11/09 07:15

Pourquoi le très célèbre site porno "Jacquie et Michel" est-il visé par une enquête pour viols et proxénétisme à la suite du signalement de trois associations féministes ? Vidéo

Le site de vidéos Jacquie et Michel, puissante incarnation en France du milieu porno amateur, est visé depuis cet été par une enquête pour "viols" et "proxénétisme" à Paris après la multiplication des témoignages d'actrices occasionnelles ayant travaillé pour l'entreprise. Cette enquête, confiée à la police judiciaire parisienne, a été ouverte le 10 juillet sur la base d'un signalement adressé par trois associations féministes, a indiqué jeudi le parquet de Paris, confirmant une information du journal 20 Minutes.

Les associations Osez le féminisme, les Effronté-es et le mouvement du Nid avait effectué ce signalement en février après la diffusion d'une vidéo par le site Konbini. Dans ce document intitulé "les coulisses sordides du porno amateur", deux femmes témoignaient de pratiques sexuelles imposées contre leur volonté au cours de tournages.

"J'avais dit pas d'anal, on m'a proposé de le faire, j'ai dit non (...) et pendant l'une des scènes ils ont quand même essayé contre mon gré", y racontait l'une d'elles, "Nailie".

"T'as peur, vraiment t'oses pas dire non, t'es devant la production, les acteurs, et t'es complètement seule. Donc non, tu dis pas non". "Il y a eu une double pénétration vaginale de laquelle je n'avais pas été prévenue avant", confiait une autre femme, anonyme.

"J'ai eu le réflexe de dire non, puis il m'a dit +t'inquiète pas ça va rentrer+. (...) Y avait des cailloux partout, moi j'étais à 4 pattes, j'avais presque les genoux en sang, j'étais vraiment pas à l'aise pour faire ça", témoignait-elle. Dans un communiqué en soirée, le groupe propriétaire des sites Jacquie et Michel a affirmé ne faire que "diffuser les films tournés par des sociétés de productions tierces et indépendantes".

Le groupe, est-il ajouté, "mettra en place dès demain une enquête interne visant" ces sociétés, et "rompra immédiatement tout lien avec celle(s) qui serai(en)t mise(s) en cause si les faits étaient avérés". Contacté par l'AFP, l'avocat du groupe, Me Nicolas Cellupica, affirme que ce dernier "a déjà rompu par le passé des liens avec des sociétés de production après de telles dénonciations".

Pour le journaliste Robin D'Angelo, auteur d'un livre-enquête sur son infiltration dans l'industrie du porno amateur, Jacquie et Michel se présente comme "une plateforme de diffusion de vidéos produites par des professionnels et dans lesquelles on va entretenir une esthétique amateur". Le groupe, qui annonçait 15 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, selon le journaliste, a fondé son succès sur l'achat à petits prix de vidéo d'amateurs en France, avant de professionnaliser peu à peu sa production.

"La société titulaire de la marque s'est organisée pour être le moins possible responsable de la production, elle se limite à diffuser du contenu qu'elle achète à d'autres", a-t-il expliqué à l'AFP.

L'entreprise fondée en 1999, florissante, concurrence désormais Dorcel, un des leader de l'industrie pornographique. Dans son livre, "Judy, Lola, Sofia et moi", Robin d'Angelo documentait l'absence récurrente de consentement et les entorses au droit du travail. "En général, il n'y a pas de contrat de travail, seulement une cession du droit à l'image pour des sommes comprises entre 250 et 300 euros", a-t-il détaillé. "Beaucoup de gens regrettent et on beaucoup de mal à faire retirer la vidéo".

L'enquête ouverte vise en outre certaines pratiques qui pourraient relever du proxénétisme.

"Un acteur, pour avoir beaucoup de scènes, va parfois être invité à trouver de nouvelles filles, et être rémunéré pour ça", raconte le journaliste. Ces témoignages et cette enquête "sont pour nous un signal fort envers cette industrie qui exploite et violente un grand nombre de femmes", s'est félicitée auprès de l'AFP Claire Quidet, présidente du mouvement du Nid.

"Parmi les personnes que nous recevons pour raconter ce qu'elles subissent, il y en a de plus en plus qui sont ou ont été actrices dans l'industrie pornographique", a-t-elle ajouté.

"Loin d'être une marque populaire, fun et française, Jacquie et Michel est un cheval de Troie de la culture du viol, qui cible en priorité les plus jeunes", a souligné Claire Charlès, présidente des Effronté·es, dans un communiqué commun des trois associations, qui veulent voir l'enquête élargie pour "actes de torture et barbarie" et "abus de faiblesse".

Elles jugent "indispensable que le système pornocriminel cesse d'être l'angle mort de la politique abolitionniste de la France" et s'interrogent: "quelle est la différence entre prostitution et pornographie, sinon la présence d'une caméra dans la pièce ?"

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Maylis85
14/septembre/2020 - 09h33

Ces femmes se sont faites manipulees par des associations pudibondes et conservatrices qui detestent le porno

Portrait de Cathodegauche
11/septembre/2020 - 17h21
Parapluie a écrit :

Un mot sur Barbarin ?!

