18/09 13:02

EXCLU - Lucas qui s'est évadé à 18 ans de l'église de scientologie témoigne dans "Morandini Live": "En parlant aujourd'hui, j'ai peur des représailles" - VIDEO

Ce matin, Lucas Le Gall, qui s'est évadé à l'âge de 18 ans de l'église de scientologie, était l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. A visage caché, il a témoigné en direct de son expérience.

"A l'âge de 10 ans, mes parents sont devenus scientologues et y ont collé leurs deux enfants, mon frère et moi. Je prends des cours qui sont payants et je deviens psychothérapeute. A 13 ans, je travaille en tant que superviseur de cours auprès des jeunes adultes et comme psychothérapeute", se souvient-il.

Et de continuer : "A 15 ans, on m’envoie au Danemark dans l'organisation maritime, qui est la branche la plus dure de la scientologie et où on y délivre les services les plus élevés. Comme j'ai un profil qui leur plait, à 16 ans et demi, on m'envoie dans la base secrète de la scientologie en Californie. J'ai passé 18 mois en Californie et je me suis évadé le jour de mes 18 ans".

Lucas indique que "les conditions de vie, d'hygiène et de travail sont extrêmement difficiles". Il précise que "les gens qui se font prendre sont dans un moment de faillite personnel (deuil, déception amoureuse)". "Mes parents avaient une faillite au niveau de leur couple. Ça marchait assez mal à ce niveau-là. Ils cherchaient des réponses ailleurs. La scientologie n'apporte pas de réponse. C'est une escroquerie", confie-t-il.

"A partir de mes 14 ans, j'ai été coupé de mon entourage. Je ne fréquentais plus que des scientologues. Quand je m'évade de la scientologie, je ne savais pas qu'on pouvait aimer la musique, la mode, je ne connaissais pas l’existence de Star Wars ou de la série Dallas", indique Lucas.

Avant d'ajouter : "Quand je suis en Californie, ce que je découvre me terrorise : dans des documents, on y parle de chantage, faux trafic de drogue, d'espionnage, voire de meurtre. En toutes lettres, c'est écrit que 'tous les moyens pour éliminer les opposants de la scientologie sont autorisés'".

Alors qu'il apparait dans l'ombre et avec un pseudo, Lucas explique qu'il a "des enfants et une femme qu'il tient à protéger". "Je n'ai pas envie d'avoir tous les ennuis qu'on court quand on est un détracteur de la scientologie. Ça va de l'espionnage à l'embauche de détective privé, ça peut être de faux montage d'affaire. Dans certains cas, c'est allé jusqu'à des tentatives de meurtre", conclut-il dans "Morandini Live".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Marnin
23/septembre/2020 - 19h27

Les mensonges sont tellement grossiers ! La Scientology a fait l’objet de plus d’enquêtes que n’importe quelle autre organisation dans le monde – ou peu s’en faut. Même les plus ardents contempteurs de la liberté de religion reconnaîtront le rôle joué par les techniques de Scientology dans la réhabilitation des toxicomanes. Elle aide la société à lutter contre l’abus de drogues. Son travail est largement reconnu. Causer du tort à des gens de bonne volonté, qui font le travail alors que beaucoup ont renoncé, qui aident avec dévouement, en dit long sur les motivations profondes de votre intervenant.  

Portrait de claire123
20/septembre/2020 - 12h48

 La Scientologie est une cible facile pour les anti-scientologues, ils savent que leurs propos diffamatoires ne seront pas vérifiés par ceux qui leur donnent la parole et que personne ne sera invité dans l'émission pour leur apporter la contradiction, ils  ne risquent pas d'être poursuivis pour islamophobie, racisme, antisémitisme, homophobie ou autre !

Ils prétendent être en danger alors que depuis des années ces individus loin d'être irréprochables exposent les proches et les enfants des scientologues à toutes sortes de violences verbales et physiques.

Leurs témoignages n'ont pas plus de valeur que ceux de centaines de milliers de scientologues auxquels on ne donne jamais la parole dans les médias pour dire les bienfaits qu'ils retirent de leur pratique de la Scientologie dans leur vie familiale et professionnelle.

