02/12/2020 14:01

Durement frappée par la crise sanitaire, la SNCF pourrait perdre près de 5 milliards d’euros cette année, estime son PDG Jean-Pierre Farandou

Durement frappée par la crise sanitaire, la SNCF pourrait perdre près de 5 milliards d’euros cette année, a estimé son PDG Jean-Pierre Farandou mercredi. « Nous sommes en négatif cette année. Nous allons finir l’année en perte importante », a indiqué M. Farandou devant la commission de l’aménagement du territoire du Sénat.

« Je rappelle qu’au premier semestre, ce qui donne une idée au milieu de l’année, nous étions en résultat net à -2,5 milliards » d’euros (précisément -2,39 milliards, ndlr). « On sera pas loin de faire x2 », a-t-il ajouté. « Je n’aurais pas dit ça avant le confinement numéro 2 », a ajouté le dirigeant, qui espérait « un second semestre moins mauvais » que le premier.

« Je ne valide aucun chiffre à ce stade », a-t-il ensuite tenu à préciser, notant que son calcul était encore « une estimation un peu rapide ». « On voit que c’est beaucoup d’argent. (...) C’est autant d’argent qu’il faudra aller chercher sur les marchés financiers », a relevé M. Farandou. Pendant « toute l’année 2020, nous sommes allés sur les marchés financiers, lever de l’argent. Pour rembourser nos emprunts, pour payer les salaires, pour payer nos fournisseurs... », a-t-il rappelé. « On voit la dette de la SNCF s’envoler. » « On va faire un bout du chemin par des cessions », a-t-il indiqué.

Jean-Pierre Farandou a confirmé que le groupe public avait mis en vente le loueur de wagons Ermewa, qu’il estime à 2,5 milliards d’euros. Le groupe réfléchit à la cession des 50% qu’il détient dans le loueur de locomotives Akiem, mais aucune décision n’a encore été prise, a-t-il ajouté. « Je me suis clairement opposé à toute idée de cession de Geodis et Keolis », les filiales de logistique et de transports publics du groupe SNCF qui « sont au coeur de la stratégie de l’entreprise », a-t-il en revanche souligné.

Ailleurs sur le web

Vos réactions