14/12/2020 15:42

Les gouvernements vont se retrouver face à la lourde tâche de sélectionner quelles entreprises sauver ou laisser couler une fois que la pandémie sera passée, prévient le rapport d’un groupe d’économistes internationaux

Les gouvernements vont se retrouver face à la lourde tâche de sélectionner quelles entreprises sauver ou laisser couler une fois que la pandémie sera passée, prévient lundi le rapport d’un groupe d’économistes internationaux.

De nombreuses sociétés se sont en effet lourdement endettées pour garder la tête hors de l’eau depuis que la COVID-19 a commencé à se propager dans le monde.  

Une fois que les programmes massifs de soutien mis en place par les gouvernements vont cesser, il va probablement y avoir des faillites en masse même s’il est encore difficile de déterminer combien, avancent ces économistes regroupés au sein du « G30 », incluant plusieurs banquiers centraux.  

« On est bien incapable pour l’instant d’évaluer l’ampleur du problème », a souligné Raghuram Rajan, un ancien gouverneur de la banque centrale d’Inde travaillant actuellement à l’université de Chicago. « Cela est rendu compliqué par l’importance des mesures d’aide en place. »

Il y a eu peu de sociétés en situation d’insolvabilité jusqu’à présent, car « le flux d’argent masque la réalité sous-jacente », a renchéri l’ancien chef de la Banque centrale européenne Mario Draghi, qui a coordonné l’écriture du rapport avec M. Rajan.  

Dans leur document, les experts proposent aux gouvernements des pistes pour les aider à éviter d’apporter des ressources à des entreprises trop mal en point pour survivre dans un monde post-Covid et à plutôt s’adapter « à de nouvelles réalités ».  

Les autorités devraient par exemple encourager « les transformations nécessaires ou désirables » dans les secteurs de plus en plus informatisés, préconise le rapport.  

Elles devraient aussi réviser leurs lois sur les faillites dans les pays où les protocoles actuels rendent quasi impossible la survie d’une entreprise en difficulté même si sa stratégie est prometteuse.  

« La plupart des juridictions ont des procédures d’insolvabilité qui partent du principe qu’une entreprise dont le bilan est défectueux est structurellement malsaine », souligne le document. Or avec la crise actuelle, de nombreuses entreprises sont tombées dans le rouge malgré une stratégie solide.

Les économistes du groupe recommandent par ailleurs que les entreprises récupèrent plus d’argent en émettant des actions plutôt qu’en émettant de la dette, une évolution que les gouvernements peuvent encourager en établissant de nouvelles règles ou incitations, ou en achetant eux-mêmes des actions.  

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de KEYZER
14/décembre/2020 - 17h55
safia29 a écrit :

Tout doit euthanasié. C'est le but.

Ceux qui croient encore que l'enjeu c'est la gripette, non non. C'est le grand reset.

Et tout a été prévu depuis très longtemps...

"Quelquechose doit remplacer les gouvernements et le pouvoir privé me semble l'entité adéquate pour le faire.Tout ce dont nous avons besoin, c'est de la crise majeure et les nations accepteront le nouvel ordre mondial ' David Rockefeller en 1999

Portrait de KEYZER
14/décembre/2020 - 17h51
.twilight zone a écrit :

comme site en ligne,il n'y a pas qu'amazon....et il faut rappeler que c'est surtout un grand marketplace ou des tas d'entreprises viennent vendre leurs produits.

meme les sites de boulanger ou darty sont devenus des marketplaces.amazon n'a pas besoin d'une pandemie et des confinements pour faire leur business.....je ne comprends pas cette haine des grandes entreprises qui cartonnent et surtout qu'a la base son créateur est parti de rien.ce serait pas amazon,ce serait une autre.personne n'empeche a d'autres de créer une entreprise mondiale comme celle là.Cdiscount cartonne aussi et là aussi avant ça n'appartenait pas au groupe casino.

Je me suis mal expliqué sans doute ; le confinement a ( bien)  profité à certaines entreprises dont amazon, au détriment de tous les autres commerces dans les villes Néanmoins  c'est sans doute  une pure  coïncidence que Bessos est devenu " trillionnaire" à ce moment là...Mais peu importe  . Attardes toi plutôt sur la fin de mon propos...

Portrait de KEYZER
14/décembre/2020 - 16h01

C'est facile de comprendre là ou ils veulent en venir : seuls les grands groupes mondiaux survivront ( la pandémie a permis de fructifier leur business, hein Amazon ?) et cela engendra un énorme chômage, qui découlera inexorablement par une explosion sociale. Du coup, le seul remède pour endiguer la pauvreté, il faudra mettre au point le salaire universel...

New mailCopy