30/09 16:01

Le gendarme français des données personnelles, la Cnil, va publier demain sa "recommandation" sur le consentement à la publicité ciblée et l'utilisation des cookies par les sites internet

Le gendarme français des données personnelles, la Cnil, va publier jeudi sa "recommandation" sur le consentement à la publicité ciblée et l'utilisation des +cookies+ par les sites internet, une étape importante avant de premières sanctions, a appris l'AFP auprès du régulateur. L'adoption de la version définitive de cette "recommandation" marquera en effet le point de départ d'un délai de six mois laissé aux éditeurs de sites pour s'adapter aux nouvelles consignes, avant qu'ils ne soient sanctionnés pour d'éventuels manquements. Initialement prévue début avril, cette étape avait été repoussée en raison de la crise sanitaire et dans l'attente d'une décision du Conseil d'État. La recommandation de la Cnil n'est pas contraignante, mais présente une manière adéquate de mettre en oeuvre les "lignes directrices" du régulateur sur les cookies et autres traceurs adoptées en juillet 2019 pour se conformer aux règles européennes du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Ces règles déterminent comment un éditeur de site peut obtenir un consentement valide à partir des "bandeaux cookies", devenus omniprésents sur le web, mais souvent formulés de façon à inciter l'internaute à accepter le ciblage publicitaire. Généralement, le ciblage d'un internaute passe par le dépôt sur son navigateur d'un certain nombre de traceurs, dont des +cookies+ publicitaires, mouchards numériques permettant d'identifier par exemple ses centres d'intérêt. Dans un arrêt rendu en juin, le Conseil d'État avait donné raison aux éditeurs de sites contre la Cnil sur un point crucial, estimant que le régulateur ne pouvait interdire de façon générale les +cookies walls+, une pratique qui consiste à subordonner l'accès à un site internet à l'acceptation des +cookies+. La Cnil avait "pris acte" de cette décision et annoncé qu'elle ajusterait en conséquence ses lignes directrices et sa recommandation.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
1/octobre/2020 - 13h37

Si seulement ces fichus bandeaux inutiles pouvaient disparaître...

C'est vraiment du temps de clic pour rien sur chaque site où l'on va.

Portrait de lxa75
30/septembre/2020 - 16h46

Recommandation ne veut pas dire obligation donc encore du vent pour rien , ça c'est comme le travail du CESE une institution inutile avec des surpayés à 300 € par mois