14/10 11:04

Savigny-sur-Orge : Un policier de la BAC a été renversé vers 1h30 cette nuit par un chauffard en fuite - Le policier est entre la vie et la mort

11h03: Ces faits surviennent dans un contexte de malaise policier après l’attaque aux mortiers d’artifice du commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) le week-end dernier et l’agression par balles de deux policiers à Herblay (Val-d’Oise) la semaine dernière.

Les syndicats de police ont été réunis mardi soir en visioconférence par le ministre de l’Intérieur, qui leur a détaillé plusieurs mesures pour améliorer leurs conditions de travail, dont la création d’une prime de nuit pour les «nuiteux», les 22.000 policiers travaillant de nuit, et des mesures sur le déroulement de carrière.

Jeudi, les syndicats doivent cette fois être reçus par le chef de l’Etat. Une rencontre qu’ils réclamaient de longue date et où doit notamment être évoquée, selon le ministère, leur «protection».

«On ne peut pas accepter que tous les jours on comptabilise plus de 18 blessés chez les policiers. Tout cela doit cesser», a poursuivi Frédéric Lagache en appelant à des annonces «concrètes» de la part du président. «Sinon la peur risque de contaminer le gouvernement», a-t-il dit.

10h43: «Une fois encore, un de nos collègues a été sauvagement agressé par un individu qui lui a foncé dessus», a de son côté dénoncé auprès de l’AFP Frédéric Lagache, délégué général d’Alliance. Le syndicat a appelé à un rassemblement de soutien devant le commissariat de Juvisy à 19H30 mercredi.

«Une fois de plus, une fois de trop, ça suffit», a aussi déclaré Frédéric de Oliveira, secrétaire régional du syndicat Unité-SGP. Il y a «une défiance envers l’Etat et ce sont les policiers qui paient», a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, Alternative-Police a exigé une «réponse pénale ferme et incompressible contre tous ceux qui s’en prennent à un représentant de l’autorité de l’Etat».

10h32: "Avocat j’ai défendu des policiers touchés dans leur chair et des familles révoltées par ces situations inacceptables. Garde des Sceaux j’apporte mon soutien total aux forces de l’ordre et à leurs proches. Le ministère de la Justice sera toujours à leurs côtés", a déclaré Eric Dupond-Moretti sur Twitter

09h32: Le point sur ce que l'on sait ce matin

Un policier a été hospitalisé dans un état grave, avec pronostic vital engagé, après avoir été renversé par le conducteur d’une voiture lors d’un contrôle dans la nuit de mardi à mercredi à Savigny-sur-Orge (Essonne), a-t-on appris de sources policières.

Vers 1H30 du matin un équipage de la Brigade anti-criminalité (BAC) s’est approché pour contrôler la voiture, une Peugeot « volée », ont précisé ces sources à l’AFP.

Le conducteur a alors redémarré et renversé le policier, un brigadier âgé de 40 ans. Ce dernier a été hospitalisé avec un « pronostic vital engagé ». Il souffre d’une fracture à la jambe et d’un traumatisme crânien, ont ajouté les mêmes sources.

Le conducteur, qui a été identifié par les policiers, a pris la fuite.

« Tous les moyens sont mis en oeuvre pour retrouver l’auteur en fuite », a écrit sur Twitter le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, en apportant son « soutien » au fonctionnaire blessé.

Ces faits surviennent dans un contexte de malaise policier après une série de violences, notamment l’attaque aux mortiers d’artifice du commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) ce week-end et l’agression par balles de deux policiers à Herblay (Val-d’Oise) la semaine dernière.

Les syndicats de police ont été réunis mardi soir par le ministre de l’Intérieur qui leur a détaillé une série de mesures pour améliorer les conditions de travail des agents. Ils doivent être reçus jeudi par le président Emmanuel Macron pour évoquer cette fois leur « protection ».

« Une fois encore un de nos collègues a été sauvagement agressé par un individu qui lui a foncé dessus », a dénoncé auprès de l’AFP Frédéric Lagache, délégué général du syndicat Alliance.

« On ne peut pas accepter que tous les jours on comptabilise plus de 18 blessés chez les policiers. Tout cela doit cesser », a-t-il ajouté, appelant à des annonces « concrètes » de la part du président de la République jeudi. « Sinon la peur risque de contaminer le gouvernement », a-t-il dit.

