01/12 17:08

Coronavirus: Emmanuel Macron envisage des mesures restrictives et dissuasives pour les Français voulant skier l'étanger - Jean Castex confirme que les résidents des Ehpad seront vaccinés en priorité

17h07: Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a annoncé mardi qu'il allait demander aux compagnies d'assurance d'en faire davantage pour soutenir le secteur de l'hôtellerie-restauration, très lourdement pénalisé par les mesures de confinement.

« S'agissant des assureurs, j'ai bien entendu sur les bancs de cette assemblée la volonté que les assureurs fassent plus, je les recevrai tout à l'heure, je leur demanderai de faire davantage », a déclaré le ministre lors d'une séance de questions à l'Assemblée nationale.

Depuis le mois de mars, le secteur de l'assurance a déployé diverses mesures de soutien à l'économie, qui vont d'une contribution de 400 M€ au fonds public de soutien aux PME à un programme d'investissement de plus d'un milliard d'euros, en passant par diverses initiatives prises individuellement par les compagnies.

Au total, ces mesures individuelles et collectives représentent 3,8 Mds€ d'engagements.

Nonobstant ces efforts, les assureurs sont accusés depuis le début de la crise de ne pas en faire assez pour aider les entreprises, fragilisées par la crise du Covid-19 avec son lot de mesures de confinement et de fermetures administratives de commerces. Les tensions se sont notamment cristallisées autour de la question des pertes d'exploitation.

Le secteur assure depuis le début de la crise que ces pertes ne sont pas assurables. De fait, l'immense majorité des contrats exclut toute couverture pour ce type de situation. Mais quelques contrats mal rédigés ont propagé le doute et donné lieu à des dizaines de contentieux devant les tribunaux entre restaurateurs et compagnies d'assurance, se traduisant par des jugements très variés.

Ces toutes dernières semaines, le secteur de l'assurance a une fois de plus été pointé du doigt après de récents courriers envoyés par des assureurs à des milliers de clients, commerçants et notamment restaurateurs, leur demandant d'accepter un avenant à leur contrat d'assurance concernant les pertes d'exploitation, sous peine de résiliation de leur contrat.

La fédération explique que ces avenants visent uniquement à clarifier le champ des couvertures en excluant explicitement une telle crise de certains contrats trop flous.

15h51: Durant une conférence de presse commune avec le Premier ministre belge depuis l'Elysée, Emmanuel Macron a évoqué la fermeture des remontées mécaniques pour les fêtes de fin d'année. "Si des pays maintiennent leurs stations de ski ouvertes, nous aurons des mesures de contrôle pour dissuader nos concitoyens d'aller dans des zones où l'on considère qu'il y a des risques d'infection, et pour ne pas créer une situation de déséquilibre", annonce le président francais. "Oui, nous aurons des mesures restrictives et dissuasives. Elles seront affinées dans les prochains jours."

15h45: Le Premier ministre Jean Castex confirme ce mardi que les résidents des Ehpad seront vaccinés en priorité contre le Covid-19, conformément aux recommandations de la Haute autorité de Santé.

Une "catégorie" des personnels travaillant en Ehpad feront également partie de cette première vague de vaccination, a précisé Jean Castex lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

15h33: Une première campagne de vaccination contre le coronavirus sera conduite en France probablement fin décembre-début janvier sur les publics "les plus sensibles" avant une deuxième vague "plus large et grand public" qui s'ouvrira vraisemblablement au printemps, a annoncé mardi Emmanuel Macron.

La première phase pourra débuter dès homologation des candidats vaccins, soit "vraisemblablement entre fin décembre et début janvier", a précisé le chef de l'Etat, qui s'exprimait à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre belge Alexander de Croo. "Et on aura vraisemblablement une deuxième vague de vaccination qui s'ouvrira quelque part entre avril et juin qui elle sera plus large et plus grand public et qui ira vers une stratégie de vaccination du plus grand nombre", a-t-il ajouté.
Le chef de l'Etat a réaffirmé que le vaccin ne serait pas obligatoire, mais les autorités espèrent susciter l'adhésion grâce à "une stratégie de conviction et de transparence", a-t-il dit.

