13/10 15:01

Sept présidents de départements, majoritairement de la région Grand Est, demandent que les élections départementales prévues fin mars soient repoussées de trois mois

Sept présidents de départements, majoritairement de la région Grand Est, ont demandé mardi que les élections départementales prévues fin mars soient repoussées de trois mois afin qu’elles n’interfèrent pas dans la gestion de la crise sanitaire et celle du plan de relance.

« Laissez-nous travailler sur la crise sanitaire, car nos administrés n’ont pas envie aujourd’hui de nous entendre parler de campagne électorale », a affirmé à l’AFP le président (LR) de la Haute-Marne, Nicolas Lacroix, à l’initiative d’une tribune adressée au journal Le Figaro par sept présidents, dont ceux de quatre départements du Grand Est, l’une des régions les plus touchées par le nouveau coronavirus au printemps.

« Les départements ont été mobilisés dès le premier jour de la crise sanitaire. Nous le sommes encore aujourd’hui et on nous sollicite pour accompagner le plan de relance », a-t-il ajouté, soulignant la nécessité de répondre à cette « urgence » avant d’entrer en campagne électorale. « L’idée, c’est de sortir de cette crise et de se dire que peut-être en juin les conditions seront meilleures pour faire campagne », a-t-il déclaré.

Les six autres signataires de cette demande de report des élections départementales sont Noël Bourgeois (Ardennes, LR), Frédéric Bierry (Haut-Rhin, LR), Claude Léonard (Meuse, LR), Jean-François Gaillard (Aveyron, UDI), Marc Gaudet (Loiret, UDI) et Bertrand Bellanger (Seine-Maritime, LREM).

Interrogé par l’AFP, le président de l’Assemblée des départements de France (ADF), Dominique Bussereau, a reconnu qu’il était « par principe plutôt opposé » à un report des élections. « Mais s’il y a une impossibilité due à la situation épidémique, je comprendrai parfaitement », a-t-il ajouté, rappelant que cette décision appartenait au gouvernement.

Ailleurs sur le web

Vos réactions