce à de nombreuses économies (baisse du nombre de programmes inédits, des coûts de fonctionnement, du recours à l'intermittence...) "En 2020, nos résultats sont très proches de ceux de 2019 qui étaient déjà à un niveau historique. Cela démontre que le modèle M6 délivre de façon constante de bons résultats, crise ou pas crise !", a commenté M. De Tavernost, qui prévoit toutefois un premier trimestre 2021 "difficile". M6 va proposer lors de son assemblée générale de relever le dividende à 1,5 euros (au lieu de 1 euro avant la crise sanitaire), pour compenser son annulation l'année dernière.

Ailleurs sur le web

Vos réactions