La Scientologie n'a absolument rien à voir avec la description que cet apostat en fait.

Tous les scientologues respectent les 21 préceptes du chemin du bonheur, code moral basé sur le bon sens dont le précepte 9 "Ne faites rien d'illégal".

La Scientologie c'est plus de 10 000 oeuvres et l’enregistrement de 3000 conférences sur la Dianétique et la Scientologie. Les sociologues des religions qui l'ont étudiée en ont une compréhension qui évite les caricatures ainsi que l'incitation à la haine et à l'intolérance !

Les journalistes dont le métier est de nous informer feraient bien de lire le livre de Eric Roux "Tout savoir sur la Scientologie" ou d'aller sur la chaîne lancée récemment scientology.tv ou YouTube.com/Scientology.

Aucune organisation humaine n'est parfaite mais on peut toujours améliorer son fonctionnement, c'est ce que font les scientologues tous les jours partout sur la planète pour que les buts constructifs de la Scientologie deviennent une réalité !

"Une civilisation sans folie, sans criminels et sans guerre, dans laquelle les gens capables puissent prospérer et les gens honnêtes puissent avoir des droits, et dans laquelle l’Homme soit libre d’atteindre des sommets plus élevés, tels sont les buts de la Scientologie"

 

Portrait de Jean-Louis
20/septembre/2020 - 09h21

Que de mensonges pour vendre un livre ! J'ai découvert la Scientology il y a près de 40 ans et j'en ai lu de très nombreux ouvrages. J'ai participé aux services religieux depuis cette époque et cela m'a apporté de multiples changements dans ma vie qui est aujourd'hui stable et épanouie. Je ne peux que conseiller la pratique de la Scientology à qui veut s'améliorer et aider les autres. J'ai visité également des Eglises de Scientology en Angleterre et aux Etats-Unis où elle est reconnue officiellement comme une religion (comme en Suède, au Portugal, en Espagne, en Italie, etc ...). Je n'ai pas constaté un dix-millième de ce qu'a inventé ce "témoin" anonyme. Autant dire que dire que d'entendre autant de mensonges à propos de  la Scientology sur votre chaîne est extrêmement surprenant et décevant. Pour connaître la Scientology, il  suffit pourtant simplement d'en lire un livre.

Portrait de janpol1
20/septembre/2020 - 04h01

Yvenne écrit :

"On se demande comment il est encore possible de tirer ainsi, sans réserve, à bout portant, sur l'Eglise de Scientologie alors que sa place dans la société grandit" :

ceci n'est pas du tout une preuve de correction intellectuelle et morale !! enfin, regardez autour de vous et au plus haut niveau. Si vous voulez persuader les lecteurs de la justesse de vos arguments, trouvez mieux que " sa place dans la société grandit", vous faites exactement la démonstration du contraire.

Portrait de Yvenne
18/septembre/2020 - 23h07

On se demande comment il est encore possible de tirer ainsi, sans réserve, à bout portant, sur l'Eglise de Scientologie alors que sa place dans la société grandit en même temps que son aide aux plus démunis reçoit régulièrement le soutien de personnes en position d'autorité ou responsables de secteurs sociaux. Le recours à des mensonges non seulement grossiers, mais plus gros les uns que les autres semblent avoir pour seul objectif l'intention de mettre le lecteur dans un état de terreur panique. Cette terreur est aussi incrédule. Incrédule en effet, car il n'est pas possible de croire autant d'horreurs accumulées. Les travaux de recherche de Monsieur Hubbard permettent aux personnes dépendantes des drogues de se sortir des drogues, aux criminels de retrouver leur dignité et une place dans la société, aux délinquants de comprendre pourquoi une conduite respectueuse des autres leur apportera une meilleure chance d'avoir une vie heureuse.

Pour info, l’Eglise de Scientologie demande aux paroissiens malades de consulter en première priorité leur médecin.

Réduire le sujet à du sensationnalisme pour alimenter le fanatisme religieux est tout simplement inadmissible. Non seulement cela trompe le grand public, mais cela met aussi les scientologues en péril. Heureusement, c'est un combat d'arrière-garde.