14/11 07:46

Regardez Donald Trump qui a pris la parole pour la première fois cette nuit en direct sur les chaînes US ouvrant la porte à une éventuelle défaite - Vidéo

Donald Trump a entrouvert cette nuit la porte à une défaite face à Joe Biden, conforté de son côté par l'annonce, dix jours après, des derniers résultats de la présidentielle. Simple maladresse ou début de résignation? Le président sortant, pour sa première prise de parole publique depuis plus d'une semaine, a évoqué la possibilité d'un revers électoral au détour d'un commentaire sur la recrudescence de la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis.

"Je pense que le temps nous dira quelle administration nous aurons, mais quoi qu'il se passe à l'avenir, qui sait, je peux vous dire que cette administration n'imposera pas de confinement", a-t-il déclaré, beaucoup moins catégorique que dans ses tweets dénonçant à l'envi une élection "truquée". Donald Trump n'a pas parlé plus avant de la présidentielle.

Il a conclu son intervention, dans les jardins de la Maison Blanche, sans répondre aux questions des journalistes, un exercice auquel il s'est pourtant prêté très régulièrement au cours de son mandat.

Les derniers résultats du scrutin du 3 novembre étaient enfin tombés, quelques heures auparavant, après dix jours d'attente.

Selon les projections des grands médias américains, la Géorgie est allée à Joe Biden et la Caroline du Nord à Donald Trump. Ironie du sort, le démocrate a remporté au final 306 grands électeurs, contre 232 au président sortant. Soit le score inversé de la victoire du milliardaire républicain -- qui avait alors parlé d'un "raz-de-marée" -- face à Hillary Clinton en 2016.

Un recomptage des votes doit avoir lieu en Géorgie, où l'écart est très faible entre les deux candidats, mais son issue ne changera rien au résultat final: Joe Biden dispose, quoi qu'il arrive dans cet Etat, des 270 grands électeurs nécessaires pour s'ouvrir les portes de la Maison Blanche.

Donald Trump avait encore affirmé en matinée être le vainqueur de la présidentielle.

"Une élection truquée!" avait-il tweeté, poursuivant sa remise en cause des résultats, un fait sans précédent dans l'histoire politique américaine. Et les partisans du président, une marée de casquettes rouges "Make America Great Again" auprès de qui il n'a cessé de s'entourer dans les dernières heures de sa campagne, continuent d'être bombardés de demandes de participation financière pour "défendre l'élection" devant des tribunaux.

Certains parmi les plus radicaux d'entre eux ont prévu de manifester samedi à Washington, même si le camp Trump est dans l'incapacité de produire un seul élément concret prouvant l'existence d'une fraude électorale à grande échelle.

Donald Trump a écrit dans un tweet envisager de se rendre à cette manifestation: "Cela fait chaud au coeur de voir tout cet énorme soutien, surtout ces rassemblements spontanés qui fleurissent à travers le pays, dont un grand samedi à (Washington) DC. Je pourrais même essayer de passer dire bonjour".

Comme dans une réalité parallèle, ses ministres et conseillers les plus fidèles assurent aussi préparer le terrain à "un second mandat Trump". "Je pense que le président va participer à sa propre inauguration" en janvier, a assuré sur Fox News la porte-parole de la Maison Blanche Kayleigh McEnany.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de sNow
14/novembre/2020 - 19h11 - depuis l'application mobile

L’armée est carrément anti-Trump vu comment il traite les soldats morts au combat de losers... il y a beaucoup d’anti-trump, une très très grande majorité en réalité.
Votre source représente l’Air Force où parle juste en son nom perso ?? Le fait d’être gradé n’est pas forcément synonyme de source sûre.

Portrait de Angelussauron
14/novembre/2020 - 10h58
safia29 a écrit :

Source le Lieutenant-Général de l'armée de l'air Thomas McInerney.

Et la question n'est pas que l'armée soit pro ou anti Trump, elle n'est pas en train de faire un putsch.

C'est pas à l'armée, pas plus qu'aux médias ou aux GAFA de choisir le président américain mais au peuple.

 

Justement le peuple a choisi et largement. Et je te rappelle que sans les grands électeurs en 2016 Hillary Clinton avait été choisi par le peuple.

Le peuple n'a jamais été majoritairement pour Trump.

Donc ça ne sert à rien de jouer les complotistes de bas étage. Gardez votre intelligence pour autre chose bien plus utile.

Portrait de sNow
14/novembre/2020 - 10h08 - depuis l'application mobile
safia29 a écrit :

C'est vous les médias qui construisez une réalité parallèle.

Votre coup d'état prend l'eau de toute part. Cette nuit les forces spéciales de l'armée américaine ont fait un raid en Allemagne et saisit les serveurs de l'entreprise Scytl qui gérait les résultats électoraux du système de vote électronique Dominion.

L'armée américaine possède les preuves matérielles que les bases de données du système électoral étaient connectées à internet et transférées à l'étranger. Plus exactement en Allemagne via Barcelone.

Le président Trump n'a pas seulement gagné l'élection. En laissant volontairement le parti démocrate frauder à ce point, il vient de gagner contre le deepstate.

Mais continuez à mentir, on vous regarde et ça va rendre les semaines qui viennent encore plus jouissives.

@safia29 vous pouvez citer une source ? Où vous êtes comme Donald, vous brassez de l’air sans rien apporter ?
Le conspirationnisme c’est vraiment un truc de moutons... quand on voit d’où est né QAnon, on se dit que l’esprit de recul et l’analyse critique est un deep hole chez certain(e)s...
Le plus amusant dans tout ça, c’est que les plus fervents supporters de trump sont des personnes qu’il honnis le plus : pas de sa caste ni de son pseudo rang.....

Portrait de Raspoutine from South
14/novembre/2020 - 09h57

Un mot que je n'ai jamais employé de ma vie mais qui dans ce contexte et avec cette personne est opportun: LOSER.

Portrait de jarod.26
14/novembre/2020 - 09h24
allez le donald il est temps de faire tes valises