21/12 18:54

Coronavirus - La Commission européenne annonce autoriser l'usage du vaccin Pfizer-BioNTech - La campagne de vaccination commencera les 27, 28 et 29 décembre 2020

18h45: La Commission européenne annonce autoriser l'usage du vaccin Pfizer-BioNTech, quelques heures après le feu vert de l'Agence européenne des médicaments. "Aujourd'hui, nous écrivons un chapitre important de la success story européenne en rendant disponible le premier vaccin européen contre le Covid-19 aux Européens", écrit la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. "Le vaccin sera accessible pour tous les pays en même temps et aux mêmes conditions."

Le Premier ministre Jean Castex a indiqué, que la campagne de vaccination commencerait les 27, 28 et 29 décembre 2020 dans les 27 pays de l'Union européenne.Dans son tweet, le chef du gouvernement s'adresse à "tous les sceptiques, à tous ceux qui en doutaient" pour les convaincre que "l'Europe a montré qu'elle était bien plus qu'un grand marché: une communauté de destin".

.

15h21: L’Espagne suspend à son tour ses vols en provenance du Royaume-Uni, annonce le gouvernement.

Les citoyens espagnols et les personnes résidant en Espagne pourront, en revanche, entrer sur le territoire espagnol, a ajouté le gouvernement de Madrid, qui a par ailleurs annoncé qu'il allait renforcer les contrôles à la frontière avec Gibraltar, enclave britannique située à l'extrême sud de l'Espagne.

15h11: L’Agence européenne des médicaments (EMA) valide "sous conditions", notamment celle d'être âgé de plus de 16 ans, le vaccin Pfizer-BioNTech pour l'Union Européenne.

"L'Europe se tient prête. Si l'Agence européenne des médicaments approuve le vaccin BioNTech-Pfizer, la campagne de vaccination pourra débuter dès le 27 décembre", a tweeté la Commission européenne.

"Je suis ravie d'annoncer que le comité scientifique de l'AEM s'est réuni aujourd'hui et s'est montré favorable à une autorisation de mise sur le marché conditionnelle dans l'UE pour le vaccin développé par Pfizer et BioNTech", a déclaré la directrice générale de l'AEM, Emer Cooke, au cours d'une conférence de presse en ligne.

L'Agence européenne des médicaments assure qu'il n'existe aucune preuve que le vaccin développé par Pfizer et BioNTech ne sera pas efficace contre la nouvelle variante du virus, découverte au Royaume-Uni.

La Commission européenne devra désormais valider cette approbation au cours des 48 prochaines heures, ouvrant la voie au transfert de millions de doses vers les 27 États membres de l'Union européenne. La vaccination commencera dans la plupart des pays au cours des prochains jours et s'accélérera début janvier.

13h11: La Russie a annoncé la suspension pour une semaine de ses liaisons aériennes avec le Royaume-Uni, en raison de l'apparition d'une nouvelle variante du coronavirus.

13h05: "L'état de santé d'Emmanuel Macron est stable" affirme le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. En introduction de son compte-rendu du Conseil des ministres, Gabriel Attal a évoqué l'état de santé d'Emmanuel Macron: selon le porte-parole du gouvernement, le médecin-chef de l'Élysée a réalisé "un bilan indiquant que le président présente encore des symptômes" du Covid-19. "Son état de santé est stable", a poursuivi Emmanuel Macron. "Il continue à travailler depuis la résidence de la Lanterne."

10h41: Emmanuel Macron annonce le déploiement de la stratégie vaccinale "juste après Noël". "Les prochains jours seront aussi marqués par le déploiement de notre stratégie vaccinale, en tout cas ses débuts", a annoncé Emmanuel Macron en Conseil des ministres. Le président de la République a évoqué "une date européenne coordonnée, juste après Noël, donc en toute fin de semaine". En préambule du Conseil des ministres, Emmanuel Macron a évoqué "une mutation problématique du virus", en référence à la variante détectée au Royaume-Uni. "Tout cela montre la complexité du virus, son agressivité, oserais-je dire son inventivité et l'humilité qu'il nous faut toujours avoir", a commenté le président de la République.

10h21: La France est dans une situation "assez fragile, voire précaire" concernant le Covid-19 et "il ne faut surtout pas basculer du mauvais côté", a indiqué lundi le ministre de la Santé Olivier Véran.

"Nous ne sommes pas sur une pente (ascendante: NDLR), nous sommes plutôt sur une ligne droite depuis environ quinze jours, à savoir que le virus ne diminue plus, mais nous ne sommes pas non plus dans une augmentation massive", a expliqué le membre du gouvernement sur Europe1.

"Cette ligne droite est à un niveau trop élevé", loin des "5.000 cas par jour, que nous souhaitions atteindre pour pouvoir reprendre le contrôle sur les chaines de contamination du virus", a-t-il ajouté. "Nous sommes au dessus de 10.000, ça veut dire qu'on est dans une situation assez fragile, voire précaire, il ne faut surtout pas basculer du mauvais côté", a mis en garde le ministre.

En France, 12.799 nouveaux cas de contamination au Covid-19 sur les dernières 24 heures ont été relevés dimanche soir.