La Haute autorité de santé (HAS) a préconisé lundi une campagne de vaccination en plusieurs phases successives, avec notamment une première phase réservée aux résidents des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).
La deuxième phase, recommandée par la HAS, concerne les personnes âgées de 65 ans et plus ainsi que certains membres du personnel de santé.
Les personnes résidentes en Ehpad et leur personnel représentent une population de 840.000 individus.

13h10: Le point sur ce que l'on sait à la mi-journée

L'alliance Pfizer/BioNTech a annoncé mardi avoir déposé la demande d’autorisation conditionnelle de son vaccin contre le Covid-19 dans l’UE auprès de l’Agence européenne du médicament (EMA), disant espérer sa distribution d’ici la fin du mois.

La « demande formelle » auprès de l’EMA a été déposée lundi, ont indiqué dans un communiqué les laboratoires allemand BioNTech et américain Pfizer, après que les résultats des tests à grande échelle ont montré une efficacité à 95% de leur vaccin.

« Si l’EMA conclut que les avantages du candidat vaccin l’emportent sur ses risques de protection contre le COVID-19, elle recommandera l’octroi d’une CMA (mise sur le marche conditionnelle, ndlr) qui pourrait potentiellement permettre l’utilisation du BNT162b2 en Europe avant la fin de 2020 », précise le communiqué.

Avec la société américaine Moderna, Pfizer/BioNTech est le premier laboratoire à faire officiellement sa demande de commercialisation à l’autorité sanitaire de l’Union européenne.

Moderna avait annoncé lundi qu’elle allait déposer le même jour les demandes d’autorisations conditionnelles de son vaccin contre le Covid-19 aux Etats-Unis et en Europe.

Basée à Amsterdam, l’Agence européenne du médicament a pour mission d’autoriser et contrôler les médicaments dans l’Union Européenne. Le feu vert final, donné par la Commission européenne, permet à des laboratoires de commercialiser leur médicament dans tous les pays de l’UE.

Pour examiner les données de sécurité et d’efficacité des vaccins contre le Covid-19 au fur et à mesure de leur parution, l’EMA a mis en oeuvre une procédure accélérée dit « d’examen continu ». Les vaccins de Pfizer/BioNTech, Moderna et Oxford/AstraZeneca sont les trois projets de vaccin soumis depuis plusieurs semaines à cet « examen continu ».

Attendus sur le marché d’ici la fin de l’année, les vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna sont fondés sur l’ARN messager, et seraient les premiers vaccins jamais homologués avec cette technologie nouvelle.

Les premières vaccinations pourraient ainsi débuter dès le mois de décembre.

Le vaccin Pfizer/BioNTech est déjà en train d’être évalué aux Etats-Unis par l’Agence des médicaments (FDA) et pourrait être autorisé dans ce pays peu après le 10 décembre.

« Nous savons depuis le début de ce voyage que les patients attendent et nous sommes prêts à expédier des doses de vaccin COVID-19 dès que les autorisations potentielles nous le permettront », écrit Albert Bourla, le PDG de Pfizer dans le communiqué.

Le 18 novembre, l’alliance germano-américaine avait annoncé que l’efficacité de son vaccin était de 95% selon les résultats complets de leur essai clinique qui avait également démontré l’innocuité des injections.

11h17: L'alliance Pfizer/BioNTech a annoncé mardi avoir déposé la demande d'autorisation conditionnelle de son vaccin contre le Covid-19 dans l'UE auprès de l'Agence européenne du médicament (EMA), disant espérer sa distribution d'ici la fin du mois.

La "demande formelle" auprès de l'EMA a été déposée lundi, a indiqué dans un communiqué le laboratoire allemand BioNTech qui est associé au géant américain Pfizer, après que les résultats des tests à grande échelle ont montré une efficacité à 95% de leur vaccin.