08h28: Le message sur twitter du Ministre de l'Intérieur : 

.

08h11: Un policier a été hospitalisé dans un état grave après avoir été renversé par le conducteur d'une voiture dans la nuit de mardi à mercredi à Savigny-sur-Orge (Essonne), a-t-on appris de sources policières. Vers 1H30 du matin un équipage de la Brigade anti-criminalité (BAC) s'est approché pour contrôler la voiture, une Peugeot "volée", ont précisé ces sources à l'AFP. Le conducteur a alors redémarré et a renversé le policier, un brigadier âgé de 40 ans.

Ce dernier a été hospitalisé avec un "pronostic vital engagé", ont-elles ajouté. Ces faits surviennent dans un contexte de malaise policier après une série de violences à leur encontre. Après avoir été réunies par le ministre de l'Intérieur mardi, les organisations syndicales doivent être reçues jeudi par le président Macron, pour évoquer notamment leur "protection".

"Une fois encore un de nos collègues a été sauvagement agressé par un individu qui lui a foncé dessus", a dénoncé auprès de l'AFP Frédéric Lagache, délégué général d'Alliance. "On ne peut pas accepter que tous les jours on comptabilise plus de 18 blessés chez les policiers. Tout cela doit cesser", a-t-il ajouté, appelant à des annonces "concrètes" de la part du Président de la République jeudi. "Sinon la peur risque de contaminer le gouvernement", a-t-il dit.

07h12: Un policier de la BAC a été renversé vers 1h30 cette nuit dans l'Essonne selon les informations de CNews. Le drame s'est produit à Savigny-sur-Orge. Le fonctionnaire est entre la vie et la mort et l'homme en fuite. Selon les premières informations, la voiture était une voiture volée. Une patrouille de la Brigade anti-criminalité aurait tenté de contrôler le conducteur de cette voiture volée, qui aurait alors décidé de s'enfuir et aurait ensuite percuté l'un des policiers.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Mon bon Blaze
14/octobre/2020 - 14h55
Alekine_Brun a écrit :

Quel texte, une merveille ... d'idiotie.

Savez vous pourquoi les policiers tirent au niveau du bas-ventre (tir mortel lui aussi) c'est que s'il y a un recul ils touchent tout de même leur cible. Quand au tir dans la tête, il n'y a aucun tireur qui le fait, même les snipers, car il y a trop de risque de louper.

Bref apprenez à tirer avec arme à feu avant de l'ouvrir.

L'entrainement des policiers est à 10 m car la précision de leurs armes y est optimum.

Le tireur sportif tirera à 10m avec une arme à air comprimé et à 25 avec une arme à feu. Et je connais des policiers qui font mouche à 25m mais ils s'entrainent 3 à 4 fois par semaine.

Quand aux fusillades, la dernière, de la part des policiers, doit dater des "évènements d'Algérie".

Bref plutôt que de donner un blanc-seing à tous les blackbloc ou autre délinquants, soutenez votre police.

Ah oui, et ne me dites pas que vous êtes de la police car, avec ce que vous avez écris, on verrait que c'est faux.

Mais non Seb n’est pas dans la police, par contre c’est l’anti flic primaire systématique de ce site. Soi disant qu’il en côtoie dans son travail (dans un hôpital), et que par conséquent il a toute légitimité pour bien les connaître et raconter tout un tas de saletés à leur sujet.

Portrait de Mon bon Blaze
14/octobre/2020 - 11h02
seb2746 a écrit :

Car si on laisse faire, il se passe la même chose qu'avec les CRS et les gilets jaunes ou les manifs pacifistes... tirs dans la tête (pourtant interdit), mort, fusillade en règle sur des civils (interdit), utilisation d'engin explosif SUR les humains (et pas à 5m).C'est bien là tout le problème, c'est la porte ouverte à une guerre civile et des dizaines de milliers de morts des 2 cotés.

Le maintient de l’ordre et la sécurité de la population doivent pouvoir être assurés par les forces de l’ordre, point barre. Donc pour se faire tous les moyens doivent être utilisés. Le reste n’est que bla-bla.

Portrait de jarod.26
14/octobre/2020 - 08h21
un petit rappel à la loi et il sera calmé
Portrait de Jb02
14/octobre/2020 - 08h03 - depuis l'application mobile

Monsieur Darmanin va t'il condanner fermement ? Les juges vont t'ils prononcer un rappel à la loi ?