Mais le ministre de la Santé s'est dit "convaincu que les Français ont saisi, ont compris, l'importance de faire attention" pendant les fêtes de fin d'année qui arrivent.

Le responsable note une "augmentation du nombre de cas diagnostiqués", mais "également une augmentation très sensible du nombre de tests réalisés; nous étions retombés à 1 million de tests par semaine; nous étions (dimanche) à 1,8 million de tests par semaine, plus vous cherchez, plus vous trouvez".

Olivier Véran constate également que le "taux positivité des tests" est "en dessous de 6%, aux alentours de 6%", ce qui est "plutôt stable".

07h53: L'Agence européenne des médicaments doit autoriser aujourd'hui le  vaccin Pfizer-BioNTech, ouvrant la voie à un possible début des vaccinations en Europe avant la fin de l'année. L'AEM, basée à Amsterdam, avait avancé d'une semaine la réunion initialement prévue le 29 décembre, au cours de laquelle elle doit annoncer si elle autorise ou non le vaccin Pfizer-BioNTech, alors que l'Allemagne et d'autres pays font pression pour une décision rapide. Les appels à une action rapide s'étaient multipliés après que le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont accordé une autorisation d'urgence au vaccin Pfizer-BioNTech, comme le Canada, Bahreïn, l'Arabie saoudite, le Mexique, Singapour, Israël et la Suisse.

Le régulateur européen avait indiqué qu'il ne trancherait que lorsque "les données sur la qualité, la sécurité et l'efficacité du vaccin" serait "suffisamment solides et complètes pour déterminer si les bénéfices du vaccin l'emportent sur les risques qui y sont liés."

Les Etats membres de l'UE doivent entamer le 27 décembre la campagne de vaccination, à condition que l'AEM octroie d'ici là son autorisation conditionnelle de mise sur le marché du vaccin Pfizer-BioNTech, avait déclaré la Commission européenne. "Nous avons pu revoir le calendrier d'évaluation des vaccins anti Covid-19 grâce aux efforts incroyables de toutes les personnes impliquées dans ces contrôles", avait déclaré la semaine dernière la directrice générale de l'AEM, Emer Cooke. Si le comité de l'AEM ne parvient pas à prendre une décision lundi, il tiendra une autre réunion le 29 décembre, a-t-il indiqué.

06h55: Le Premier ministre britannique Boris Johnson présidera lundi une réunion de crise suite à la découverte d'une nouvelle variante "hors de contrôle" du coronavirus sur le territoire, tandis qu'un accord a enfin été trouvé au Congrès américain pour un nouveau plan de soutien à l'économie. Plusieurs pays dont la France et le Canada ont décidé dimanche de suspendre pour plusieurs jours tous les déplacements en provenance du sol britannique, après l'apparition d'une variante du virus qui serait jusqu'à 70% plus contagieuse, même si elle ne semble pas à ce stade porteuse de "gravité accrue".

06h03: L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'agence européenne des maladies ont appelé dimanche leurs membres en Europe à renforcer leurs contrôles pour combattre la propagation de la nouvelle variante du coronavirus, notamment en améliorant leurs capacités de détection de la souche. L'agence européenne de contrôle des maladies (ECDC), qui inclut une trentaine de pays dont les membres de l'UE et le Royaume-Uni, n'a quant à elle "pas exclu" que la variante circule en dehors du territoire britannique.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de mip
21/décembre/2020 - 18h18

On parle beaucoup des personnes décédées, c'est malheureux mais beaucoup plus de gens s'en sortent avec seulement un traitement à base d'aspirine, pourquoi ne pas plutôt de ces gens là

Portrait de LesRipoublicains
21/décembre/2020 - 15h03

La propagande gouvernementale continue de plus belle.

Pourtant, ce serait simple de dire la vérité sur la circulation du virus, tout en recommandant de continuer à s'en méfier et de rester vigilant.

Au lieu de cela, ils préfèrent nous infantiliser en nous considérant comme des gamins irresponsables alors que ceux qui sont au sommet de l'état en ne respectant pas les règles qu'ils nous imposent se contaminent, et se décrédibilisent d'autant plus !

En effet, alors qu'on nous annonce tous les jours que le virus progresse, et aujourd'hui même que nous sommes dans une situation fragile, voire précaire, regardons de près l'évolution du taux de positivité et le nombre de décès moyen journalier depuis le mois de novembre jusqu'à aujourd'hui, d'après Santé Publique France :

                          Taux positivité - Décès hôpitaux (moy. jour)

du 02 au 09 Nov       : 13.98%  -  366

du 09 au 15 Nov       : 10.59%  -  411

du 16 au 29 Nov         : 7.98%  -  376

du 23 au 29 Nov         : 6.31%  -  354

du 30 Nov au 06 Déc : 6.23%  -  296

du 07 au 13 Déc :         6.02%  -  282

du 14 au 20 Déc :         4.88%  -  257

La réalité, c'est que depuis le 9 Novembre, tous les indicateurs baissent.

Alors, à quand des journalistes d'investigation qui vont rentrer dans le lard de Salomon, Véran, Castex et les mettre devant des éléments factuels issus des propres ministères de nos gouvernants ?

Portrait de PR CALGUÈS
21/décembre/2020 - 14h04

 

Heureusement qu'il n'a pas été opéré des hémorroïdes !