20/10 19:24

Le quotidien régional la Nouvelle République porte plainte après des menaces suite à la publication d'une caricature de Mahomet en Une dimanche

Le quotidien régional la Nouvelle République a publié une caricature de Mahomet dimanche dernier, en hommage à Samuel Paty. Après avoir reçu des menaces sur les réseaux sociaux, le journal a décidé de porter plainte, selon les informations d'Europe 1. Des messages comme "attention aux retours de flamme", ou encore "on vous aura prévenu". Une plainte pour menaces a donc été déposée immédiatement. Une enquête a été ouverte par le parquet de Châteauroux, confiée à la police judiciaire de Limoges.

Christophe Hérigault, directeur de la rédaction de la Nouvelle République, a voulu publier cette Une spontanément, "à la fois en hommage à Samuel Paty, mais aussi comme un cri du cœur pour dire stop." "Si on n’est plus là, nous journalistes, pour dénoncer les choses, on ne sert plus à grand-chose. De plus, on est un journal issu de la Résistance", rappelle-t-il.

"Nous n’avons pas été effrayés, ni dans le choix de publier la Une, ni de l’édito dans le journal : Samuel Paty n’a jamais eu peur lui. Mais nous restons prudents, on est à l’abri de rien."

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de th93100
20/octobre/2020 - 21h45

tous les pseudo journalistes donneurs de leçon devraient en faire autant et montrer leur soutient aux victimes.

Un grand bravo admiratif et respectueux aux rédacteurs / éditeurs /journalistes de le Nouvelle République

Portrait de djbaxter
20/octobre/2020 - 20h54

Je ne pense pas que ce journal va apprendre la leçon que s'aplatir comme une crêpe ne sert à rien, car pour les radicalisés, ce n'est jamais suffisant. Ils sont toujours à chercher des excuses aux délinquants, à vanter le multiculturalisme, à mettre en valeur les clandestins illégaux et leurs soutiens, et les voilà rattrapés par la vérité. Aux yeux des radicalisés, ils restent des mécréants, des Français.

Nouvelle preuve que faire des courbettes et se soumettre n'amène à rien de bon pour les Français, même pas pour le "pas-de-vague", et "le vivre-ensemble". Les radicalisés ne tombent pas là-dedans, mais prennent bien le moindre espace laissé libre naïvement.

Portrait de l'écume des choses
20/octobre/2020 - 20h38

ne rien lâcher