11h12: Le laboratoire américain Moderna a déposé lundi une demande d’autorisation de son vaccin contre le Covid-19 aux Etats-Unis, faisant espérer de premières vaccinations possibles dès le mois de décembre face à une pandémie toujours en pleine expansion.

Une demande d’utilisation conditionnelle devait aussi être déposée en Europe, où un contesté «hôpital des pandémies», sorti de terre en quelques mois et voué à accueillir jusqu’à 1.000 malades, ouvrira mardi à Madrid.

Deux semaines après avoir annoncé une efficacité de 94,5% sur la base de résultats préliminaires, Moderna a annoncé que des résultats complets avaient confirmé une efficacité estimée à 94,1%, et qu’il allait donc déposer des demandes d’autorisations conditionnelles de son vaccin.

L’Agence américaine des médicaments (FDA) devrait ensuite convoquer le 17 décembre son comité consultatif, ce qui pourrait permettre, en cas de feu vert, une distribution dans les jours suivants.

Deux vaccins pourraient alors être disponibles dès le mois de décembre car celui développé par le laboratoire américain Pfizer en collaboration avec l’allemand BioNTech est déjà en cours d’évaluation par la FDA.

Cette avancée sur le front des vaccins contraste avec l’accumulation de motifs d’inquiétude liés à la propagation du virus.

L’OMS a ainsi lancé lundi un double avertissement visant le Mexique et le Brésil. Le patron de l’organisation onusienne, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a jugé «très, très inquiétante» la situation au Brésil --où le président Jair Bolsonaro nie la gravité de la maladie-- et il a estimé que le Mexique «était en mauvaise posture» avec un nombre de cas et de morts ayant doublé entre mi et fin novembre.

11h00: La pandémie a fait au moins 1.464.141 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi lundi par l’AFP.

Et Hong Kong a décidé lundi de nouvelles restrictions face à une quatrième vague épidémique.

Considéré comme une très bonne élève dans la gestion de l’épidémie avec seulement 109 décès depuis le début de l’année, le territoire chinois a dépassé récemment les 100 nouveaux cas quotidiens.

Les fonctionnaires du territoire densément peuplé devront travailler de chez eux, sauf fonctions essentielles, et les salariés du privé sont incités à faire de même. Les rassemblements publics ne pourront dépasser deux personnes. Au restaurant, pas plus de deux convives par table.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de air libre
2/décembre/2020 - 08h48

dans le pays qui a sur le fronton de ses mairies "liberté égalité fraternité" on ne pourra même plus aller pratiquer un sport à l'étranger...... ça s'arrange !

Portrait de Cl
2/décembre/2020 - 07h16

Ils veulent commencer par les vieux  ils vont servir de cobayes .........tant pis !!!  ils sont vieux ça fera moins de retraite à payer ........alors que les scientifiques ont dit que le vaccin sera moins fiable sur les personnes âgées !!!!!!!

 C'est tout l'Exécutif qu'il faut vacciner en premier et après on verra ... ils sont capables de le faire avec du placebo........ 

Portrait de muzo 28
1/décembre/2020 - 20h19
benvoyons a écrit :

il est certain que nos anciens seront vaccinés d'office sans avis aux familles.

 

vous êtes grave avec vos certitudes. Ça fait des mois qu'on subit le confinement, il est l'heure d'en sortir. 

Portrait de benvoyons
1/décembre/2020 - 18h26
Marie-Décembre a écrit :

Condoléances aux familles qui ont leurs anciens dans les Ehpadsmiley

il est certain que nos anciens seront vaccinés d'office sans avis aux familles.

 

Portrait de benvoyons
1/décembre/2020 - 18h24

empecher les francais d'aller faire du ski dans les pays voisins cela s'apparente a de la jalousie  il va falloir pour cela qu'il ferme les frontieres avec andorre  et la suisse pour celle  avec la belgique pas de risque   lol

Portrait de Kratuss
1/décembre/2020 - 17h56

À titre indica

Portrait de Marie-Décembre
1/décembre/2020 - 16h28

Condoléances aux familles qui ont leurs anciens dans les Ehpadsmiley