Je ne vois pas le rapport. Et je vous rappelle que Monseigneur Barbarin a été condamné pour non dénonciation de crime; ce qui est une aberration car un prêtre n'est pas un indicateur de police.

Portrait de Oh Yes It's Good
11/septembre/2020 - 12h41
Franck64 a écrit :

Elles savent bien dans quel milieu elles vont quand même .....elles pouvais dire non stop c étais pas prévu j arrêté . Du moins je pense . 

Moi ça m'étonne que le "scénario" ne soit pas prévu, accepté et signé à l'avance. Chaque fille, chaque mec, doit savoir ce qu'il va faire précisément avant de commencer. smiley

Portrait de Gregeagle
11/septembre/2020 - 12h29

Désolé mais je vais être dans l'extrême 

Mais si tu veux pas conduire faut pas faire routier. 

Si tu n'aime pas les animaux  faut pas être vétérinaire. 

Portrait de Franck64
11/septembre/2020 - 12h15

Elles savent bien dans quel milieu elles vont quand même .....elles pouvais dire non stop c étais pas prévu j arrêté . Du moins je pense . 

Portrait de Ledoc
11/septembre/2020 - 10h30

Merci qui ??

Portrait de Nicoooo
11/septembre/2020 - 10h30
Parapluie a écrit :

Un mot sur Barbarin ?!

C'est clair !

 

Portrait de Parapluie
11/septembre/2020 - 08h58
Cathodegauche a écrit :

Bonne initiative. Un journaliste avait fait une belle enquête sur ce site où des producteurs racistes et misogynes sévissaient. Comment des mecs peuvent s'exciter devant le spectacle de pauvres malheureuses qui se font martyriser pour 100 balles ? C'est un truc de beaufs, branleurs et nocifs...il faut les ruiner. Les assaillir de procès.

Un mot sur Barbarin ?!

Portrait de Parapluie
11/septembre/2020 - 07h44

"Cathodegauche" doit avoir un avis bien éclairé, les perversions sexuelles ça le connaît smiley

Portrait de jean71
11/septembre/2020 - 07h43

Ces femmes  croyaient qu'elles  allaient  tourner  une biographie  de  Sainte Thérèse  de  Lisieux ?

Portrait de Libertas
11/septembre/2020 - 07h07

Quand je vois que ce sont des associations extrémistes qui ont déposé plainte, je ne lis même pas le reste de l'article, plus aucune crédibilités pour elles.

Portrait de th93100
10/septembre/2020 - 22h26
KenShiro a écrit :

J'espère que ces associations tellement pour la défense des femmes, ont fait partie de celles dénonçant aussi les actes de violences lors de l’affaire Mila et la dernière en date avec ce si gentil Nabil ?

Après concernant l'affaire il y a possibilité que certaine dites victimes ( ce qui reste à prouver aussi ) étaient d'accord pour du sexe filmé, mais pas certaine pratiques. Ont est là sur une affaire plus complexe qu'on pourrait le penser et connaître la vérité risque d'être difficile.

Bien sur que non ! Si les associations sont parties civiles et qu'il y a une condamnation pécuniaire, ce sont elles qui encaisseront.... CQFD (cherchez l'argent....)

Portrait de lahainesurinternet
10/septembre/2020 - 21h45
MonaLou03 a écrit :

Et manifestement vous êtes trop con pour ne pas savoir fermer votre gueule. Vous n'étiez pas là, vous ne savez pas, ça ne regarde que les personnes qui ont été impliquées, et vous ça ne vous concerne pas, donc fermez-la !

 

Je ne dis pas que la banalisation du porno et son accessibilité ne posent pas de problèmes mais Osezleféminisme & autres groupes néo féministes sont partis dans une croisade anti porno à base de statistiques bidonnées et grand-n'importe-quoi, comme ils l'ont fait contre la prostitution,  je vois les personnes impliquées : elles sont majeures et ont fait des choix. Si ça ne me regarde pas, je ne vois pas en quoi ça regarde de Haas et sa bande.

Portrait de Cathodegauche
10/septembre/2020 - 21h14

Bonne initiative. Un journaliste avait fait une belle enquête sur ce site où des producteurs racistes et misogynes sévissaient. Comment des mecs peuvent s'exciter devant le spectacle de pauvres malheureuses qui se font martyriser pour 100 balles ? C'est un truc de beaufs, branleurs et nocifs...il faut les ruiner. Les assaillir de procès.

Portrait de KenShiro
10/septembre/2020 - 20h59

J'espère que ces associations tellement pour la défense des femmes, ont fait partie de celles dénonçant aussi les actes de violences lors de l’affaire Mila et la dernière en date avec ce si gentil Nabil ?

Après concernant l'affaire il y a possibilité que certaine dites victimes ( ce qui reste à prouver aussi ) étaient d'accord pour du sexe filmé, mais pas certaine pratiques. Ont est là sur une affaire plus complexe qu'on pourrait le penser et connaître la vérité risque d'être difficile.

Portrait de lahainesurinternet
10/septembre/2020 - 20h03

Manifestement les femmes sont trop connes pour réaliser qu'elles se sont faites violer, pour porter plainte il faut qu'OLF les coache.